Perspectives 2011 : La cote des mères actives en baisse



Une étude de Regus fait ressortir un changement d'attitude des employeurs, surtout en ces temps d'austérité économique.
Dur dur… d'être maman. Décidément, les mères actives ne savent plus où donner de la tête. En plus d'élever leur progéniture, elles doivent faire face aux caprices des employeurs qui sont devenus très exigeants. Ces derniers, étant sous la pression de l'atteinte des objectifs fixés et de la réalisation de bonnes performances pour faire face à une concurrence très rude, sont intransigeants vis-à-vis des femmes qui travaillent, surtout celles qui ont des responsabilités familiales. Finalement, l'équité dans le milieu professionnel est une denrée rare, surtout en ces temps d'austérité économique.

Ce constat a été d'ailleurs confirmé par une étude du cabinet Regus qui a relevé que l'année 2011 sera marquée par un ralentissement de l'emploi pour les mères actives, alors que de vieux préjugés refont surface. «Dans un contexte inquiétant pour l'égalité des chances à travers le monde, la proportion des entreprises prêtes à embaucher davantage de mères actives a chuté de 20 % en un an». Selon cette enquête, il y a un an, 44 % des entreprises interrogées envisageaient d'engager des mères actives, contre 36 % actuellement. Cela dénote, certes, un changement d'attitude des employeurs, vu l'année difficile qu'ils viennent de vivre, mais est-ce vraiment une nécessité pour l'entreprise de ne pas faire appel aux femmes actives ayant des enfants, surtout que les perspectives d'emploi deviennent moins moroses dans le contexte économique global et plus dynamique de 2011 ? s'interroge-t-on. Les analystes auteurs de l'étude relèvent que ces résultats revêtent une caractère particulièrement préoccupant pour les groupes représentant les intérêts des femmes, surtout que l'enquête Regus révèle également qu'un certain nombre d'entreprises manifestent toujours des réticences à employer des mères actives.

Alors que 45% des entreprises interrogées, au niveau mondial, dans le cadre de cette étude, affirment envisager d'embaucher en 2011, le rapport Regus montre que les intentions d'employer des mères actives tombent considérablement en dessous de ce niveau (36%). L'Afrique du Nord n'est pas en reste. Malgré le fait que 35% des entreprises interrogées de la région, envisagent d'accroître le nombre de leurs collaborateurs, seuls 33% parmi ces sociétés souhaitent engager davantage de mères actives.

Quelles sont les raisons de ce désamour ? Selon l'étude, il y a des inquiétudes qui persistent chez les employeurs. Ainsi 37% de ces derniers craignent encore que les mères qui travaillent soient moins impliquées et moins flexibles que les autres employés. Ils sont 33% à penser que les mères actives quittent leur poste peu après leur période de formation pour un nouveau congé de maternité ou encore que leurs compétences soient dépassées (24 %). L'enquête fait également ressortir que les employeurs de l'Afrique du Nord se préoccupent particulièrement de la flexibilité des mères qui travaillent (49 %) et s'inquiètent d'un départ en maternité juste après une formation (47 %).

Pour ce qui des points positifs à relever, au niveau mondial : «une majorité des entreprises apprécie les mères qui reprennent le travail, 72 % d'entre elles déclarant que les entreprises qui ignorent les mères revenant à temps partiel passent à côté d'une composante importante et précieuse de leur personnel», lit-on dans le rapport. Par ailleurs, 56 % des entreprises accordent une importance particulière aux mères actives proposant des compétences rares sur le marché actuel, tandis que 57 % d'entre elles apprécient les mères reprenant le travail parce qu'elles offrent leur expérience et leurs compétences sans pour autant demander des salaires élevés, souligne la même source. En Afrique du Nord, les compétences des mères sont particulièrement appréciées (63 %).

Joanne Bushell, Vice-présidente pour l'Afrique et le Moyen-Orient commente : « Il n'est pas étonnant de constater que de vieux préjugés refont surface dans un contexte d'austérité économique. Certaines entreprises appliquent toujours des idées fausses et dépassées à l'environnement de travail moderne». Et d'ajouter : «Si la grande majorité des entreprises s'accorde à dire que l'exclusion des mères actives équivaut à renoncer à un personnel précieux et compétent, certaines appréhensions demeurent, notamment au sujet des contraintes familiales qui pourraient empêcher les mères actives de s'impliquer sans réserve dans leur travail. En dépit des efforts fournis en faveur de l'égalité des genres, le rapport souligne qu'il y a encore beaucoup à faire».

À l'heure où le monde du travail évolue, il est reconnu que les entreprises capables d'intégrer ces précieuses ressources ont une meilleure chance de réussite. «Heureusement, le temps de travail flexible tend à s'imposer comme la norme et les entreprises avisées constateront qu'elles peuvent offrir un environnement de travail à la fois favorable à la vie de famille et productif en autorisant simplement les employés à travailler de façon flexible ou plus près de leur domicile», affirme Joanne Bushell. Et de conclure qu'in fine, il faut reconnaître que les besoins des mères actives n'ont rien d'exceptionnel et les étendre à l'ensemble des employés permettra aux entreprises d'être gagnantes, non seulement du point de vue de la productivité, mais aussi en termes de réduction des frais généraux, sans oublier l'impact positif sur la motivation du personnel.

Echantillonnage
L'étude publiée par le cabinet Regus, fournisseur de solutions d'espaces de travail, a concerné plus de 10.000 professionnels qui ont été interrogés au cours des mois d'août et septembre 2010. Cet échantillon est composé de cadres supérieurs et chefs d'entreprise du monde entier, souligne le cabinet. Les participants ont été interrogés sur leur intention d'embaucher des mères actives et le rôle de ces dernières dans le monde professionnel. L'étude a été menée et gérée par l'organisme indépendant MarketingUK.

Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière