Stress au travail : Remède et prévention



Gérer son stress, c'est bien, mais pas suffisant. Le manager se doit aussi de veiller à son équipe, de la placer dans des conditions favorables et de réagir en cas de crise.

Manager par le stress peut donner des résultats très rapides et procurer une certaine autosatisfaction. Mais tous les spécialistes du stress sont d'accord sur un point : ce type de gestion est court-termiste, isole terriblement le manager et se revèle, in fine, conflictuelle. Très vite, la stratégie de la "pression" induit une dégradation de l'efficacité de l'équipe. A long terme, le meilleur calcul pour un manager est donc d'aider son équipe à bien gérer le stress.
Voici donc les cinq grands principes que doivent suivre les managers pour réussir dans ce domaine. Deux mots d'ordre : écoute et finesse.

1. Détecter le stress

C'est une évidence, mais mieux vaut le rappeler : pour gérer le stress, il faut savoir le détecter. "Le manager doit comprendre ce qu'est le stress et ce qu'il n'est pas. Pour cela, il ne faut pas hésiter à démystifier le stress, à se documenter." Afin de cerner la situation, le manager peut s'appuyer sur des outils d'évaluation, par exemple sous forme de questionnaires. "Il est très utile de faire un bilan au sein de son équipe. Grâce à un questionnaire, il est possible de suivre dans la durée le niveau de stress de son équipe." Ce questionnaire doit permettre aux salariés d'exprimer les points positifs et négatifs qu'ils ressentent dans leur travail. Mais le manager ne doit pas se limiter à ce seul questionnaire. L'observation est un également un détecteur de stress très utile, d'autant que les symptômes sont nombreux : physiques, physiologiques, moraux, psychologiques, relationnels, intellectuels ou professionnels.

2. Une organisation anti-stress

Principal facteur de stress : l'incertitude. Un facteur qui peut prendre des proportions alarmantes quand il touche aux tâches ou aux objectifs des salariés. "Dans une équipe, il faut définir clairement les tâches de chacun sans qu'elles ne se recoupent, sans qu'il y ait de compétition interne. Le manager doit trouver la frontière entre l'émulation et la perversion." Pour cela, rien de tel qu'un organigramme bien ficelé et que la mise en place d'objectifs précis et réalisables. Une mécanique qui n'empêche pas d'affronter les urgences, si le manager sait se montrer pédagogique en expliquant à son équipe les raisons des nouvelles exigences.

3. Réguler le stress au quotidien

Au quotidien, le manager doit avant tout être attentif au moindre signe de stress chez ses collaborateurs afin de réguler le problème avant qu'il ne prenne de l'importance. "En tant que manager, il faut être capable de laisser de la liberté et une marge de manœuvre, de confier des responsabilités et de transmettre de l'information. Cela permet au salarié de mieux prendre en compte les tâches qu'il a à assumer, donc de se responsabiliser, voire de prendre des initiatives." Le manager doit éviter de jouer la carte "copain" dans ses relations avec l'équipe, au risque de déstabiliser certaines personnes et de provoquer des conflits d'intérêt. En revanche, une qualité est à entretenir : l'écoute.


4. En cas de stress individuel

Premier réflexe pour le manager face à un phénomène de stress détecté chez l'un de ses collaborateurs : être disponible et attentif. "La mise en évidence d'un problème de stress majeur chez un collaborateur doit amener le manager à d'abord l'écouter". Si le stress a une origine personnelle et met en danger la santé du salarié, le manager devra l'orienter vers son médecin traitant. "Si c'est la composante socioprofessionnelle qui est la plus perturbée, il faut voir d'abord le médecin du travail. La meilleure réponse reste encore celle que peuvent donner des professionnels qui connaissent le salarié et son lieu de travail." Ce type d'initiative doit être pris, bien entendu, avec l'accord du salarié.


5. En cas de stress d'équipe

Le stress n'est pas qu'un phénomène individuel : il peut devenir collectif et "s'auto-entretenir" par un mouvement circulaire, en passant d'un collaborateur à un autre. "Le premier réflexe pour le manager est de chercher les causes de ce stress collectif en provoquant des réunions ou des entretiens individuels, et en essayant de faire la part des choses entre vie privée et professionnelle. L'idéal est ensuite d'agir sur ces causes." Ici, le manager doit se montrer volontarisme : si certains problèmes sont identifiés, l'action est nécessaire. Car faute d'agir, le manager risque à son tour d'alimenter ce stress collectif.

journaldunet.com


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière