Recherche d'emploi : Devenir le candidat idéal



Décrire le profil d'un bon candidat serait difficile, toutefois, dix compétences feront de vous la perle rare.
Nul n'est parfait. De ce fait, les chercheurs d'emploi peinent à adopter la bonne démarche ou la bonne conduite pour séduire les recruteurs potentiels. De plus, de nombreux candidats, surtout les fraîchement diplômés, n'étant pas avisés au départ, mettent en place une approche assez limitée. Il suffit d'examiner de plus près les demandes d'emploi, surtout celles spontanées, pour découvrir ce manque de pertinence.

Certes, chercher un job stable et bien rémunéré est un défi pour les jeunes diplômés, mais ces derniers commettent des erreurs en envoyant une même demande de candidature à plusieurs recruteurs et en la mettant en copie. La moindre des choses serait de personnaliser la candidature, pour faire sentir au recruteur que le postulant a fait l'effort de s'intéresser à l'entreprise choisie.

C'est dire que le fait de mettre en place une demande, incluant le CV et une lettre de motivation standard, qui atterrit dans la boîte e-mail d'une dizaine, voire une vingtaine d'employeurs, serait une grosse erreur. Il faut faire preuve de plus d'intelligence, car il est préférable de garder à l'esprit que cette demande-là pourrait être votre passeport pour se faire accepter et décrocher le job. Pour plus de précision, citons, à titre d'exemple, quelques extraits de certaines demandes spontanées que Le Matin Emploi a reçues. «Vous recherchez peut-être pour vos services une personne de ma formation. Je vous adresse mon CV afin de vous permettre de rapprocher mon profil de celui d'un poste dans lequel je pourrais mettre en pratique mes connaissances. J'aurai le plaisir à pouvoir discuter avec vous de mon parcours professionnel», dixit Mohamed F., un ingénieur d'Etat en Génie Mécanique, ou encore Zineb A., diplômée d'un Master en Comptabilité, Contrôle de Gestion et Audit de l'IAE de Grenoble: « j'ai acquis au cours de mes différentes expériences de solides connaissances en missions d'audit, ce qui me rend apte à mener à bien les missions que vous pourriez me proposer. Je suis tout à fait intéressée par une structure comme la vôtre au sein de laquelle je pourrais poursuivre l'accomplissement de mon projet professionnel dans le domaine de l'audit et du conseil, et m'investir dans des missions constructives et créatrices de valeur».

Quant à Omar B., ingénieur d'Etat en génie électrique, il a écrit dans sa demande d'emploi, envoyée à une dizaine d'entreprises, les lignes suivantes : «captivé par la renommée de votre entreprise, son avance technologique et son évolution fulgurante dans un secteur en pleine expansion, j'aimerais faire partie de vos collaborateurs et mettre mon savoir-faire et mes compétences à votre disposition». Cette démarche laisse beaucoup à désirer. Pour Mohamed Bajjou, DRH de Marsa Maroc : «la lettre de motivation doit être orientée vers l'entreprise cible. Pour le CV, il n'y a pas de mal à faire ressortir les pré-requis du poste comme dimensions de qualification dans la partie «expérience professionnelle» du CV si bien entendu vous les avez».

In fine, une bonne préparation en amont et une candidature personnalisée serait un «must». Il ne faut pas céder au choix de la facilité et faire fi des conseils des experts et des spécialistes. Un bon candidat serait quelqu'un qui peut mettre en avant ses compétences techniques et aussi personnelles tout en essayant de séduire davantage les recruteurs. Quel serait donc, le profil d'un bon candidat ?

«Les compétences les plus demandées sont liées beaucoup plus au savoir être»
Mohamed Benouarrek, directeur du Pôle Stratégie, Organisation et Capital Humain – Promamec

Quel est le profil type d'un bon candidat ?
Il est difficile de répondre d'une manière standard à cette question pour deux simples raisons : les recruteurs n'ont pas le même cahier des charges des exigences et puis les compétences requises sont intrinsèquemment liées aux postes pourvus.

Il est évident, toutefois, qu'un certain nombre de traits sont communément partagés et demandés. A mon avis, les dix compétences les plus demandées sont liées beaucoup plus au savoir être qu'autre chose.

Quels sont ces 10 critères ?
Votre capacité à être opérationnel et pragmatique (afin de rentrer vite dans une logique d'action) est vitale. D'ailleurs, c'est l'une des raisons qui pousse une bonne partie des recruteurs à opter pour l'expérience.
La capacité et la volonté d'apprendre rapidement. Apprendre à apprendre est une exigence de plus en plus requise dans un monde évoluant à une vitesse notable.

Une troisième compétence à noter, reste celle liée à votre orientation vers les résultats. La culture des résultats a envahi une grande partie des entreprises et la cascade se retentit évidemment sur les individus.
Le multi-tasking est aussi fort demandé de nos jours. Autrement dit, votre capacité à gérer plusieurs missions et projets à la fois. Le mode linéaire et mono-chronique du travail se voit de plus en plus challenger par la concurrence et le besoin de traiter en parallèle plusieurs obligations.

La gestion de votre stress est aussi une compétence recherchée. Nous savons tous que la pression des objectifs et des obligations est croissante, d'où le besoin de dealer avec cette composante de plus en plus pesante. La sixième compétence généralement sollicitée est celle liée à l'esprit entrepreneurial de l'individu. Vous pouvez être entrepreneur tout en étant salarié dans votre état d'esprit. Ceci requiert un penchant vers la prise d'initiative pour devenir une force de proposition. Nous y retrouvons la créativité, le courage de prendre le devant et d'entreprendre plutôt que rester passif à exécuter les consignes et les directives tout simplement.
Une compétence corollaire est celle liée à votre esprit critique. Un nombre croissant de managers apprécient maintenant des collaborateurs capables à challenger leurs idées et présenter des contre-propositions, si besoin, au lieu d'être dans le béniouiouisme et de caresser toujours dans le sens du poil.

La huitième compétence fréquemment requise est celle liée à votre capacité à honorer vos engagements sans relance (accountability). La réactivité, couplée à la proactivité, est une obligation pressante de nos jours. être relancé par rapport à un projet ou une mission est déjà un demi-échec.

Travailler en équipe est un must dans une vie d'entreprise. Gérer les conflits liés aux intérêts et opinions divergents est une compétence fortement appréciée. En faire preuve lors d'un entretien ou lors de son exercice de fonction est un plus incontournable.

La dernière compétence à noter (et pas la moindre) est celle liée à votre capacité à faire le zoom in et le zoom out. Autrement dit, votre aptitude à agir à partir d'une vue macro et en même temps à rentrer dans les détails au niveau micro sans avoir le vertige.

Quel conseil pour les postulants ?

Soyez vous-même. Il faut s'accepter soi-même tout en ayant la volonté et la capacité d'agir sur soi-même pour s'améliorer. Il faudra se relooker continuellement pour rester « in » et accompagner la vague du changement au niveau des perceptions et des compétences nouvellement exigées par le marché de l'emploi.

Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière