Salaire des cadres : une hausse moyenne de 5% attendue en 2012



Les salaires vont évoluer moins rapidement dans les secteurs affectés par la crise, comme le textile et le tourisme. Les cadres des fonctions «commercial» et «finance» continuent d’évoluer au-dessus de la moyenne.

Les années se suivent et se ressemblent. Ce dicton s’applique depuis quelque temps à la politique de rémunération dans le secteur privé. En effet, l’augmentation des salaires ne dépassera pas 5%, en moyenne, en 2012. Le taux paraît significatif parce qu’il dépasse celui de l’inflation, mais il ne profite pas à tout le monde. Houcine Berbou, consultant senior à LMS-ORH, tient à préciser qu’il s’agit de moyenne et qu’en matière de salaire tout dépend des pratiques qui sont différentes, selon les secteurs ou même dans un secteur donné. «La taille des entreprises et leur nature (grande ou moyenne entreprise, filiale de multinationale ou entreprise familiale) sont aussi déterminantes. Il y a aussi le fait que certaines fonctions sont mieux cotées que d’autres compte tenu de leur importance pour l’entreprise, mais aussi de l’état du marché de l’emploi», explique-t-il.

Beaucoup de secteurs, notamment le textile et le tourisme, se montreront très frileux, touchés qu’ils sont par la récession mondiale.
Pour ce qui est des fonctions, on notera que la fonction «commercial» reste dominante sur le marché, et ce, quel que soit le niveau d’expérience. Presque tous les secteurs sont en quête de commerciaux et leur soif n’est pas près d’être étanchée. Dans cette spécialité, il faut compter entre 70 000 et 160 000 DH annuels bruts pour un cadre commercial. Pour ceux qui ont plus de 6 ans d’expérience, le salaire peut largement dépasser cette fourchette. Un responsable junior est également bien loti puisque son salaire peut aller de 158 000 à 280 000 DH annuels bruts. Le responsable grands comptes et le chargé d’affaires sortent du lot. Le salaire du premier peut varier de 200 000 à 500 000 DH annuels bruts, selon l’expérience, le secteur d’activité et la taille de l’entreprise.

Les salaires les plus élevés se trouvent dans les secteurs à forte compétition, notamment les banques, l’équipement automobile, la chimie et la parachimie.
Egalement chouchoutées, les fonctions de la finance et de la gestion. A titre indicatif, un auditeur peut percevoir plus de 600 000 DH bruts annuels. Un responsable administratif et financier, quant à lui, peut toucher un salaire maximum de 700 000 DH annuels bruts.

Enfin, du point de vue de la politique de rémunération, on relève que le variable a pris de l’ampleur. Le bonus devient courant et les entreprises structurées proposent l’assurance vie complémentaire pour fidéliser les cadres. Parmi les autres avantages qui reviennent le plus souvent : téléphone mobile, voiture de fonction, prêts, réduction sur les produits d’entreprise, clubs de sport, indemnité de voiture personnelle, chauffeur et enfin logement de fonction.


Brahim Habriche.
www.lavieeco.com


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière