Savoir convaincre son banquier



Avant de se lancer et après avoir épuisé toutes les solutions de financement personnel, une entreprise doit très souvent recourir à des prêts obtenus auprès d’une banque. Mais encore faut-il parvenir à convaincre son banquier de lui prêter de l’argent. Voici les principaux critères d'obtention d’un prêt.

I- Le projet

L’obtention du prêt va essentiellement se jouer sur la « qualité » du projet. La banque prend-elle beaucoup de risques à accorder un prêt à un entrepreneur ? Elle mesure ce risque selon deux principaux critères :

a. Le marché

La banque veut tout d’abord savoir si le projet est viable et, à terme, si elle pourra dégager des bénéfices. Elle étudie donc si l’idée est adaptée au marché, s’il y a beaucoup de clients potentiels, si la concurrence est importante ou faible. Elle regarde également si les coûts de production ne sont pas trop élevés par rapport au chiffre d’affaires estimé.

b. Les garanties

Plus l’apport personnel de l’entrepreneur est important, mieux c’est ; l’idéal serait qu’il représente 50% du financement, même si dans la pratique ce taux est plutôt de l’ordre de 20 à 40 %. De plus, l’apport est jugé de meilleure qualité lorsqu’il provient de l’apport personnel plutôt que d’une aide familiale ou d’une subvention.

En outre, la banque se protégera avec des garanties techniques. On relève principalement :
- le nantissement de l’outil de production ou de l’investissement qui constitue l’objet du financement ;
- les cautions personnelles, très appréciées par les banquiers, mais qui peuvent s’avérer dangereuses pour l’entrepreneur.

II- Le contact humain

Le facteur humain n’est bien entendu pas à négliger. L’entrepreneur doit réussir à instaurer une relation de confiance avec son banquier.

a. Les qualités du créateur

Le créateur doit montrer sa capacité de commander, sa maîtrise du projet, son organisation, sa motivation.

C’est pourquoi il est très important qu’il possède un bon dossier (complet, clair, précis et bien présenté), et qu’il soit crédible lors de l’entretien (il est nécessaire de maîtriser toutes les notions du plan d’affaire, comme les notions de BFR, compte de résultat, plan de trésorerie, …)

b. Situation de l’entrepreneur

La banque s’intéresse aussi bien à sa situation professionnelle que familiale :
- situation professionnelle : quelle expérience a l’entrepreneur ? a-t-il déjà fait ses preuves ?
- situation familiale : est-il endetté, pauvre, aisé ? la compagne éventuelle a-t-elle donné son accord au projet ?

c. La transparence

Enfin, l’établissement des comptes de l’entreprise selon les règles légales est primordial car c’est à partir de ces documents que la banque jugera si l’entreprise constitue un bon investissement ou non, et prendra finalement sa décision.

Net PME


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière