Reprise d'entreprise : la crise est-elle une période propice pour l'acheteur ?



Il ne faut pas croire que la crise, du fait qu'elle inciterait les vendeurs à brader leur actif, crée des conditions de négociation mirifiques pour l'acheteur. Les entreprises se vendent en effet sur la base d'un historique. Imaginez par exemple une société du bâtiment dont les cinq derniers bilans sont superbes. Le cédant, qui pensait vendre depuis un an ou deux, a déjà demandé à son expert-comptable, avant la crise, de calculer une valorisation. Puis il s'est mis à rêver de ce qu'il ferait avec cet argent. Ne venez pas lui expliquer que la crise a diminué de 50 % la valeur de son entreprise !

Naturellement, vous disposerez d'un bel argument de négociation pour justifier une baisse de prix, mais cela n'empêchera pas la négociation d'être dure. En revanche, il est certain que la crise bouleverse le jeu et crée des opportunités par milliers, en touchant ceux qui ne pensaient pas vendre. Une crise de trésorerie, la perte d'un client, l'inquiétude face à l'avenir, des raisons économiques réelles et aussi une indéniable part d'angoisse irrationnelle mettent sur le marché des entreprises qui n'y étaient pas destinées.

lentreprise.com


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière