Télécoms : Les dessous des détournements de trafic international

Les modes opératoires de plus en plus ingénieux et sophistiqués.
Jusqu’à 400 millions de DH de pertes pour les opérateurs.
Des dizaines d’actions en justice.



Télécoms : Les dessous des détournements de trafic international
Le détournement du trafic international taraude les opérateurs télécoms et prend des proportions importantes. Ces dernières années, le phénomène s’intensifie et devient plus sophistiqué. Les fraudeurs recourent à des méthodes de plus en plus ingénieuses et difficiles à appréhender, occasionnant de lourdes pertes aux opérateurs. «Ces fraudes représentent 5 à 10% du total du marché du trafic international estimé à quelque 4 milliards de DH. C’est énorme!», révèle Frédéric Debord, directeur général d’Inwi. Le manque à gagner pour le 3e opérateur du marché se chiffre à plusieurs dizaines de millions de DH. Le bras télécoms de la SNI dispose d’ailleurs actuellement d’une dizaine d’actions en justice contre des fraudeurs. De même que ses concurrents, Maroc Telecom et Méditel, qui ont déposé plusieurs plaintes. «Il s’agit le plus souvent de techniciens chevronnés ou d’ingénieurs qui recourent à des techniques sophistiquées. Quand nous les détectons, cela nous permet en permanence d’améliorer nos systèmes de contrôle», relève-t-on du côté de Méditel. La filiale d’Orange a même monté une cellule spéciale chargée de détecter et traquer les détournements. Inwi aussi a mis en place un système de détection avec des outils d’analyse et de simulation du trafic. Mais il n’est pas toujours évident d’épingler les fraudeurs qui souvent sont ultra-rapides et ne laissent aucune trace derrière eux. Leurs modes opératoires sont divers. «Généralement, ils acheminent du trafic international via Internet. Ils le réinjectent ensuite sur le réseau et le font ressortir à travers une carte SIM d’un opérateur national, au prix d’une communication locale», explique Debord.

Les trois fournisseurs de réseau n’ont d’autre choix que de travailler ensemble pour lutter contre ces «hold-up» du réseau, avec l’assistance de l’ANRT. Difficile de compter entièrement sur les services de police, souvent dépassés par la complexité et «l’ingéniosité» des opérations…

Les gestionnaires de réseaux ne sont pas les seuls à être lésés par ce genre de pratiques. Les détournements de trafic représentent également un manque à gagner, en devises, pour les caisses de l’Etat. Les utilisateurs aussi se retrouvent avec des communications clandestines et à très faible qualité. Ce qui porte préjudice à l’image des opérateurs «Dans cette situation, personne n’est gagnant, que ce soit au Maroc ou à l’étranger. Seuls les fraudeurs en bénéficient», déplore le DG d’Inwi.
Alléchés par des gains conséquents, les fraudeurs ne sont pas près de s’arrêter. Certains démantèlements de réseaux ont même levé le voile sur des connivences avec des membres du personnel des opérateurs télécoms. Ce fut le cas par exemple pour Maroc Telecom en 2009, lorsqu’une enquête a mis à jour des complicités avec des employés d’IAM. Actuellement, le bruit court autour de l’implication d’un ancien dirigeant de l’un des 3 opérateurs dans une affaire de détournement de trafic.

Lourdes peines

Les fraudeurs du trafic téléphonique international qui se font épingler paient cher leurs combines. Dans certaines affaires diligentées par Maroc Télécom, des peines de prison fermes allant jusqu’à 18 mois ont été prononcées. Couplées d’un dédommagement à l’opérateur, à l’administration des douanes ainsi qu’à l’Office des changes pour les pertes subies.
La dernière affaire impliquant IAM date de décembre dernier, où un fraudeur arrêté en flagrant délit à Casablanca (Aïn Chock Hay Hassani) a écopé de 8 mois de prison ferme. Quelque 4 autres avaient été jugées en septembre avec des peines allant de 6 à 18 mois de prison à Tanger. Selon l’opérateur, de nombreuses arrestations ont eu lieu dernièrement dans plusieurs villes, dont Marrakech, Rabat, Nador et Tétouan.


Ahlam NAZIH, L'economiste



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière