Le mobile banking ne prend pas encore au Maroc



Le mobile banking ne prend pas encore au Maroc
MobiCash initié par Maroc Telecom est encore le seul service proposé. Les établissements bancaires sont dubitatifs sur le potentiel du marché.
Annoncé comme la prochaine révolution technologique, le mobile banking, fonctionnalité permettant d’effectuer diverses opérations bancaires grâce au téléphone portable, ne parvient pas encore à se développer au Maroc. Début 2010, Maroc Telecom se lançait pourtant dans l’aventure en annonçant la mise en place d’un porte-monnaie électronique, baptisé MobiCash. Ne disposant pas naturellement de l’agrément de Bank Al-Maghrib en tant qu’établissement financier, l’opérateur s’est alors associé à Attijariwafa bank et le Groupe Banque Populaire. Permettant à la fois le dépôt, le retrait et le transfert d’argent à l’échelle nationale tout comme le retrait d’argent transféré depuis la Belgique, MobiCash s’annonçait comme une solution prometteuse. La seule contrainte étant que ces opérations ne s’effectuent qu’entre adhérents du service.

Malgré une campagne de communication de grande envergure, le succès est mitigé, selon une source proche de l’opérateur historique. «Le concept est intéressant. Toutefois, le consommateur est confus et méfiant. Il n’a pas encore l’habitude de voir ce type de produits proposés par un opérateur télécoms», explique pour sa part Mounir Essayegh, DG de M2M Group, spécialisé dans la dématérialisation des flux.

Quant aux banques, elles rechignent encore à faire le premier pas. Les quelques établissements qui ont accepté de nous répondre, tout en gardant l’anonymat, ont confirmé qu’elles étaient en train de réfléchir à des solutions. L’une d’entre elles assure même avoir développé des solutions avec un professionnel du secteur. Mais toutes se posent des questions quant au potentiel du marché.

Le mobile paiement, une solution pour le tramway

Pour Philippe Pestanes, associé au cabinet Kurt Salmon et PHB Development, qui a réalisé en 2010 une étude poussée sur ce sujet, «le Maroc est très complexe comme marché émergent». Il souligne que «compte tenu de son taux de bancarisation plus élevé qu’en Afrique sub-saharienne, le Maroc fait figure de cas à part, mais beaucoup de briques restent à poser : la réglementation n’est pas encore prête et les établissements financiers qui pourraient être à l’origine d’initiatives intéressantes temporisent».

Déjà très développé dans ces pays sub-sahariens comme moyen de bancarisation, le mobile banking progresse également dans les pays occidentaux où il est principalement utilisé comme support de billetterie pour les transports publics. On parle alors de mobile paiement. Le Maroc semble d’ailleurs s’acheminer vers cette solution puisque le tramway de Rabat proposera d’ici la fin de l’année d’utiliser son téléphone mobile comme carte d’abonnement.

Anne-Sophie Martin
La Vie éco


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière