Rédiger un CV en anglais



Autant le dire tout de suite, un CV anglo-saxon n’est pas la traduction d’un CV français. Certes, au niveau de la forme et de la pagination, il existe des similitudes : même style dactylographique, même chronologie inversée, cependant les deux modèles affichent clairement leur identité. Le CV français est synthétique alors que le modèle anglo-saxon est beaucoup plus détaillé. Ce dernier regorge de spécificités propres à la mentalité anglo-saxonne. Pour bien le préparer, il convient de se poser des questions simples de type : qu’est ce que j’ai envie de faire ? Qu’est ce que j’ai de particulier à transmettre ? Quels sont mes points forts ?

Dans un souci d’égalité des chances, l’age, le sexe et la situation maritale sont bannis du « personal details ». Ce qui réduit cette rubrique du CV anglo-saxon à une fonction simple : nom, prénom, et coordonnées du candidat. En revanche, le détail sur les informations d’ordre professionnel n’est pas pour déplaire aux recruteurs.
Bien au contraire ! À travers la rubrique « carrer/job objective », les postulants peuvent décrire librement leur projet professionnel, leurs aspirations, leurs sources de motivation… « References available upon request » est une rubrique impérative. Elle regroupe trois ou quatre références qui seront à même de recommander votre profil à votre futur employeur : les professeurs universitaires, les anciens employeurs, le directeur de mémoire ou les encadrants de stage pour les jeunes diplômés.

Les astuces pour bien se vendre

La rubrique « work experience » préconise des actions concrètes. Rédigez pour chacune de vos missions antérieurs « operational assignement » vos principales réalisations « selected achievement ». N’hésitez pas à préciser vos réalisations à travers des chiffres (augmentation de chiffre d’affaires, montant du budget alloué, taille de l’équipe que vous avez coachée ou dirigée…). Quant aux entreprises dans les quelles vous avez travaillé, n’oubliez pas de préciser leur secteur d’activité pour faciliter au recruteur la reconnaissance des entreprises. Pour la partie « languages », précisez le niveau pratique de votre langue. Exemple : « basic » ou « fluent », si vous parlez couramment la langue, « working knowledge of » si c’est une langue pratiquée au stade professionnel et enfin « bilingual » (bilingue) si vous désirez donner une information sommaire de votre niveau de connaissance linguistique. Un séjour de plusieurs mois dans un pays anglophone mérite d’être mentionné, il marque votre aptitude à vous habituer à un environnement étranger.

Equivalence de votre cursus universitaire

Ce qui est difficile pour un francophone, c’est d’indiquer la nature de son diplôme dans la rubrique « Education ». En effet, la traduction mot à mot est à bannir complètement. Par exemple, « high school » ne veut pas dire grande école, c’est plutôt lycée ! L’expression « top school of » est la mieux appropriée pour indiquer votre passage dans une grande école de management, d’ingénierie ou d’autres. Un diplôme obtenu avec mention se dit « with honors ». Voici quelques équivalents des diplômes français : baccalauréat est exprimé en quelques mots à travers les appellations suivantes : «high school diploma »; BTS « undergraduate degree in » ; DEUG « two years university in » ; Maîtrise « master’s degree » ; doctorat « predoctoral research ».
Traduire littéralement est donc une erreur à ne pas commettre, même pour les intitulés de poste. Le métier de chef de produit n’est pas « chief of product » mais plutôt « product manager ». Le chef des ventes se traduit par « sales supervisor » et le directeur marketing par « marketing director ».
N’oubliez pas que la lettre de motivation est l’autre document qui constitue le dossier de candidature. Celle-ci doit exprimer vos sources de motivation à vouloir intégrer l’entreprise. Une bonne connaissance du métier de l’entreprise, de sa position sur le marché et de ses récentes réalisations vous aidera à comprendre ce que recherche le recruteur et ces que vous pouvez lui offrir.


Essor


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière