Recrutement : Gérer une erreur de casting



Il est plus judicieux de prendre ses précautions à l'avance pour éviter de tomber dans ce piège qui s'avère très coûteux pour l'entreprise.
Actuellement le marché de l'emploi connaît une reprise. Et pour cause, les entreprises, ayant plus de visibilité, recrutent en masse en ce moment. Etant donné qu'une grande partie des décideurs n'ont pas pris de congé en cette période, les entretiens ont démarré depuis belle lurette, mais attention aux erreurs de casting. En effet, il n'y a pas de mal à répéter que toute méprise coûterait cher à l'entreprise. Selon Ali Serhani, Consultant associé chez Gesper Services, il faut établir une «short list» pour connaître et définir ses besoins réels.

Et pour cause, il faut déterminer les compétences requises pour tel ou tel poste. Le coût d'une erreur de casting serait nettement supérieur, lorsqu'il s'agit d'embaucher un profil pointu. Autant de précautions préalables à prendre avant de lancer cette opération.

Comme ce n'est pas de la science exacte, la gestion des ressources humaines est plus complexe vu que le capital humain est fluctuant. Il est probable que la personne choisie soit la perle rare, ce qui est une bonne chose. Toutefois, il se pourrait que le candidat retenu soit incompétent ou ayant une attitude déplacée ou encore étant en inadéquation avec le poste proposé. Dans ce cas, l'entreprise doit trancher. Dans certains cas, les responsables donnent une seconde chance à ce nouvel élément. Parfois, certains profils, surtout les jeunes en herbe, ont besoin d'un certain temps d'adaptation pour prendre leur poste en main.

Pour ce faire, le manager devra discuter avec la recrue, faire le point régulièrement avec elle afin de cerner ses points forts et ses difficultés. Si après toutes ces tentatives, le candidat s'avère irrécupérable, il serait plus judicieux de s'en séparer et de chercher une autre personne ayant les compétences techniques et théoriques adéquates ainsi que le savoir-être et le savoir-faire lui permettant de s'affirmer et de s'intégrer dans l'entreprise. Certes le plus difficile pour un recruteur c'est d'admettre qu'il a commis une erreur de jugement, mais surtout une fois qu'il est consceint de la chose, il ne doit pas adopter la politique de l'autruche pour sauver sa peau. Le maître mot reste qu'il faut trancher pour préserver l'entreprise.

« Le recruteur doit savoir ce qu'il veut avant de lancer une opération d'embauche »
Avis de l'expert • Ali Serhani, Consultant associé Gesper Services

Comment réparer une erreur de casting en matière de recrutement ? Faut-il trancher ou continuer alors que la personne est irrécupérable ?

Je répondrai d'abord à la seconde question. Si la personne recrutée s'avère irrécupérable, alors il faut vite s'en séparer et ne surtout pas avoir d'état d'âme, car il en va parfois de la vie d'une entreprise ou d'un département, surtout si le profil recruté a une place stratégique au sein de l'entreprise. Cependant, il faut vérifier si l'erreur de casting ne vient pas de l'employeur et donc du recruteur. En deux mots, vous avez parfois un recruteur qui ne sait pas ce qu'il veut. Donc il fait du n'importe quoi, il recrute une personne et se voit obligé de s'en séparer quelques mois plus tard, car bien que valable elle ne correspond pas à ce qu'il recherchait. Donc l'employeur-recruteur doit savoir ce qu'il veut avant de lancer une opération de recrutement.

Quant à votre première question je dirais que nous avons deux options. La première : lorsque l'employeur recrute directement, il se doit toujours d'avoir un plan B. Je m'explique, quand il rencontre plusieurs candidats, il se doit d'établir une «short list». Lorsque son choix se porte sur un candidat, il se doit toujours d'avoir sous la main deux ou trois autres candidats valables prêts à remplacer le premier s'il s'avère défaillant ou tout simplement s'il laisse tomber ledit employeur.

Quant à la seconde option, si le recrutement est effectué par un chasseur de têtes, alors l'employeur se doit d'être très clair avec ce dernier puisqu'une période de garantie existe. Si le candidat choisi s'avère ne pas correspondre à ce que recherche l'employeur, alors le cabinet de recrutement se doit de le remplacer dans les meilleurs délais, à la condition première bien sûr que le départ du candidat incombe non pas à l'employeur mais au candidat. Enfin je conclurais que le recrutement n'est pas une science exacte, car nous avons à faire à ce qu'il y a de plus complexe dans la création, à savoir «l'Homme».

Comment savoir si une nouvelle recrue ne peut pas faire l'affaire ?

Dès les trois premiers mois, on a déjà une idée sur le salarié recruté. Ne l'oubliez pas, «chassez le naturel il revient au galop». Confronté à la réalité de tous les jours, un candidat se dévoile de lui-même. Soit il est capable, soit il est «out». Dans ce dernier cas, autant lui montrer la porte de sortie le plus rapidement possible. Cependant, je ne cesserai de le répéter, il faut être sûr que ce n'est pas l'entreprise, et donc l'employeur, qui est «out». Dans ce cas et avant tout recrutement, il serait souhaitable que l'entreprise sache ce qu'elle veut avant d'embaucher qui que ce soit. Car elle risque de faire des malheureux.

À quel moment faut-il agir pour réduire les pertes ?

Quand une faute (inexcusable) est commise par le candidat ou lorsque celui-ci n'arrive pas à s'intégrer au sein de l'entreprise, surtout si celle-ci est bien organisée et a une forte et saine culture d'entreprise. Donc autant s'en séparer le plus rapidement possible, car il ne correspond pas à l'état d'esprit de l'entreprise et donc autant limiter les dégâts.

Que peut coûter une erreur de casting à l'entreprise ?

En deux mots : Une perte de temps et d'argent. Il ne faut pas oublier qu'un recrutement, surtout lorsqu'il s'agit d'un profil pointu, prend beaucoup de temps et, comme vous le savez, le temps c'est de l'argent. Il faut rajouter le nombre de personnes chargées de ce recrutement et ce qu'elles coûtent à l'entreprise pour tout le temps consacré au recrutement.
Une erreur de casting peut parfois être évitée lorsque vous procédez par exemple et tout simplement à un recrutement en interne. Vous trouvez parfois dans des entreprises plusieurs salariés polyvalents et à qui on n'offre pas d'opportunités de carrière. Donc au lieu de s'aventurer à recruter en externe, essayez d'abord de trouver la perle rare qui «sommeille» en vos employés. Si vous ne trouvez pas ce qu'il faut, procédez alors au recrutement en externe après avoir pris toutes les précautions possibles.

Certaines entreprises embauchent le moins-disant, sous prétexte qu'une erreur de casting ne leur coûterait pas cher. Est-ce une solution ?

Je pense que vous connaissez fort bien l'expression célèbre «faire des économies de bouts de chandelle». Les employeurs qui raisonnent de cette manière n'iront pas loin car ils confondent les légumes et les fruits avec les ressources humaines. C'est simple comme bonjour, il faut tout simplement trouver le candidat qu'il faut et payer le prix qu'il faut. Bien sûr, en ayant au préalable fait un benchmarking des meilleures pratiques salariales pour le genre de profil que vous souhaitez recruter. Il ne faut pas voir ce que vous allez débourser chaque fin de mois, mais plutôt ce que vous «rapportera» à moyen et long terme le salarié recruté.

Quels sont les critères sur lesquels il faut être intransigeant lors d'un recrutement, pour éviter de tomber sur le mauvais candidat ?

Nous avons, entre autres, trois critères importants qui se complètent. Critère numéro un : les compétences techniques requises pour le poste (théoriques ou pratiques) ainsi que l'expérience professionnelle demandée, ce qui est tout à fait normal. Critère numéro deux : les «savoir être» et «savoir vivre». Mine de rien, c'est ce qui fait la différence lors d'un recrutement. Critère numéro trois et qui reste fondamental : La moralité du candidat. Renseignez-vous bien comme il faut sur ce dernier, tout en respectant, bien sûr, sa vie privée. Vous pouvez avoir un candidat qui répond aux deux premiers critères, mais lorsque vous vous renseignez sur le troisième, vous pouvez vous retrouver devant un escroc patenté ou un filou professionnel et j'en passe.

Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière