Santé : Politique de baisse des prix des médicaments

La baisse des prix s’effectuera en deux temps
Les pharmaciens réclament des mesures d’accompagnement
Les distributeurs diminuent leurs marges de 20%



Santé : Politique de baisse des prix des médicaments
La tension qui a accompagné la décision du ministère de la Santé de procéder à une baisse des prix des médicaments a finalement laissé place à l’apaisement. Après plusieurs mois de négociations, des accords ont été signés avec les industriels en juillet, et avec les pharmaciens, le 22 octobre. Les pharmaciens, il est vrai, se sont élevés contre cette décision qu’ils considéraient comme contraire à leurs intérêts. Car la baisse des prix des médicaments supposait pour eux une révision de leurs marges. Ce qui était perçu comme «une injustice pour les pharmaciens d’officine qui vivent une situation économique difficile», comme l’ont souligné les représentants des organisations professionnelles du secteur, lors d’une conférence organisée par le ministère de la Santé hier à Rabat. Sur ce point, El Haussaine Louardi, ministre de tutelle, a été on ne peut plus clair: «Nous ne voulons pas que cette décision se fasse au détriment des pharmaciens. Il est hors de question qu’ils soient sacrifiés au nom d’un problème qu’ils ne font que subir eux-mêmes». En effet, la baisse annoncée se fera en deux temps. La première étape, qui est déjà en vigueur, concerne 320 médicaments considérés comme chers. La deuxième étape, plus large, sera mise en œuvre à travers l’adoption d’une nouvelle réglementation relative à la fixation des prix de ces produits pharmaceutiques. Le ministre a ajouté que son département a «répondu favorablement à certaines doléances restées lettre morte depuis des années, en particulier la mise en place d’une pharmacopée nationale, la lutte contre les circuits parallèles de distribution et la consolidation du monopole légal des pharmaciens». Des décisions qui semblent satisfaire les professionnels et dont les organisations syndicales ont souligné l’importance. Ainsi, Louardi a pu «rétablir la confiance entre les différentes parties prenantes», se sont accordés à dire tous les intervenants. Ceux-ci ont mis en avant «l’approche solidaire» de leur initiative. En effet, les distributeurs et les pharmaciens ont consenti à revoir leurs marges, afin de favoriser la baisse des prix. Ceci a été confirmé par l’Association marocaine des distributeurs pharmaceutiques dont les adhérents «vont perdre 20% de leur marge, pour soutenir les officinaux». L’objectif est d’aboutir à la fixation d’un «prix juste, qui constitue un des éléments fondamentaux de la politique du médicament», de l’avis du ministre. Pour lui, «il s’agit d’un prix qui prend en compte le pouvoir d’achat des citoyens et les capacités financières des caisses d’assurance maladie». D’autant plus que «70% de la population ne dispose ni d’une couverture médicale, ni de moyens propres pour l’achat des médicaments», comme l’a rappelé Abdelghani El Guermai, président de l’Association de l’industrie pharmaceutique. Aujourd’hui, il s’agit d’une décision que Louardi qualifie «d’historique», dans la mesure où «aucun de ses prédécesseurs n’a osé l’aborder, à cause de la complexité du dossier et de la multitude des intérêts en jeu», selon les représentants de la Fédération des syndicats des pharmaciens. Cependant, face aux «sacrifices entrepris dans un esprit de solidarité», les professionnels ont rappelé une série de réclamations. En tête «le respect des circulaires adoptées récemment par le ministère». Celles-ci s’inscrivent dans le cadre des mesures d’accompagnement prévues par le département de Louardi pour assurer un appui au secteur. Elles portent sur le respect des circuits légaux de distribution dans les cliniques privées, la mise en place d’un observatoire national d’approvisionnement du marché en médicaments, ainsi que les règles relatives à l’utilisation des équipements médicaux. A cela s’ajoutent un décret relatif à la bioéquivalence des médicaments génériques et un autre sur la pharmacopée. Les représentants syndicaux des professionnels ont mis l’accent sur l’importance du suivi de la mise en œuvre de ces dispositions, par les industriels et les répartiteurs. Ils ont appelé le ministère à renforcer les missions d’inspection. Parallèlement, les pharmaciens d’officine ont demandé leur implication dans la mise en œuvre du Ramed, notamment «à travers un partenariat public/privé». En plus de ces revendications professionnelles, les syndicats ont mis en avant des doléances sociales, notamment pour bénéficier d’une couverture médicale. Surtout que beaucoup de pharmaciens «vivent dans une situation de précarité, alors qu’ils constituent le maillon essentiel pour faire parvenir le médicament aux citoyens», a noté Louardi. Il a fait savoir qu’une «commission mixte a été mise en place afin de résoudre les différentes problématiques restées jusque-là en suspens».

Prescription

C’est connu, les volets médical et pharmaceutique sont indissociables dans toute politique de médicament. Mieux, cette politique ne peut être efficiente sans l’implication de tous les maillons de la chaîne, afin de mettre à la disposition des patients un «médicament de qualité à des prix abordables», comme l’a souligné Tahar Alaoui, président de l’Ordre national des médecins. Celui-ci a précisé que le corps médical est «conscient de son rôle dans la prescription de médicaments fiables, dont le prix correspond au pouvoir d’achat des citoyens». D’autant plus que c’est le médecin qui est en relation directe avec le patient et qui peut l’orienter vers les produits dont les prix ont baissé, dans le cadre de cette politique globale.

Mohamed Ali MRABI, L'economiste



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière