Maroc-Turquie: De nouveaux accords en vue dans le domaine des transports

Le Maroc et la Turquie signeront en mai un accord de coopération dans le secteur du transport aérien. De même, ils réviseront les accords de coopération dans les domaines routier et maritime et accéléreront la finalisation d’un accord de coopération entre l’ONCF et son homologue turc le TCDD.



Maroc-Turquie: De nouveaux accords en vue dans le domaine des transports
Le Maroc compte profiter davantage de l’expérience turque dans le domaine des transports. En fait, les deux pays signeront en mai prochain un accord de coopération bilatérale dans le secteur du transport aérien. De même, ils prévoient de revoir l’accord de coopération dans le domaine routier qui lie les deux pays, d’actualiser l’accord dans le domaine maritime, qui date de 1987, et d’accélérer la finalisation d’un accord de coopération entre l’Office national des chemins de fer (ONCF) et son vis-à-vis turc le TCDD.
C’est ce dont le ministre de l’Équipement et du transport, Aziz Rebbah et son homologue turc, Benali Yildirim ont convenu dimanche dernier à Istanbul, à l’occasion d’une visite de travail qu’a effectuée le ministre marocain en Turquie à la tête d’une délégation comprenant plusieurs responsables de son ministère et des organismes qui en relèvent, notamment l’Office national des aéroports (ONDA), l’Office national des ports (ONP) et le Laboratoire national d’essais et d’études (LPEE).
L’accord de coopération bilatérale dans le secteur aérien sera signé le mois prochain lors de la visite qu’effectuera au Maroc le ministre turc du Transport, des affaires maritimes et de la communication, M. Yildirim Ce qui ouvrira de nouveaux horizons devant la coopération entre le Maroc et la Turquie dans le domaine des transports. À ce sujet, a affirmé le ministre turc, la Turquie est pleinement disposée à partager avec le Maroc l’expérience, riche et diversifiée, qu’il a accumulée au fil des années dans le domaine du transport et de l’équipement. Ces accords profiteront également aux entreprises turques qui pourront bénéficier, relève M. Rebbah, de la stabilité économique et politique du Royaume, du climat d’affaires encourageant qu’il a développé et des réformes profondes et volontaristes qu’il a engagées dans tous les domaines. De ce fait, précise-t-il, les hommes d’affaires turcs pourront s’engager dans des partenariats avec leurs homologues marocains pour développer des produits maroco-turcs aussi bien pour le marché marocain, que pour les marchés africains et asiatiques. Pour ce faire, ajoute-t-il, les entreprises turques pourront mettre à profit la politique du partenariat public-privé (PPP) dans de nombreux secteurs : infrastructures, transport, logistique, énergie, agriculture…
Objectif : développer les relations économiques entre les deux pays, notamment en optimisant l’accord de libre-échange signé en janvier 2006.
Certes, cet ALE a contribué à augmenter les échanges commerciaux bilatéraux, mais ces derniers restent en deçà des potentialités des deux pays. En fait, La Turquie figure au 14e rang parmi les clients du Maroc, avec 9,44 milliards de DH d’exportations, et occupe la 11e place parmi les fournisseurs du Royaume, avec 2,79 milliards de DH d’importations en 2011. La part des échanges commerciaux avec la Turquie ne représente qu’environ 2% du total des transactions extérieures du Maroc.
Il est aussi à noter que la contribution de cet ALE une balance commerciale est négative pour le Maroc qui importe de ce pays plus qu’il n’y exporte. En effet, le déficit commercial Maroc-Turquie a dépassé les 350 millions de dollars, selon des statistiques de l’Office des changes. De même, certes les investissements turcs sont en progression ces dernières années au Maroc, dans divers secteurs, tels les BTP, l’énergie, la distribution. Toutefois, le niveau de ces investissements est encore à développer.

Repères

Le développement de la coopération entre le Maroc et la Turquie est tributaire de :
La poursuite de l’amélioration du climat des affaires au Maroc et la dynamisation du rôle des associations professionnelles marocaines et l’élargissement du champ de coopération avec leurs homologues turques.
La dynamisation du cadre informationnel en vue d’encourager la prospection commerciale et d’inciter les opérateurs des deux pays à exploiter les différentes opportunités offertes sur leurs marchés respectifs.
La multiplication des lignes de transport maritime directes, et plus particulièrement l’encouragement des relations de partenariat et de joint-ventures entre les groupes industriels relevant des deux pays.
 
Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière