Prises de participations : La société Inmaa dans le giron de l'ANPME



Prises de participations : La société Inmaa dans le giron de l'ANPME
Le besoin de financement global du projet Inmaa est estimé à 25 millions.
L'Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise (ANPME) est désormais autorisée à prendre une participation de 55% (11 millions de DH) dans le capital de la société Inmaa. Cette agence a, en effet, été chargée de la mise en œuvre du projet Inmaa dédié aux PME industrielles structurées.

Un nouveau modèle de transformation opérationnelle du tissu des PME s'appuyant sur un accompagnement pratique en milieu simulé dans des usines modèles, dont la première est prévue au niveau de la zone industrielle Bouskoura à Casablanca. Le besoin de financement global du projet Inmaa est estimé à 25 millions de DH, dont 8 à 9 millions de DH seront alloués à l'investissement physique initial nécessaire (construction de l'usine, achat des machines). Étalé sur une période de quatre ans, le plan d'affaires prévoit un cumul de chiffre d'affaires de près de 31 millions de DH. Les premiers bénéfices sont attendus dès 2013. L'ANPME sera donc l'actionnaire majoritaire de la société, aux côtés de trois institutionnels financiers marocains, Attijariwafa bank, BMCE et BCP, qui détiennent chacun 15% du capital.

Pour sa part, la société holding financière de participation et d'investissements (Fipar-Holding), filiale de la CDG, a été autorisée par le ministère des Finances à prendre des participations dans des sociétés opérant dans les secteurs des industries, des services et des infrastructures. Entre 2003 et mai 2011, le portefeuille d'investissement de Fipar-Holding est passé de 300 millions à 6,4 milliards de DH, incluant entre autres Ciments du Maroc, Lydec, Renault Tanger Méditerranée, Medi Télécom, Tanger Med Port Authority, etc. Sur les cinq prochaines années, son plan stratégique prévoit une enveloppe d'investissement d'environ 3 milliards de DH. Fipar-Holding est amenée à saisir des opportunités d'investissement avec des délais de réactivité courts. À ce titre, elle doit avoir la flexibilité nécessaire pour la prise de décision qui lui permet d'être dans la même situation que les autres intervenants sur le marché.

En revanche, le décret du ministre des Finances lui fixe un plafond à ne pas dépasser (400 millions de DH) pour chaque prise de participation. Mieux encore, chaque prise de participation doit faire l'objet d'une évaluation préalable, sachant que le taux de rendement interne cible y afférent ne doit pas être inférieur à 10%. Parmi les autres décrets publiés dans le dernier numéro du Bulletin officiel, celui autorisant la Compagnie générale immobilière (CGI) à rejoindre le tour de table de «Golf management Maroc» avec une société écossaise du nom de Braemar. Les deux actionnaires (chacun détient 50% du capital) se sont rapprochés pour gérer ensemble des terrains de golf, particulièrement ceux détenus par le groupe CDG. Ce partenariat permettra, d'une part, à la CGI de consolider sa position d'acteur de référence dans le développement de grands projets touristiques et, d'autre part, un transfert de savoir-faire en matière de gestion golfique.

La structure commune créée à cet effet conclura un contre service avec Braemar dans lequel cette dernière accordera une licence de marque. Elle démarrera son activité par les golfs de la CGI à Casablanca, Marrakech et Fès où les projets nécessitent une assistance pour le développement et la promotion de ce sport à l'échelle nationale et internationale. Les projections financières montrent que le chiffre d'affaires de la société passerait de près de 5 millions de DH en 2011 à plus de 9 millions de DH en 2015. Durant la même période, le résultat net passerait de 428 mille à 1,2 millions de DH, soit un taux de croissance annuel moyen d'environ 30%.

La CCG investit en capital risque

En sa qualité de gestionnaire du Fonds «Emergence Invest», la Caisse centrale de garantie vient d'être autorisée à prendre une participation dans deux fonds de Capital investissement dénommés «3P Fund» et «PME Croissance». Le premier sera mis en place par la société «Entreprises partners». Il va permettre des prises participation dans environ 20 entreprises dont le chiffre d'affaires hors taxe est compris entre 10 et 100 millions de DH. le deuxième Fonds sera amené à accompagner 20 PME marocaines.

Projections financières

Le plan d'affaires du projet Inmaa prévoit un cumul de chiffre d'affaires de près de 31 millions de DH pour les quatre prochaines années.
Sur les cinq prochaines années, le plan stratégique de Fipar-Holding prévoit une enveloppe d'investissement d'environ 3 milliards de DH.
Le chiffre d'affaires de la société Golf management Maroc passerait de près de 5 millions en 2011 à plus de 9 millions de DH en 2015.

Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière