Consommation : Le Ramadan de tous les contrastes imaginables



Consommation : Le Ramadan de tous les contrastes imaginables
La tomate abordable, d'autres fruits et légumes flambent. Et des fraudeurs dans le panier des contrôleurs.
Les prix montent ou descendent selon le principe de l'offre et la demande. Sous notre ciel, la logique est souvent rompue. Mais la vigilance reste de mise et les responsables devront avoir la main plus lourde pour dissuader les fraudeurs. Démonstration.

Certaines mauvaises habitudes semblent avoir la peau plus que dure. Ainsi, en est-il de ces pratiques auxquelles se livrent des commerçants qui ne prêtent attention qu'aux gains de plus qu'ils peuvent engranger dans la foulée de la fièvre acheteuse. En effet, quand bien même l'offre des produits de première nécessité, pour ce mois sacré du ramadan, est abondante, des commerçants trouvent néanmoins le moyen pour gonfler les prix. Et c'est au quitte ou double. S'ils sont pris par les contrôleurs, ils paient la facture salée. S'ils ne le sont pas, ils affichent la satisfaction sur le visage. Seulement voilà, dans les différentes villes du pays, la vigilance est de mise, et les préposés au contrôle sont aux aguets. Mais, il est clair, compte tenu des ressources humaines disponibles, elles ne peuvent pas être partout et en même temps. Reste que les citoyens, aussi, ont leur rôle à jouer.

En fait, au lieu d'attendre l'intervention des responsables, les citoyens seraient bien inspirés de dénoncer les fraudes qu'ils constatent. Il existe bien des numéros dédiés dans ce sens. Autant en faire usage. Ceci étant, il ne serait pas superflu de saluer les efforts consentis dans certaines régions du pays, où les responsables ont pu éviter le pire pour les consommateurs. Notamment, à Casablanca et à Fès où des saisies monstres de produits impropres à la consommation ont été enregistrées. Or, là encore, les voix ne manquent pas de rappeler aux consommateurs qu'ils sont censés aviser lorsqu'ils relèvent des comportements à la limite de la normalité de la part de certains commerçants sans foi ni loi.

La responsabilité est partagée et chacun est attendu pour assumer sa part.
Par ailleurs, force est de constater, en cette première semaine du ramadan, qu'une grande et agréable surprise se nomme « la tomate ». Les prix sont, contrairement à l'habitude, plus qu'abordables. En revanche, les consommateurs pensent deux, voire trois fois, avant de se permettre d'approcher un vendeur de fruits. En fait, ce que l'on gagne d'un côté, on le débourse, un peu plus, de l'autre.

lematin.ma


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière