Ferroviaire : L’usine Alstom-Nexans inaugurée cet été

Opérationnelle depuis début 2012 pour équiper les tramways locaux, l’unité industrielle de Fès diversifiera progressivement ses activités pour produire des faisceaux de câbles et des armoires électriques ferroviaires destinées essentiellement à l’export.



Ferroviaire : L’usine Alstom-Nexans inaugurée cet été
Alstom s’apprête à inaugurer officiellement son usine de câblage et d’armoires électriques de Fès. Fruit d’un joint-venture détenu à parts égales avec Nexans, le site a nécessité un investissement de 300 millions d’euros. L’usine est opérationnelle depuis début 2012, pour produire notamment le câblage électrique des tramways marocains. La société développe en effet dans un premier temps des faisceaux de câbles et des armoires électriques (sous-ensembles intégrés dans le système nerveux des trains) qui équipent certains des matériels roulants d’Alstom destinés au marché marocain tels que les tramways. Dans un second temps, l’usine diversifiera ses activités pour se lancer progressivement dans la production de faisceaux de câbles et d’armoires électriques ferroviaires destinés essentiellement à l’export, afin de satisfaire d’autres clients ferroviaires et des clients d’autres secteurs. L’inauguration du site devait avoir lieu en juin.
Cet événement a été reporté et la date exacte de l’inauguration officielle sera connue à l’issue du Conseil d’administration d’Alstom Maroc prévue entre fin juin et début juillet. Mais, elle est toujours prévue pour cet été.

D’après le management de l’entreprise, le site industriel de Fès est depuis 2013 dans une phase de formation au câblage électrique de plusieurs nouvelles générations de trains régionaux qui entrent en production en Europe. La montée en charge de l’usine doit en fait respecter les temps nécessaires à la formation des personnels nouvellement embauchés et les processus complexes et progressifs de qualification exigés par le métier ferroviaire, indique le management de l’entreprise. Début 2013, l’usine comptait environ 120 employés, effectif qui va doubler d’ici la fin de l’année avant d’atteindre 400 emplois en 2015 et 650 en 2018 afin de permettre une capacité de production optimale à la fois pour le marché local et l’export.  

Dans cette unité industrielle, Alstom apporte les produits et le travail, et Nexans son expertise industrielle. Ce projet permettra la réalisation d’un chiffre d’affaires annuel devant passer de 28 millions d’euros en 2015 à 61 millions en 2018. Rappelons que cet investissement est le premier objectif défini dans la convention de partenariat industriel stratégique entre Alstom et le Maroc signée en janvier 2011 et qui prévoit l’engagement actif d’Alstom aux côtés du Maroc pour développer la filière ferroviaire du pays.
Pour la filiale du groupe français, ce projet accompagne la stratégie commerciale d’Alstom qui, sur un marché ferroviaire mondial de plus en plus concurrentiel, vise à offrir des solutions plus innovantes et compétitives, au Maroc comme à l’ensemble du marché ferroviaire. La société traduit, en outre, la politique d’Alstom au Maroc qui vise à soutenir le développement du marché et de la filière ferroviaire, grâce notamment au développement des compétences et des savoir-faire industriels. Au niveau de l’intégration industrielle, l’on ignore si Alstom travaille déjà avec des PME locales. Mais ce qui est sûr, c’est que sept fournisseurs européens, déjà connus d’Alstom dans le domaine de la tôlerie, du garnissage en composite ainsi que des bureaux d’études d’ingénierie ferroviaire, sont installés ou en cours d’installation au Maroc. Alstom affirme qu’elle demande à ces fournisseurs de transférer au Maroc leur technologie et de former de la main-d’oeuvre locale.
Par ailleurs, l’entreprise compte installer en collaboration avec l’ONCF un atelier pour l’assemblage des TGV. Fin 2010, les chemins de fer et Alstom avaient, pour rappel, signé un accord pour la fourniture au Maroc de 14 trains à très grande vitesse à deux niveaux (Duplex). La mise en service commercial est prévue en décembre 2015. Les 14 rames seront conçues et fabriquées principalement en France dans les sites d’Alstom Transport. Elles seront livrées en éléments séparés (motrices et voitures) à l’atelier ONCF de Moghogha situé au nord de Tanger, où seront réalisées les opérations de mise en rame.
L’usine de Fès sert entre autres à produire des faisceaux de câbles et des armoires électriques qui équipent ces Duplex ONCF. Soulignons enfin qu’Alstom a confié à une société implantée au Maroc le «help-desk» (support informatique) de ses collaborateurs travaillant dans les pays francophones : France, Belgique, Canada, et Maroc. Elle a aussi signé trois conventions avec l’École Hassania des travaux publics, l’École Mohammedia des ingénieurs et l’Université Mohammed V Agdal dans la perspective de développer une filière de formation ferroviaire au Maroc.
 

Moncef Ben Hayoun, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière