Savoir travailler dans l'urgence



Une réunion de direction à improviser pour le demain, un dossier d'appel d'offres à monter pour la semaine prochaine, un rapport à rendre hier... Dans bien des situations, travailler est devenu une course contre le temps. Et ce n'est pas toujours dû à une charge de travail croissante mais au besoin que tout aille plus vite. Pour faire face à ces coups d'accélérateur, tant physiquement que psychologiquement, et obtenir le meilleur de ses équipes, il faut garder la tête froide. Les bons réflexes.

Accélération de l'information, réduction du temps de travail, pression du court terme... les causes sont multiples mais la constatation reste la même pour les professionnels : les délais pour chaque tâche ne cessent de se raccourcir. Pourtant, entre une situation de crise qui menace la vie de l'entreprise et les ultimatums irréalistes d'une hiérarchie qui a besoin de se rassurer, il y a tout un éventail de cas qu'il convient d'examiner avant de se jeter tête la première dans l'action.

Comme dans les services d'urgence à l'hôpital, il faut mettre en place une démarche de triage. On se posera dès lors une série de questions : quel est le niveau de priorité de cette tâche par rapport à d'autres que j'ai à faire ? Va-t-elle nécessiter des ressources qui peuvent faire défaut à d'autres ? "L'équipe des managers doit être très claire sur la hiérarchie des priorités de l'entreprise", assure Robert Knecht, consultant-formateur en efficacité professionnelle pour Links Conseil. Ce n'est pas parce que le dossier X occupe tout votre temps et votre esprit qu'il peut justifier la mobilisation d'un autre collaborateur en urgence. Il faut toujours prendre en compte la place de ce projet dans la stratégie de l'entreprise.


Souvent, le caractère urgent d'une tâche est donné par votre chef. Ce n'est pas une raison pour ne pas passer par l'étape du triage. Il est naturel qu'il n'ait pas conscience de toutes vos contraintes. "Si vous estimez que cette nouvelle tâche viendra perturber une autre plus importante, il ne faut pas hésiter à le lui dire", recommande Robert Knecht. Il pourra alors en toute connaissance de cause décider ce qui est vraiment le plus urgent. "Parfois, cette notion d'urgence est émise par le manager uniquement parce qu'il est inquiet, témoigne Laurent Combalbert, consultant en gestion des crises, ancien officier du Raid et auteur du "Guide de survie du manager". Il faut alors lui parler, le rassurer sur le fait que la tâche sera réalisée mais qu'il doit vous laisser gérer votre temps."


Journal du NET


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière