Samir investira dans des dépôts de stockage dans Nador West Med

Le raffineur national veut investir dans des dépôts de stockage dans ce complexe portuaire de l’Oriental. Samir dispose actuellement d’une capacité de raffinage annuelle de 10 millions de tonnes, pour une capacité de stockage de 2 millions de m3.



Samir investira dans des dépôts de stockage dans Nador West Med
Samir ira à Nador West Med. La Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage se prépare pour s’installer dans ce complexe portuaire qui sera réalisé dans la baie de Betoya, à 30 km à l’ouest de Nador. «Nous suivons de plus près l’évolution de ce grand projet. De par son positionnement dans l’économie et le secteur pétrolier en particulier, Samir doit être présent à Nador West Med. Nous avons l’ambition d’investir dans des dépôts de stockage pour renforcer notre positionnement aussi bien sur le marché local qu’à l’export. Nous allons soumettre notre candidature dès que les autorités marocaines ouvriront la voie», a déclaré au «Matin» Jamal Ba-Amer, directeur général de Samir. Le patron de la filiale marocaine du groupe Corral s’exprimait le 28 juin à Casablanca, à l’occasion de la présentation de son projet de stations-services et le lancement de la nouvelle gamme «Samir Lubrifiants».
D’un investissement de 5,9 milliards de DH, la première phase du complexe portuaire Nador West Med sera, pour rappel, constitué d’un port en eau profonde comportant des terminaux dédiés aux produits pétroliers et au vrac et marchandises diverses. Le port sera doté, dans cette première étape, entre autres, de deux postes dédiés aux produits pétroliers raffinés avec une capacité globale de traitement d’environ 15 millions de tonnes par an, avant de se renforcer dans une seconde phase par deux autres structures dédiées au pétrole brut avec une capacité globale de traitement d’environ 20 millions de tonnes par an. Le coût relatif à cette extension est estimé à 1,6 milliard de DH.
Samir, qui opère dans la production et la distribution de produits raffinés (notamment le propane, le butane, le jet, l’essence sans plomb, le gasoil 50 ppm, les huiles de base, le bitume et le soufre) dispose actuellement d’une capacité de raffinage annuelle de 10 millions de tonnes, pour une capacité de stockage de 2 millions de m3. Son installation à Nador West Med lui permettra de se positionner sur le marché de l’Oriental, mais aussi, côté import/export, vis-à-vis des marchés de l’Europe, la Méditerranée et de l’Afrique.
Le raffineur aurait perdu entre 2011 et 2012 environ 13 points de part de marché local (de 70% en 2011 selon une note d’information du CDVM, cette part a baissé à 57% en 2012, d’après cette fois les chiffres de Samir). Le groupe n’a donc d’autres choix que de continuer à investir davantage pour sauvegarder son positionnement. Ces huit dernières années, Samir a investi plus de 18 milliards de DH, notamment pour renforcer ses capacités de production et de stockage. Jamal Ba-Amer a confié au «Matin» que les capacités de production ne seront pas augmentées à court et moyen termes, les 10 millions de tonnes étant suffisantes. Cependant, la société compte se consolider et se diversifier dans d’autres activités. Au programme donc, le renforcement de l’influence logistique du groupe à travers l’accès aux nouvelles installations d’entreposage et le démarrage de son investissement dans sa filiale logistique TSPP (qui prévoit notamment la construction du pipeline JetA1 reliant la raffinerie à l’aéroport Mohammed V). Le raffineur cite également la réorientation d’une partie de la production vers l’export (avec l’objectif de réaliser 20% du chiffre d’affaires d’ici 3 ans) principalement vers les marchés africains, qui devront représenter 30% du marché de la Samir à moyen terme.

Il y a aussi le come-back en force sur le marché de la distribution à travers sa filiale SDCC (Société de distribution de carburants et combustibles). Jusqu’à 1 milliard de DH d’investissement est prévu d’ici 2017 pour constituer un réseau de stations-services de 150 à 200 stations. Le démarrage de la distribution est programmé pour octobre prochain avec une trentaine de stations. L’ambition est d’arriver à moyen terme à grignoter 15 à 20% de part de marché dans une activité où la demande augmente en moyenne de 6% l’an. Actuellement, elle est de 11 millions de tonnes annuelles.

Moncef Ben Hayoun, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière