Résultats CDG : Le groupe maintient des croissances importantes



Résultats CDG : Le groupe maintient des croissances importantes
Hausse de 20% des bénéfices hors opération Méditel.
La chute du marché boursier entraîne la baisse des fonds propres.
10 milliards de DH investis en 2011.
Caisse de dépôt et de gestion (CDG) est revenue à des niveaux normatifs de croissance après une année 2010 exceptionnelle marquée par la réalisation d’une plus-value de 1,2 milliard de DH suite à la cession de 20% de Méditel et une activité intense sur le marché actions.

Mécaniquement, les profits du groupe sont donc ramenés à 801 millions de DH en 2011 contre 1,9 milliard de DH une année plus tôt. Hors opération Méditel, les bénéfices sont tout de même en hausse de 20%, a expliqué le management de la CDG lors de la présentation des résultats annuels le 16 avril. Un exercice que s’impose l’institution depuis 2011. La hausse des profits sur une base normale a tout de même été atténuée par la chute du marché boursier. L’activité de la CDG est très liée au marché financier et donc la soumet à ses caprices.
L’impact de la dépréciation des cours est estimé par Anass Alami, directeur général de la CDG, à 1,7 milliard de DH dont 400 millions de DH de reprise sur provisions. La baisse des cours a également une incidence sur les capitaux propres du groupe puisqu’ils sont en recul de 17% à 16,4 milliards de DH. C’est la traduction de la règle des normes IFRS qui exigent l’imputation des dépréciations d’actifs financiers dans les capitaux propres. Le groupe applique à la lettre la norme «IAS 37» relatif aux instruments financiers qui prône la «fair-value», en l’occurrence la valeur du marché. Le groupe reste exposé à une nouvelle contre-performance en 2012 parce que le marché ne s’est toujours pas remis de la dégringolade de 2011. Il a déjà bouclé le premier quart de l’année du mauvais pied, et les prévisions ne laissent pas entrevoir un retournement de situation à court terme.
De façon générale, la CDG a réalisé un produit net bancaire (PNB) de 5 milliards de DH en recul de 3,6%. Le pôle Banques et activités financières qui constitue le moteur du business de l’opérateur a généré un PNB de 2 milliards de DH en baisse de 700 millions de DH par rapport à l’année précédente (effet de la plus-value sur Méditel). Son poids dans le PNB global passe donc de 52 à 40%. Au niveau des autres métiers du groupe, la contribution du pôle Assurances et réassurance au PNB dépasse le milliard de DH soit 21% du total (14% en 2010). Les activités d’aménagement, immobilières et touristiques pèsent 28% du PNB pour un montant de 1,4 milliard de DH. Le groupe entend se renforcer sur ce segment à l’avenir. Il prévoit notamment le développement d’une chaîne d’hôtellerie économique ou encore celui du marché de l’immobilier locatif professionnel. Sa filiale de gestion hôtelière sera renforcée en ressources, ce qui n’exclut pas des partenariats avec des enseignes internationales.

En termes de ressources, CDG a amélioré ses dépôts de 14% à 59,4 milliards de DH. Une hausse imputable à la hausse de 25% des dépôts de la CNSS qui ont totalisé 24,3 milliards de DH. Les dépôts de la Caisse d’épargne nationale atteignent pour leur part 12,4 milliards de DH en progression de 5%. Une réorganisation de la CEN est envisagée, notamment la formule de rémunération.

De leur côté, les emplois ont augmenté de 14% en 2011 pour atteindre 72,2 milliards de DH. Les placements en actions mobilisent 42% des emplois de la CDG soit un encours de 30,6 milliards de DH.

Le marché obligataire capte pour sa part 27 milliards de DH, soit 37% du total. La CDG se positionne donc comme l’un des principaux intervenants sur le marché financier. Elle ambitionne de jouer un rôle majeur dans la croissance des modes de financement alternatifs et surtout faciliter la désintermédiation de l’économie. C’est en tout cas l’une des principales orientations que s’est fixée l’institution dans son plan stratégique 2011-2015. D’autres chantiers seront activés notamment le développement de la banque d’affaires ou encore le private equity.

La CDG a investi plus de 10 milliards de DH en 2011 et compte poursuivre sur la même cadence les prochaines années. La CGI, CIH et Med

Zont capté près de la moitié des investissements du groupe l’année dernière soit 4,7 milliards de DH. En 2011, la CDG a consolidé 133 entreprises dont 11 nouvelles entrées au titre de l’exercice. Mais globalement, environ 15 entités génèrent près de 90% du PNB de la CDG.

Des succursales en région

LE plan stratégique de la CDG qui s’étale jusqu’en 2015 prévoit notamment la mise en place d’un nouveau système de management des ressources humaines et l’instauration d’un project management office.
Ce dernier est supposé faciliter l’identification et la cartographie des chantiers stratégiques qui nécessitent un suivi rapproché.

Un autre axe phare de la stratégie du groupe est le déploiement du projet WASL qui se traduira notamment par la transformation des activités bancaires et prévoyance mais également la mise en place d’un réseau de succursales CDG. Celles-ci exerceront à la fois une activité de banque réglementée et de prévoyance.

 
Franck FAGNON
L'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière