Reprise de la croissance du secteur du ciment, avec 7 millions de tonnes consommées à fin mai



Reprise de la croissance du secteur du ciment, avec 7 millions de tonnes consommées à fin mai

Le marché du ciment renoue avec la croissance. Après un début de printemps morose, les cimentiers reprennent confiance. En effet, à fin mai, les ventes de ciment ont été boostées à près de 7,5 millions de tonnes (soit une hausse de 12% par rapport à la même période en 2011).

Pour le seul mois de mai, la consommation nationale a atteint 1,5 million de tonnes avec une variation positive de 3,57% en comparaison avec le même mois de l’année précédente. Selon Ahmed Bouhaouli, directeur délégué de l’Association Professionnelle des Cimentiers (APC), «cette hausse s’explique principalement par le redémarrage des chantiers de construction de logements à travers l’ensemble du Royaume ainsi que par les projets d’infrastructures, notamment à Tanger Med et l’autoroute de Béni Mellal». Mais si la croissance est généralisée, la répartition de la consommation du ciment par régions révèle des écarts. Pour preuve, dans la région de Oued Ed Dahhab-Lagouira, la consommation a chuté presque de moitié passant de 6.166 (mai 2011) à 3.852 tonnes (mai 2012). Quant aux régions de Taza-Al Houceima-Taounate, Guelmim-Es-Smara et Souss-Massa-Draa, la baisse s’y est soldée respectivement par 18%, 17% et 11%. En revanche, des performances ont été enregistrées ailleurs.  Les plus significatives d’entre elles ont été relevées dans les régions de Tadla-Azilal (+26%), Laayoune-Boujdour-Saquia El Hamra (+23%) et Chaouia-Ourdigha (+20%). Pour le volume de consommation, la région du Grand-Casablanca s’est encore adjugée la part du lion avec 207.767 tonnes, soit plus de 3% par rapport à mai 2011. Investissements obligent, la région Tanger-Tétouan occupe la seconde position avec plus de 177.000 tonnes (+2%). Viennent juste après, l’Oriental (142.264 tonnes), suivi de Souss-Massa-Draa (138.096 tonnes) et Rabat-Salé-Zemmour-Zaers (115.418 tonnes).

Record en 2011

Ces indicateurs confirment, d’ailleurs, la régularité de l’évolution de la production annuelle de ciment et ce, depuis 2005, date à laquelle la consommation a dépassé le cap de 10 millions de tonnes. En 2011, la consommation du ciment atteint son pic avec 16 millions de tonnes en nette progression par rapport à 2008, 2009 et 2010. Période où la production n’a pas pu franchir la barre des 15 millions de tonnes. En revanche, une percée a été opérée vers la fin de l’année 2011 suite  à l’assouplissement des conditions d’octroi des autorisations, à l’auto-construction tous azimuts, à l’habitat clandestin et aux élections législatives. Des milliers de logements (surtout l’auto-construction) ont été construits un peu partout dans le pays, en zone rurale, en montagne et dans le péri-urbain. Les villes d’Agadir, Tanger-Tétouan, Casablanca, Marrakech, Béni Mellal et El Brouj avaient fait les frais de ce type de constructions.

 Par ailleurs, les cimentiers ont réalisé d’importants  investissements en termes de renforcement des compétences (recrutements et formations). A elle seule, la mise à niveau environnementale a nécessité 1 milliard de DH.

L'economiste



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière