Transport urbain : L’intégration tram-bus démarre à Rabat



Transport urbain : L’intégration tram-bus démarre à Rabat
Le tramway est considéré comme l’un des projets les plus réussis à Rabat. Avec près de 100.000 voyageurs transportés par jour, ce mode de transport a énormément contribué à soulager les tensions dans toute l’agglomération. «Notre réseau répond à près de 50% des besoins de transport entre Rabat et Salé durant les moments de forte affluence, à savoir le matin entre 7h30 et 9h», précise Lemghari Essakl, DG de l’Agence de l’aménagement de la vallée du Bouregreg. Cependant, la problématique du transport reste encore sérieusement posée notamment pour les populations des quartiers éloignés du réseau du tramway.

Pour remédier à cette situation qui représente une véritable problématique au développement futur de l’agglomération, seul un système intégré permettra l’optimisation de l’exploitation tram-bus. Cette vision a été adoptée dernièrement par les conseils d’administration aussi bien de la Société du tramway de Rabat-Salé (STRS) que celui du groupement Assima, actionnaire majoritaire de Stareo. «Cette intégration s’impose pour plusieurs considérations, notamment techniques, avec un objectif de mutualiser les moyens pour assurer un transport de qualité au profit de la population », confirme Fathallah Oualalou, maire de la capitale. Pour lui, le tram et le bus ne devraient pas fonctionner dans une logique de concurrence mais plutôt en complémentarité. Une stratégie qui sera mise en place avec le soutien financier notamment du ministère de l’Intérieur. «Une étude a été lancée portant sur l’intégration entre le bus et notre réseau», indique Loubna Boutaleb. Parmi les objectifs de cette étude: déterminer les pôles d’échange entre les deux modes de transport. «On prévoit l’aménagement de 5 pôles d’échange qui vont permettre d’organiser le flux des passagers entre le bus et le tram», explique la responsable de la STRS. Cette étude doit également aborder les volets organisation et fonctionnement de la société Stareo chargée des bus. Rappelons que le fonctionnement de cette société est fragilisé à cause d’une série de problèmes : parc insuffisant, conflits sociaux, endettement, gestion classique…. Une restructuration de la société et un renforcement de ses capacités s’imposent afin de permettre une meilleure intégration au réseau du tram qui, lui, est géré avec des méthodes modernes. Dans ce cadre, un accord a été signé dernièrement portant sur le financement de l’investissement de la société Stareo pour la période 2013-2020. Une enveloppe de près de 800 millions de DH sera mobilisée conjointement par le ministère de l’Intérieur, la DGCL, Stareo et le groupement Al Assima. Ce montant sera utilisé notamment pour le renforcement du parc des bus par de nouvelles acquisitions. «47 nouveaux bus sont mis en service et la commande pour 126 autres est déjà lancée. L’objectif étant de disposer d’un parc de 600 véhicules», indique la direction de Stareo. Cette dernière rappelle l’augmentation du capital de la société en juillet 2012 qui atteint 715 millions de DH contre 200 millions DH auparavant. Sur le plan financier, «nous avons réduit notre déficit à 15 millions de DH par mois contre 23 millions de DH au moment du départ de Veolia», précise notre source. Les efforts seront poursuivis pour atteindre l’équilibre financier en 2016. Pour ce faire, il faut instaurer une gestion rigoureuse des dépenses avec une amélioration des recettes. Plusieurs actions sont programmées par la société pour la diversification de ses prestations. A commencer par la mise en service dernièrement d’une ligne de bus reliant le centre-ville de la capitale à l’aéroport de Rabat-Salé avec un prix de ticket de 20 DH. En perspective, la mise en service prochainement des navettes de bus qui vont relier directement des grands quartiers de la capitale avec des zones où sont situés des administrations et des hôpitaux.

Prix social

Dans le cadre de la complémentarité entre le réseau du tramway et celui des bus, des lignes pilotes seront opérationnelles avec un ticket unique avant la fin de cette année, selon Boutaleb. Stareo est donc invitée à activer la mise en place de son système de billettique qui devrait fonctionner en harmonie avec celui du tram déjà opérationnel. Mais pour réussir ce projet d’intégration, la direction de Stareo doit trouver également des solutions pour assurer une paix sociale au sein de la société dont l’activité est perturbée de temps à autre par des mouvements de grèves. Le dernier en date avait démarré au début du mois de juin pendant trois jours, paralysant l’ensemble du réseau des bus.

L'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière