Vivendi met en vente ses 53% de Maroc Telecom

Il aurait mandaté deux banques pour étudier les modalités de son désengagement.
Les 53% de Vivendi vaudraient aujourd’hui plus de 4 milliards d’euros.



Vivendi met en vente ses 53% de Maroc Telecom
La sortie de Vivendi de Maroc Telecom semble se préciser. Le groupe spécialisé dans les médias, les télécoms et le jeu vidéo aurait mandaté les banques Lazard et Crédit Agricole pour étudier les modalités de cession de ses 53% dans l’opérateur de téléphonie mobile. Contacté par L’Economiste, Vivendi n’a ni infirmé ni confirmé l’information. «Nous communiquerons en temps utile sur les nécessaires évolutions du groupe», fait savoir le groupe. Avec une dette de plus de 14 milliards d’euros à fin juin, Vivendi cherche à réduire la charge. Et la pression est montée d’un cran pour le groupe après qu’il ait été placé sous surveillance avec implication négative par Standard & Poor’s. Du coup, les hypothèses sur des cessions d’actifs se sont intensifiées sur le marché. Les filiales télécoms sont les plus souvent citées. La cession de l’opérateur de téléphonie brésilien GVT circulait déjà depuis quelques mois sur le marché. Deutsche Bank et Rothschild auraient été choisies pour mener à bien cette sortie. Vivendi devrait dévoiler un peu plus ses intentions au printemps prochain. Sur la reconfiguration des activités du groupe, «rien n’est tabou», avait laissé entendre le management lors de la présentation des résultats semestriels.

Maroc Telecom est l’une des filiales les plus rentables du groupe avec un potentiel de développement jugé encore important grâce à ses filiales subsahariennes. Cela incite certains analystes à plus de réserves sur un désengagement de Vivendi. Maroc Telecom a contribué à près de 10% aux revenus du groupe au premier semestre et génère une trésorerie significative  pour le groupe.

Cela dit, sa vente, si elle se concrétise rapporterait un peu plus de 4 milliards d’euros au groupe français. L’opérateur télécom est valorisé à plus de 8 milliards d’euros en Bourse, ce qui situe les parts détenues par Vivendi à ces niveaux. Celui-ci réaliserait au passage une plus-value de plus de 800 millions d’euros. Le français est présent dans le tour de table de Maroc Telecom depuis 2001. Il avait acquis à cette époque 35% du capital auprès de l’Etat à 23,3 milliards de DH. Quatre années plus tard, en 2005, il est devenu actionnaire majoritaire après le rachat à l’Etat de 16% du capital à 12,4 milliards de DH. L’Etat détient toujours 30% de l’opérateur et pourrait avoir son mot à dire sur une éventuelle cession des parts de Vivendi.
En Bourse lundi, Maroc Telecom a cédé 1,96% à Casablanca alors qu’il était en hausse de 0,32% à Paris. Vivendi, lui, a décroché de 1,32%.

L'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière