Premières assises nationales : Renforcer la convergence des politiques publiques

Il s’agit de mettre en œuvre les principes contenus dans la nouvelle Constitution qui insiste sur la promotion des principes de gouvernance.
L’enjeu est de répondre aux orientations des pouvoirs publics visant à améliorer la qualité des services publics et à renforcer leur efficacité.



Premières assises nationales : Renforcer la convergence des politiques publiques
Présidées par le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, les premières assises nationales de la gouvernance démarrent aujourd’hui à Skhirat et se poursuivront jusqu’à demain. L’objectif est de discuter des moyens et mécanismes susceptibles de permettre une convergence des stratégies sectorielles. Et partant plus d’efficacité et de performances des politiques publiques. Il faut dire que la question de la «gouvernance» tient particulièrement à cœur au chef du gouvernement. D’ailleurs, son parti en avait fait son cheval de bataille électoral. Selon le département de Najib Boulif qui organise ces assises, cette manifestation porte sur trois enjeux. Il s’agit, en premier lieu, de mettre en œuvre les principes contenus dans la nouvelle Constitution qui accorde une place de choix à la gouvernance. En effet, la loi fondamentale insiste explicitement sur la promotion des mécanismes de la bonne gouvernance, de moralisation de la vie publique, de lutte contre la corruption, de consécration des principes de transparence, de responsabilité et de reddition des comptes.
C‘est ce qui ressort aussi de la constitutionnalisation des institutions de promotion de la bonne gouvernance… En deuxième lieu, cet événement répond aux orientations des pouvoirs publics visant à asseoir les bases d’une bonne gouvernance et à améliorer la qualité des services publics comme étant des préalables à la réalisation du développement durable et à l’amélioration des conditions de vie des citoyens. Et en troisième lieu, il s’agit de concrétiser une promesse qui fait partie des engagements pris dans le cadre du programme gouvernemental. Mais quelles sont les attentes des initiateurs de cette manifestation ? Il s’agit de trouver une «convergence des stratégies et des programmes sectoriels» menés par les pouvoirs publics. Ces assises seront une occasion propice pour prendre connaissance des expériences internationales en la matière, identifier et analyser les facteurs de leur succès, pour en tirer les enseignements et les bonnes pratiques. Elles permettront également de prendre connaissance des stratégies et des programmes publics mis en œuvre, de leur degré de complémentarité et des convergences et de leur efficience. Tout cela afin de pouvoir identifier les actions, les mesures et les mécanismes à même de renforcer l’harmonie des politiques publiques, à travers la mise en place d’un plan d’action concerté.
Autant dire que ces assises nationales de la gouvernance marqueront le coup d’envoi d’un chantier de taille, dont la réussite permettra au Maroc de conférer plus d’efficacité et de transparence aux actions entreprises dans tous les secteurs.

Soutien du PNUD
Les assises nationales de la gouvernance est une manifestation organisée en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Il faut rappeler que le ministère chargé des affaires générales et de la gouvernance avait signé une convention de coopération avec les agences des Nations unies au Maroc, en l’occurrence le PNUD, l’UNICEF et l’ONU Femmes. Ce partenariat vise à mettre sur pied un projet s’étalant sur trois ans, de 2013 à 2015. Il a pour objectif, d’abord, d’assurer l’adhésion aux principes de la gouvernance démocratique sensibles au genre en vue d’atteindre un développement humain, intégré, équitable et durable.
Mais aussi, pour une meilleure cohérence des politiques publiques à travers l’amélioration des capacités des institutions publiques en matière de veille stratégique, de coordination et d’évaluation. L’enveloppe budgétaire allouée à ce programme s’élève à un million cent cinquante-cinq mille dollars (1 155 000 dollars). Il est à noter enfin que ces assises réunissent l’ensemble des acteurs concernés par la question de la bonne gouvernance : les représentants des départements ministériels, des institutions publiques, des collectivités locales, du secteur privé, de la société civile et des organisations internationales, ainsi que des experts nationaux et internationaux.

Brahim Mokhliss, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière