Renault Tanger : La Lodgy fait un carton en Europe

23.000 exemplaires écoulés en Europe en moins de six mois.
Le Dokker, aussi fabriqué au Maroc, promis au même succès à l’export.
L’Autriche, les Pays-Bas et la Pologne sont demandeurs.



Renault Tanger : La Lodgy fait un carton en Europe

La Lodgy semble vouée à un bel avenir. Ce véhicule à la croisée des chemins entre une Renault Espace et une Logan a assuré, selon son constructeur, Renault, un début de carrière très prometteur en Europe. A fin août, ce sont 24.000 Lodgy qui sont sorties des chaînes de l’usine Renault de Melloussa en moins de six mois. Mille exemplaires ont été écoulés sur le marché local alors que le gros de la production, 23.000 exemplaires, ont été exportés vers l’Europe, selon des chiffres du constructeur français. L’un des premiers pays à l’avoir adoptée est la France, et ce en dépit de l’ambiance morose et de crise qui règne en Europe. Les visiteurs du Mondial de l’automobile qui a ouvert ses portes au public samedi 29 septembre à Paris ont pu la redécouvrir au stand de Dacia.

Les Parisiens ont déjà eu l’occasion d’en admirer les courbes et même de la tester en vrai, plusieurs taxis de la ville ayant opté pour ce modèle. Et c’est l’Allemagne, dont les automobilistes sont connus pour leurs exigences, qui est le deuxième pays d’export de la Lodgy en termes de volume, suivi par l’Espagne, selon Jean-Christophe Kugler, directeur des opérations de la Région Euromed-Afrique pour Renault. La Lodgy a réussi à se faire une place au soleil dans les pays du nord de l’Europe aussi. Son démarrage est jugé positif et très prometteur au niveau de l’Autriche, des Pays-Bas  et même de la Pologne.

Chez Renault, on mesure à sa juste valeur la performance commerciale du Lodgy sur les marchés où il a été lancé. «Ce modèle a beaucoup de potentiel dans divers marchés et est en train de s’imposer même au Maroc», explique le responsable de Renault en marge du Salon de l’automobile de Paris. Et cela, même si c’est un véhicule atypique auquel les gens ne sont pas encore habitués au Maroc, note Kugler. Sur le marché marocain, c’est un autre produit de l’usine Renault de Melloussa, le Dokker, qui est aussi promis à une belle réussite. «Nous sommes persuadés que le Dokker sera un best-seller qui va s’arracher dès sa mise en vente», explique-t-il. Et ce en comparaison avec «la Lodgy dont la courbe de croissance sera plus lente au démarrage et qui, à plus long terme, ira crescendo», nuance Kugler. Toutefois, fidèle aux habitudes de la maison Renault, peu bavarde sur ses projets futurs, le directeur des opérations évite de parler chiffres concernant les attentes des ventes sur ces deux modèles.

La Lodgy, en avance par rapport au Dokker, a déjà permis de se faire une idée sur la qualité de la fabrication de ces deux modèles, les premiers à être entièrement fabriqués au Maroc. «Les premiers retours clients sont extrêmement positifs pour la Lodgy, est-il avancé auprès des responsables, d’autant plus que ce premier modèle de l’usine Renault Melloussa, est précurseur à plus d’un titre. Renault Melloussa est une usine «Green Field» c’est-à-dire créée sans base préalable avec du personnel recruté pour l’occasion et qui lance un modèle entièrement nouveau, un vrai défi pour le personnel de ce véritable complexe industriel qui a su relever le défi.

La Logan à Tanger?

«Et pourquoi pas?» répond Jean-Christophe Kugler concernant la possibilité de fabriquer à Tanger les récents modèles annoncés par Dacia au Mondial de l’automobile, la Nouvelle Logan et la Nouvelle Sandero. Ces deux modèles seront fabriqués dans l’usine roumaine de Pitesti. Même si Renault n’annonce pas ses prochaines fabrications, Kugler ne manque pas de laisser la porte ouverte à l’interprétation. «Nous disposons d’une forte demande en Europe pour ces modèles et en fonction des besoins, nous pourrions répartir la fabrication», note-t-il. Renault dispose entre Pitesti et Renault Melloussa de deux outils industriels à très forte capacité avec des lignes de production jumelles. Si le besoin se fait sentir le transfert peut se faire sans soubresauts de ce côté-ci de la Méditerranée.


Ali ABJIOU, L'economiste



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière