stagiaire : il peut être utile s’il est valorisé



Fini les stagiaires affectés à la photocopieuse ou au classement des archives. Un stagiaire, s’il a de bonnes aptitudes, peut être un futur bon collaborateur.
Pour l’entreprise, un stagiaire peut être très utile s’il est encadré et suivi.
Le fait de prévoir des indemnités permet d’être plus exigeant.


Pas toujours facile de trouver un stage. Bon nombre d’étudiants, surtout ceux en fin de cursus, en savent quelque chose. Parce que ces stages sont souvent imposés par l’école et pas toujours pris en compte par les entreprises, ils ne se déroulent pas toujours comme ils devraient l’être. L’une des principales raisons est que «les stages sont encore loin de faire partie intégrante d’une politique ressources humaines dans beaucoup d’entreprises», explique d’emblée Abdelilah Sefrioui, consultant RH. Bien encadré, un stagiaire peut pourtant être très utile durant son temps de présence, être un bon ambassadeur de l’entreprise ou même un excellent futur collaborateur. «Récemment, j’ai consulté un blog de l’un de nos stagiaires qui était de passage chez nous. Heureusement qu’il parlait de son stage de manière positive», souligne un DRH d’une multinationale. Karim El Ibrahimi, Dg du cabinet RMS, ajoute dans le même sens que «considérer un stagiaire comme un coursier ou le confiner au classement des dossiers nuit à l’image de l’entreprise, il ne faut pas oublier que les stagiaires sont là pour avoir de vraies missions». Et de souligner que «le choix d’un stagiaire doit être considéré comme un véritable recrutement parce que des collaborations de ce genre peuvent déboucher sur une embauche».
Outre les candidatures spontanées et les annonces via la presse, le fait de se rapprocher des écoles et autres universités dans le cadre des conventions de partenariat constitue un bon moyen pour dénicher de bons profils. En optant pour les conventions de partenariat, les entreprises ont l’assurance que leurs stagiaires sont d’abord bien encadrés au sein de leurs écoles et bien préparés.
Pour certaines entreprises, accueillir des stagiaires en fin d’études ou cherchant à étoffer leur CV peut être un moyen pour constituer un vivier dans lequel elles pourront puiser si des besoins en recrutement se font ressentir. C’est ainsi que dans les banques, par exemple, il n’y a pas de période prédéterminée pour les stages. Elles en accueillent durant toute l’année même si la plupart des candidats postulent pour l’été.
Dans tous les cas, chaque partie doit tirer profit de l’expérience. Un stage n’est pas une action routinière destinée à rendre service. Une fois accepté au sein de l’entreprise, le stagiaire doit donc être géré avec beaucoup de professionnalisme. D’abord, la mission à confier au candidat doit être fixée à l’avance. Faute de quoi il peut très bien lâcher prise et ne plus revenir dans les jours qui suivent sans même prévenir. De même, l’intégration doit être menée de manière progressive. «Si le stagiaire fait preuve de bonnes aptitudes, on peut lui confier des missions plus complexes», conseille M. El Ibrahimi. Mais, peut-on tout leur confier? «S’il prend des initiatives, il faut l’épauler constamment tant qu’il peut contribuer à sa mission. Plus il accède à l’information, plus il fait de son mieux», assure M. Sefrioui. Toutefois, les informations d’ordre stratégique doivent être fournies strictement en fonction du besoin et en sensibilisant la personne à leur importance.
En somme, il faut savoir encadrer les stagiaires. Cette mission incombe au tuteur ou au supérieur hiérarchique concerné qui doit susciter l’intérêt du jeune candidat. La mission remplit-elle les objectifs que vous recherchez ? Voyez-vous votre tâche autrement ? Voulez-vous essayer d’autres tâches? Ce sont des questions de ce genre qu’il convient de soulever régulièrement pour mesurer le degré de motivation du stagiaire et surtout les aider, à travers leurs feed-back, à avancer dans leur travail.

Un bon stagiaire est celui que l’on remarque

Enfin, à la fin du stage, il faut penser à une rétribution ou au moins à rembourser les charges et autres frais engagés par le stagiaire pour ses déplacements et ses repas. S’il en est informé à l’avance, il sera plus motivé et s’appliquera davantage. Par ce même biais, on peut aussi être plus exigeant vis-à-vis de lui. D’autre part, ce geste peut être très rentable si on a affaire à un bon profil. Quand arrivera le moment de chercher un emploi, l’entreprise sera très probablement privilégiée s’il en garde un bon souvenir.
En ce qui concerne le stagiaire, les consultants en ressources humaines sont unanimes : un bon stagiaire est celui que l’on remarque, par son enthousiasme, son sens de l’initiative, sa politesse et son sens de l’organisation.
En somme, il est important de laisser une bonne impression de soi et de son établissement scolaire. Les bonnes relations entretenues avec son tuteur conduisent parfois à de précieuses lettres de recommandation. S’intégrer, c’est d’abord respecter les règles de l’entreprise. Le stagiaire doit ainsi se conformer aux horaires de travail, au code vestimentaire et aux usages. Aux garçons de porter la tenue classique (pantalon chemise), ou même se mettre en costume cravate s’il le faut. Aux filles d’éviter les styles trop dénudés. Le stagiaire doit également bien se comporter avec chaque membre de l’équipe : du directeur au coursier. Enfin, il va de soi que le stagiaire doit veiller au respect de la confidentialité.
Si le tuteur ne lui donne pas de missions précises, il peut en réclamer ou aider sur tel ou tel dossier en fonction de ses compétences. En un mot: éviter de faire de la figuration.

Intégration :L’arrivée d’un stagiaire, ça se prépare

Pour optimiser dès le départ les chances de réussite et favoriser l’engagement d’un nouveau stagiaire, il faut procéder par étapes.

Mobilisez les ressources
Première étape, avant même que votre nouveau collaborateur n’arrive, mettez en place les moyens nécessaires : ligne de téléphone, poste de travail, bureau, ordinateur, connexion Internet... Cette étape paraît anodine, mais il arrive que tout ne soit pas prêt, ce qui donne dès le départ une mauvaise impression au stagiaire et constitue une perte de temps pour l’entreprise.

Annoncez son arrivée
Bien intégrer un nouveau collaborateur, c’est annoncer sa présence dans l’entreprise, mais également en externe. Prévenez l’équipe de son arrivée, de son poste et sa fonction, pour qu’elle ne soit pas prise au dépourvu.

Définir son champ d’intervention
Ensuite, il est important de définir à votre nouveau stagiaire son périmètre d’action et lui faire comprendre le profit qu’il va en tirer. Vous évoquerez la richesse du poste et de la fonction, sa mission et son rôle dans l’entreprise. En dernier lieu, vous fixerez des objectifs suivant un certain horizon (une semaine ou deux, un mois voire plus selon la durée du stage).

Mobilisez-le
Rien ne sert de bien accueillir un stagiaire si vous n’avez pas planifié les premières tâches qui lui incombent. Certes, il faut lui laisser le temps de s’acclimater, de prendre connaissance des diverses sources d’information de la société, productions et rapports, procédures... Mais une tâche de fond permet de l’intégrer activement à l’entreprise.

Assurez un suivi
Dans un premier temps, vous devez être disponible au cas où il aurait des questions, rencontrerait des problèmes. N’hésitez pas à lui dire “ma porte reste ouverte...”, sachant que les membres de l’équipe sont également là. Au bout d’une semaine, effectuez un débriefing, notamment pour évaluer la situation de votre stagiaire (ce qui fonctionne ou pas), et le recadrers’il le faut.


Avis de manager Karim El Ibrahimi, DG du cabinet RMS :Ils peuvent être source de bonnes idées


Une entreprise organisée commence toujours par définir ses besoins en ressources humaines. Un stagiaire doit toujours servir. Recruter pour le fun est donc déconseillé. Pour que le stage soit bénéfique aux deux parties, il est nécessaire d’assurer un bon encadrement et s’employer à écouter les stagiaires. Car on peut trouver chez eux de bonnes idées auxquelles on n’avait pas pensé. Dans la pratique, je commence par confier des tâches simples telles que la rédaction des rapports ou un travail administratif. Si le stagiaire mérite plus de confiance et s’il dispose de compétences adéquates, on peut lui déléguer des missions plus poussées en fonction de son poste. Il faut toutefois le préparer progressivement. L’évaluation périodique constitue ainsi un moyen idoine pour corriger les imperfections. Dans un domaine spécifique comme le conseil, il est souvent difficile d’avoir des profils qui répondent à nos besoins. C’est pourquoi j’accorde plus de temps aux stagiaires afin de renforcer notre connaissance mutuelle. Généralement, nos stagiaires sont de formation ingénieur d’écoles nationales ou internationales. Ils sont suivis notamment par les consultants. Quand ils sont bons, nous arrivons à les recruter. Récemment, trois de nos stagiaires ont été embauchés.

Avis de manager Abdelkrim Sekkak, DRH de Shell Maroc :Ils représentent un bon vivier de recrutement


Nous accueillons en moyenne une dizaine de stagiaires par mois sur l’année. Le pic peut atteindre une vingtaine de stagiaires en moyenne. Nous avons un certain nombre de conventions avec les universités et les grandes écoles à qui nous envoyons des sujets de stages prédéfinis qui sont affichés dans ces établissements et ensuite les étudiants intéressés peuvent nous contacter pour postuler au stage. Nous distinguons deux sortes de stages : les stages pour valider le cursus scolaire et les stages de pré-embauche. Les premiers commencent dès la première année d’études supérieures. Ils sont très formateurs et préparent à la compréhension et l’intégration du monde professionnel réel : la culture d’entreprise, la discipline..., ce sont les éléments de base de la vie professionnelle. Les sujets à ce moment - là peuvent être sommaires. Pour les seconds, appelés en général PFE, il est important d’avoir un sujet pointu avec une valeur ajoutée pour le stagiaire en termes d’apprentissage et pour l’entreprise assez intéressant pour l’application à une problématique réelle de l’entreprise. Nous considérons que les stagiaires sont un excellent vivier de recrutement. Nous avons un bon nombre d’employés qui avaient effectué leur stage et ont été repérés et retenus. Ils ont passé les entretiens de recrutement nécessaires pour rejoindre le groupe.

Questions à Ali El Azouzi, Manager des opérations de British Telecom Afrique du nord :Nous avons transformé des stagiaires en véritables experts dans une activité où il y a peu de profils


La Vie éco : Combien de stagiaires recrutez-vous en moyenne ?

Convaincus de l’apport des stagiaires, nous sommes tout le temps à la recherche de candidats à fort potentiel. Nous recevons plusieurs demandes de stage qui sont soumises à un processus de sélection bien défini. En moyenne, seulement 10 % des demandes sont retenues. Compte tenu de la nature de notre activité, nous recrutons principalement des élèves ingénieurs issus de grandes écoles. Les autres activités de la société, notamment le support administratif et le marketing, font aussi appel aux stagiaires, à un rythme moins important. Au total, nous recevons une moyenne de 15 stagiaires par an.

Par quel canal les recrutez-vous ?
En plus des demandes spontanées, nous intervenons dans les écoles même pour des présentations et des formations. A ce titre, nous avons une dizaine d’écoles cibles. Nous sommes également présents dans les forums.

Le stage peut-il être un tremplin vers l’emploi?
Nous sommes convaincus, compte tenu de la rareté des compétences dans un certain nombre de domaines dans lesquels nous opérons, qu’un stage bien encadré est une bonne alternative à la recherche d’un collaborateur opérationnel dès le premier jour. Nos stages se déroulent dans une perspective de recrutement. Bien entendu, cette façon de faire exige une bonne approche dans la sélection des candidats mais surtout un bon encadrement. Cet encadrement consistera d’abord à aider les stagiaires dans le choix du projet de stage mais surtout à suivre leur évolution au quotidien.
Nous partons d’un principe de fond : un stagiaire, aujourd’hui (en dehors des stages de découverte de l’entreprise), assume les tâches d’un collaborateur. Il y a quantité de stages où ces jeunes travaillent réellement. D’ailleurs, nous avons vécu une expérience extraordinaire qui a consisté à convertir des stagiaires en véritables experts dans des technologies innovantes dans le domaine de la sécurité des systèmes d’information. Nous avons choisi de miser sur des jeunes compétences ayant passé leurs stages avec succès pour qu’ils nous accompagnent dans la construction de notre pôle Sécurité des Systèmes d’information. Cette décision nous a permis de faire face à la rareté de ces ressources dans ce domaine d’activité.

Comment peut-on valoriser un stagiaire ?
Considérer le stagiaire comme une simple «main-d’œuvre bon marché», c’est mettre en péril les valeurs de l’entreprise.
De ce fait, et en conformité avec la politique générale du groupe, un stagiaire est considéré comme un collaborateur à part entière. Sa valorisation passe par la concrétisation d’un ensemble de mesures prévues dans le cadre de chaque stage. Dès son premier jour, le stagiaire est pris en charge par un maître de stage . En amont, il est accueilli par le service marketing qui lui présente brièvement l’entreprise et le guide dans les démarches administratives.
Par la suite, le stagiaire bénéficie d’une semaine d’intégration sur les activités et les métiers du groupe. Outre un processus d’intégration, nous valorisons nos stagiaires en leurs proposant des projets consistants. Nous gardons toujours en tête que l’attente première d’un stagiaire est de mettre en application ce qu’il a appris, et d’acquérir de nouvelles compétences.

la vie éco


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière