Vol des voitures : Les conseils des assureurs



Déclarer le vol dans les 48 heures est le premier réflexe à avoir
Attention aux nouvelles techniques
LE vol des voitures reste une pratique courante au Maroc. Et les techniques sont de plus en plus ingénieuses. Tout récemment, quatre combines qui rivalisent en originalité occupent le «top ten» de blagues pas drôles du tout. Surtout lorsque vous en êtes victime.
La première est celle du «dépannage». Propre, concise et à la barbe de tout le monde, sans que cela n’éveille de soupçons. En effet, quoi de plus normal qu’une voiture qui se fait remorquer par un camion de dépannage. Vous laissez votre véhicule en stationnement, le dépannage peut l’embarquer à n’importe quel moment. Il suffit pour cela que les escrocs connaissent juste votre emploi du temps. Et Pffft, la voiture se volatilise.
Cette technique, développée et expérimentée jusqu’alors à Rabat, serait réservée aux Toyota, et plus particulièrement, la gamme Corolla. «Les voitures volées serviraient de réservoir de pièces de rechange pour celles des fonctionnaires, généralement mal entretenues», selon un professionnel des assurances.
La technique de «la bâche» est, des quatre, la plus «soft» mais aussi la plus délicate, car elle exploite la crédulité des personnes. Vous avez garé votre voiture sur un boulevard. Les malfaiteurs la bâchent. Quand vous revenez la chercher, vous avez tendance à croire qu’elle a été volée. Pas tout le monde bien sûr, certains penseraient peut-être à vérifier. Les autres ne se doutant de rien pensent réellement que le véhicule a disparu. Les crédules s’en iront laissant place aux voleurs qui viennent récupérer la voiture «à l’aise».
Toujours dans le registre du «camouflage», la troisième technique consiste à couvrir le pare-brise arrière du véhicule. Vous arrivez nonchalamment, vous démarrez et, en voulant faire marche arrière, vous remarquez un large morceau de papier collé sur la lunette arrière. Premier réflexe, ôter ce papier qui vous masque la vue. Innocemment, vous descendez parfois sans couper le contact. Et là, les voleurs, qui étaient en embuscade, sautent dans votre voiture et démarrent au risque de vous écraser. Au risque même de vous agresser si vous opposez quelque résistance que ce soit. «La plupart des personnes laissent leur sacoche, sac à main… sur le siège passager», confie un courtier de place. Là encore, vous perdez tout.
La quatrième combine, quant à elle, fait appel à un arsenal plus important en personnes et matériel. Elle est exécutée alors que la voiture est en circulation.
Concrètement, deux scooters avec chacun deux personnes à son bord encerclent votre voiture (à l’avant et à l’arrière). La moto placée à l’avant du véhicule ralentit subitement pour vous faire freiner. Au même moment, l’une des deux personnes à bord du 2e scooter (à l’arrière) donne un coup de pied à votre pare-choc, simulant un choc, vous faisant croire à un accident. Lorsque vous descendez pour constater l’étendue de l’accrochage, un des filous à l’arrière monte dans la voiture, toujours en marche. Ils filent tous à l’anglaise suivis par le larron qui a piqué le véhicule, vous laissant démuni de tout (voiture, portable, argent…).
Et ce ne sont certainement pas les seules méthodes utilisées. Un seul conseil, aussi banal semble-t-il, restez vigilant et évitez de descendre de votre véhicule à tout bout de champ. Le vol des voitures étant une réalité, certains réflexes sont à avoir une fois que l’incident est constaté.
Selon Mohamed Rais, gestionnaire de sinistres à RMA Watanya, la première des choses à faire est de déclarer le vol à la police. Il faut déposer la plainte, au plus tard, 48h après que le vol se soit produit.
Les malfrats pourraient tuer quelqu’un au cours d’un accident ou bien transporter de la drogue ou n’importe quoi d’autre qui retomberait fatalement sur vous parce que, aux yeux des autorités, vous demeurez toujours responsable du véhicule.
Cette déclaration doit être matérialisée par un document appelé «dépôt de plainte». Ensuite, la victime remet ce document à l’intermédiaire d’assurance (agent ou courtier) qui l’envoie à la compagnie d’assurances. Cette dernière ouvre un dossier auquel elle joint les éléments suivants: les clés (doubles), la carte grise et le récépissé de la vignette ainsi qu’une attestation de la police mentionnant que la voiture n’a pas été trouvée. Le remboursement intervient, en théorie, 30 jours après la constitution d’un dossier complet.
Au cas où la personne perdrait la voiture avec les clés doubles et la carte grise à l’intérieur, elle dépose une déclaration distincte pour chaque objet. La délivrance du document attestant que le véhicule n’a pas été retrouvé intervient 90 jours après. Par ailleurs, certains professionnels évoquent, sans preuves concrètes, des arrangements entre assurés et policiers pour obtenir ces attestations moyennant une part du montant de la prime.

--------------------------------------------------------------------------------


Garantie de vol



LA «garantie vol» est une garantie contractuelle. Selon les compagnies et les formules d’assurance, sa définition varie. En effet, elle peut couvrir uniquement le vol du véhicule lui-même.
Dans ce cas, ce qui sera couvert le jour du sinistre est la valeur du véhicule si ce dernier n’est pas retrouvé. Dans le cas contraire, seront remboursés les frais de rapatriement ou les frais de réparation.
La définition peut être élargie pour englober aussi le vol des pièces isolées, par exemple le vol d’une roue ou des feux additionnels ou autres pièces.
Le risque vol dépend de la valeur du véhicule. C’est la principale variable de tarification utilisée sur le marché marocain. Sur d’autres marchés, on trouve d’autres variables comme la marque, l’âge du véhicule, son équipement anti-vol, la région, le niveau de la franchise appliquée ou encore l’existence d’un garage fermé ou non.
Dans la majorité des sociétés d’assurances, le tarif de la garantie est calculé en appliquant un coefficient qui varie entre 0.30% à 0.20% de la valeur du véhicule. Environ entre 15% et 20% de gens s’assurent contre le vol des voitures. Sur une année, 3 à 5 voitures sur 1.000 seraient volées.

L'Economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière