Sang artificiel : 1re autotransfusion de globules rouges



Sang artificiel : 1re autotransfusion de globules rouges
«Des globules rouges produits à partir de cellules souches ont été réinjectés à un donneur. Une étude française qui ouvre la voie à la création de banques de sang artificiel».

Des chercheurs français viennent de réussir la première autotransfusion humaine de globules rouges -qui transportent l'oxygène des poumons vers les tissus- à partir de cellules souches, selon une étude parue jeudi dans la revue spécialisée américaine Blood.

Les résultats de cette étude, réalisée par Luc Douay (Inserm-UPMC) à l'hôpital Saint-Antoine de Paris, laissent espérer qu'un jour les patients ayant besoin d'une transfusion sanguine deviennent leurs propres donneurs, selon l'Institut national de la santé et de la recherche médicale.

Les globules rouges injectés ont été créés à partir des propres cellules souches hématopoïétiques humaines (CSH) -qui fabriquent tous les types de cellules sanguines- d'un donneur humain.

A partir de ces cellules souches, les chercheurs ont réussi à produire en laboratoire des milliards de globules rouges, avec l'aide d'additifs spécifiques appelés «facteurs de croissance».

«Des globules rouges qui se comportent normalement»
A l'issue de tests sur des souris, l'équipe de recherche a répété l'expérience sur un donneur volontaire : après lui avoir réinjecté des globules rouges cultivés à partir de ses propres cellules souches, ils ont évalué leur survie dans son organisme.

Résultats : la durée de vie et le taux de survie des cellules cultivées sont similaires à ceux des globules rouges «classiques». Ce qui étaye leur validité en tant que source possible de transfusion, disent les chercheurs.

«Bien que les recherches déjà menées aient montré qu'il est possible de transformer les CSH en globules rouges matures, cette étude est la première à démontrer que ces cellules peuvent survivre dans le corps humain, une percée majeure pour la médecine transfusionnelle», souligne Luc Douay, principal auteur de l'étude, directeur de l'unité de recherche «Prolifération et différenciation des cellules souches».

Pallier le manque de donneurs
«Nous avons cruellement besoin de nouvelles sources de produits sanguins pouvant être transfusés, en particulier pour faire face à la pénurie de donneurs de sang et pour réduire le risque d'infection lié aux nouveaux virus émergents, associé à la transfusion classique», ajoute-t-il.

Il se dit convaincu que ces globules rouges cultivés en laboratoire pourraient constituer une réserve illimitée de cellules sanguines et une alternative aux produits de transfusion classiques.

Toutefois, la production à grande échelle de ces cellules requiert des progrès technologiques supplémentaires.

AFP


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière