Télécoms: IAM ne prendra pas des parts de Wana!



Vivendi met fin à la rumeur en arrêtant les discussions avec Zain.
Le français devait reprendre les actifs du koweïtien en Afrique francophone.
Tous les scénarios imaginés dans les négociations engagées voilà quelques semaines par Vivendi pour racheter les actifs de Zain en Afrique tombent à l’eau. Le groupe français de médias et télécoms a annoncé, hier lundi 20 juillet, qu’il mettait fin aux discussions avec l’opérateur télécoms koweïtien. Vraisemblablement en raison d’un désaccord sur le prix.
Selon une source interne d’Oddo Securities, Zain espérait de la vente de ses actifs entre 10 et 12 milliards de dollars. Rappelons que l’opérateur koweïtien opère dans une vingtaine de pays dont 17 en Afrique (dont le Maroc, depuis l’acquisition dernièrement de 31% du capital de Wana, filiale télécoms du groupe SNI/ONA). Il compte quelque 40 millions d’abonnés dont plus de 17 au Nigeria à l’exception des clients de Wana (plus de 2 millions). Un portefeuille clients qui lui a permis de réaliser un chiffre d’affaires de 3,875 milliards de dollars en 2008. En mettant fin ainsi aux discussions, Vivendi, qui avait bel et bien confirmé son intérêt pour une telle acquisition, met fin également à la possibilité, -supposée ou avérée-, de voir Maroc Telecom hériter des parts de Zain dans Wana.
De fait, l’opérateur français aurait envisagé d’utiliser Maroc Telecom pour reprendre les actifs de Zain situés dans les pays francophones, notamment en République Démocratique du Congo où le koweïtien compte plus de 3,3 millions d’abonnés. «Et éventuellement au Maroc où il détient plus du 1/3 du capital de Wana», avait laissé entendre une source proche des télécommunications au Maroc. L’explication avancée par Jean-Bernard Lévy, président du directoire, est que «Maroc Telecom a l’avantage de ne pas être endetté et de bien connaître le marché africain». Auquel cas, s’étaient empressés de souligner certains observateurs, faudrait-il que l’opérateur historique du Royaume digère d’abord tous ces investissements faits pour acquérir la majorité (51%) d’Onatel du Burkina Fasso pour 220 millions d’euros, (51%) de Gabon Telecom pour 213,5 millions d’euros dont 152,5 millions sous forme d’investissement sur cinq an, (54%) de Mauritel pour près de 48 millions de dollars. Plus récemment encore, le 14 juillet, Maroc Telecom a acquis 51% de l’opérateur malien, Sotelma, en déboursant 275 millions d’euros. A ce jour, le premier opérateur téléphonique du Maroc a déboursé plus de 5,6 milliards de DH pour acquérir la majorité dans chacune de ses quatre filiales africaines.

leconomiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière