Recherche et développement : Le gouvernement accompagne l'essor de quatre clusters



Quatre clusters ont été sélectionnés pour bénéficier de l'appui de l'État. En contrepartie, ces derniers doivent développer des projets de R&D collaboratifs, des brevets et favoriser la création de start-up.

Neuf mois après le lancement du premier appel à projets relatif à la promotion des clusters, les premiers contrats programmes ont été signés hier mardi à Rabat, marquant ainsi la concrétisation de l'un des principaux axes de la stratégie Maroc Innovation. Ces contrats programmes définissent les obligations de l'État et des quatre clusters sélectionnés ainsi que les modalités d'attribution, de versement et d'évaluation du soutien public. L'appui de l'État consiste en l'octroi, sur une période de 3 ans, d'une subvention annuelle pour la mise en place et le fonctionnement des structures d'animation des clusters sélectionnés. Le montant de la subvention étatique s'élève à 17 millions de DH. Les responsables des clusters retenus s'engagent pour leur part à atteindre un certain nombre d'objectifs.

Au bout de trois ans, ils vont devoir produire 81 projets de R&D collaboratifs, 28 brevets et créer 24 start-up ainsi que 266 emplois en R&D.
Le ministre de l'Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, Ahemd Reda Chami, a souligné lors de la cérémonie de signature l'importance des accords conclus, précisant qu'un nouvel appel à manifestation d'intérêt sera lancé en novembre prochain en vue de sélectionner six nouveaux clusters.
Le but, a-t-il rappelé, est de parvenir à accompagner 15 clusters industriels et technologiques et de favoriser l'émergence de 100 projets collaboratifs d'ici à 2013.
Il convient de noter que le fonds d'appui aux clusters est doté d'une enveloppe totale de 62 millions de DH couvrant la période 2011-2013.

La promotion des clusters est un des chantiers phares de la stratégie Maroc innovation qui s'est fixée comme objectif la production de 1.000 brevets marocains à partir de 2014 et la création de 200 start-up au même horizon.

La sélection, l'évaluation et la labellisation des clusters ainsi que l'approbation du contrat-programme sont effectués au niveau d'un comité de pilotage.
Ce comité tient trimestriellement ses réunions pour l'examen des dossiers de candidature. Les critères sur la base desquels la sélection est faite concernent l'enjeu de l'objectif économique, technologique, scientifique et commercial.

Ils concernent aussi la masse critique (nombre d'entreprises du cluster et sur le territoire du cluster), le nombre, l'identité et la «qualité» (adéquation/leader) des acteurs réellement impliqués par rapport à chacun des objectifs à atteindre ainsi que les synergies à créer (entreprises–recherche–établissements de formation).
S'agissant des aspects qualitatifs, les critères d'appréciation ont trait aux modalités d'organisation de la gouvernance et de l'animation, la visibilité internationale, les projets de coopération internationale, l'ancrage territorial et l'effet réseau, la présence de financeurs, les enjeux, les ressources humaines...
En procédant à la signature de ces quatre contrats-programmes, le département de M. Chami vient de franchir un nouveau pas vers la mise en œuvre de la stratégie Maroc innovation.

En juillet dernier, un autre palier décisif a été franchi à travers le lancement effectif des deux fonds de soutien à l'innovation «Intilak» et «Tatwir».
Dotés d'une enveloppe budgétaire de 380 millions de DH couvrant la période 2011-2014, ces fonds permettent aux entreprises porteuses de projets innovants en matière de recherche et de développement de bénéficier du soutien financier de l'État.

Association d'entreprises
Le cluster se définit comme une association dont les membres sont les entreprises, les centres de recherche ou de formation et les institutions, opérant dans les secteurs industriels et technologiques.
Ils sont dotés d'une stratégie commune de développement dont l'objet statutaire est de stimuler l'émergence des meilleurs projets collaboratifs innovants.
Ce regroupement permet aux entreprises de bénéficier d'avantages compétitifs grâce notamment aux «externalités» qu'il suscite.

Le cluster développe pour ses membres des actions de mutualisation ou collectives orientées vers l'innovation sous toutes ses formes : technologique, de service, recherches de marchés, marketing, formation, veille stratégique, etc. Le cluster est doté d'une structure de gouvernance propre dans laquelle les chefs d'entreprises jouent un rôle moteur.

La stratégie élaborée collectivement est mise en œuvre à travers un plan d'action concerté.
Le cluster comprend un «noyau dur», ancré sur un territoire dont la dimension est propice aux coopérations.
Cette concentration n'exclut pas des échanges avec des organismes situés en dehors du périmètre du cœur du cluster, notamment avec les institutions de l'innovation. Le nombre minimal exigé pour la création d'un cluster est de 15 membres avec une représentativité au minimum à hauteur de 60% d'entreprises.

Les quatre clusters retenus

Cluster TIC, il s'inscrit dans le cadre de la stratégie Maroc Numeric 2013,
Cluster microélectronique,
Cluster électronique, mécatronique et mécanique du Maroc,
Cluster Océanpôle de Tan Tan (valorisation des produits de la mer).

Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière