Pas d’emploi stable en vue ? Pensez à l’intérim



Réservé autrefois aux non qualifiés, l’intérim touche à présent tous les profils, même les directeurs généraux.
Il permet aux seniors touchés par les restructurations de rester sur le marché du travail.
Il ne doit pas être un objectif à long terme pour un cadre en début ou milieu de carrière.


«Entreprise d’emballage cherche cadre commercial pour une période de six mois». On imagine mal les candidatures affluer pour ce type d’offre ! Et pourtant... sans même passer d’annonce-presse, cette entreprise a pu choisir entre plusieurs candidats : elle avait tout simplement décroché son téléphone pour appeler une agence d’intérim.

Il permet d’organiser son temps en toute liberté
Réservé autrefois aux «non qualifiés», l’intérim touche à présent les cadres. Explication : les entreprises l’utilisent de plus en plus comme filière supplémentaire pour ses recrutements. «Du coup, les cadres débutants y voient un sérieux tremplin pour lancer leur carrière», souligne Souad Boujida, chef d’agence à Manpower. En effet, l’intérim est le meilleur moyen, même s’il est précaire, de faire ses preuves en attendant de décrocher un poste stable. Autre avantage, on en profite pour enrichir son CV car une mission temporaire constitue toujours une expérience enrichissante.
C’est le constat que Mohamed B. a tiré de ses quelques contrats d’intérim. «J’ai connu des secteurs variés, des organisations différentes. Mon parcours m’a permis de renforcer mes compétences que j’ai pu facilement valoriser», explique-t-il . Un discours qu’on n’aurait pu tenir il y a quelques années. En effet, trop de mouvements signifie un manque de stabilité, aux yeux des recruteurs . Mais «l’intérim doit rester avant tout un objectif à moyen terme, surtout chez les cadres débutants», précise Mme Boujida. Pour les seniors rattrapés par les restructurations ou qui ont volontairement opté pour une retraite anticipée, l’intérim permet de retourner sur le marché du travail, avec l’avantage d’organiser son temps en toute liberté. «Les entreprises peuvent toujours profiter de leur expertise sur des missions pointues, notamment en matière d’organisation ou de gestion des ressources humaines», note Patrick Cohen, DG de Crit Intérim.
Si toutes les classes d’âge sont concernées, le profil de l’intérimaire s’est aussi diversifié. Réservé auparavant à un cercle fermé de compétences tels les informaticiens ou les comptables, pour des missions ponctuelles, l’intérim touche aujourd’hui plusieurs domaines. «Les entreprises exigent des profils de plus en plus pointus. C’est le cas des cadres commerciaux, des assistantes anglophones et hispanophones et même des profils de techniciens spécialisés» , confirme Zahir Lamrani, DG de Best Intérim.

La PME reste timide sur ce créneau
C’est le signe que les entreprises, les grandes en particulier, s’y intéressent de plus en plus. En période de croissance, elles peuvent s’attacher rapidement et à moindre coût les services d’un personnel qualifié et directement opérationnel. C’est aussi un moyen de maîtriser la masse salariale. Un avantage qui compte pour les PME. «Elles devraient être les premières clientes de l’intérim cadre qui leur permet de ne s’engager que si le candidat leur convient. Au final, compte tenu des frais de recrutement et de gestion réduits, le coût est moins élevé que pour un recrutement classique», souligne le DG de Crit Intérim.
Pour le moment, l’intérim cadre ne constitue encore qu’une faible part de l’activité, qui reste concentrée sur les «petits boulots» : gardiennage, accueil, secrétariat... Les grandes entreprises, qui constituent le marché le plus important, préfèrent souvent se réorganiser en interne pour pallier l’absence d’un cadre. Par ailleurs, beaucoup de demandeurs d’emploi préfèrent la stabilité.
Mais, vu les mutations économiques exigeant davantage de flexibilité des entreprises, cette activité ne peut que se développer, d’autant plus que, de l’autre côté, les cadres audacieux, désireux d’améliorer leur qualité de vie, ne résisteront pas à un choix professionnel qui leur en donne la possibilité
--------------------------------------------------------------------------------

Salaire, durée, droits,... ce qu’il faut savoir

Durée d’une mission d’intérim :La durée dépend de la nature de la mission. Si on se réfère au nouveau code du travail, elle varie entre trois et six mois.

Droits de l’intérimaire :Comme tout travailleur, les intérimaires ont droit à tous les avantages sociaux prévus par la loi : contrat de travail, couverture sociale, bulletins de paie, attestation de travail et congés payés. L’intérimaire peut également opter pour un système de retraite complémentaire.

Salaire :Le salaire est négociable. Il dépend de la nature de la mission. Généralement, il correspond aux pratiques du marché.
L‘intérimaire reçoit également un bulletin de salaire qu’il devra utiliser en cas de problème ou de remboursement maladie.

Qui paie l’intérimaire ? :L’entreprise de travail intérimaire reste l’employeur de ses intérimaires. C’est donc elle qui paie les salaires et prend en charge toute la gestion administrative des dossiers.

la vie economique


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière