Nominations aux hautes fonctions Des couacs au démarrage

Secrétaires généraux: à la Santé, seuls les médecins et pharmaciens sont éligibles!
Des appels à candidatures mettent à mal la transparence.
Malaise au sein des hauts fonctionnaires.



Près d’un mois après la publication du décret d’application de la loi organique sur les nominations aux hautes fonctions, les vannes des postes à pourvoir ont été ouvertes. Les appels à candidatures ont été mis en ligne sur le site emploi-public.ma. Tout le monde s’attendait à cette vague de nouvelles nominations, dans la mesure où «de nombreux postes de responsabilité sont vacants, et seront en priorité concernés par ce décret», avait souligné sur nos colonnes Abdeladim El Guerrouj, ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration. Néanmoins, la mise à l’eau de ce dispositif semble connaître certains couacs.

Au point où certains hauts fonctionnaires commencent à douter de son efficacité. Cette nouvelle approche de recrutement et surtout de révocation des responsables de l’Administration ne semble pas faire l’unanimité. En effet, plusieurs responsables disent tout bas ce qu’ils n’osent pas crier tout haut. Ils ne voient pas d’un bon œil la nouvelle méthode et ne cachent pas leur crainte de la voir se transformer en nouvelle opération de départs volontaires qui priverait la fonction publique de plusieurs compétences.

Aujourd’hui, certains secrétaires généraux des ministères s’apprêtent à déposer leur démission, alors que les appels à candidatures mis en ligne ne concernent pour le moment que deux départements, à savoir les Affaires générales et la Gouvernance ainsi que la Santé. Les nouveaux responsables seront nommés selon les principes consacrés par la loi organique et le décret d’application, officiellement, «la compétence, la transparence et l’égalité des chances».

Cependant, des cadres de l’Administration ont émis des réserves concernant le pouvoir discrétionnaire accordé aux ministres, qui pourrait mettre à mal les principes fondateurs de ce dispositif. D’autres craignent que les considérations politiques prennent le dessus sur les aspects techniques. En effet, un secrétaire général d’un département aurait changé même d’appartenance politique afin de se maintenir en poste avec son nouveau ministre. Or, «toutes les formes de discrimination liées à l’appartenance politique ou religieuse ont été bannies par la loi», avait pourtant affirmé El Guerrouj. Reste que la détermination des critères d’éligibilité à certains postes a tendance à saper le principe d’égalité des chances. A titre d’exemple, El Haussaine Louardi, ministre de la Santé, a lancé un appel à candidature pour remplacer l’actuel secrétaire général, Rahal Mekkaoui. Ce membre du comité exécutif de l’Istiqlal a été l’une des premières victimes du ministre du PPS. Le remplacement de Mekkaoui constitue-t-il un nouvel épisode dans le bras de fer lancé dès sa prise de fonction? Quoi qu’il en soit, «après une année de recul, chaque ministre a une vision claire sur les responsables qui ont donné satisfaction ou pas», a estimé El Guerrouj. D’autant plus qu’il «ne faut pas oublier que le ministre est redevable devant le Parlement et les citoyens. Il a une responsabilité politique», a-t-il ajouté.

Au-delà des raisons derrière le changement du secrétaire général, l’appel à candidature lancé par Louardi pour ce poste ne laisse personne indifférent. Car les critères d’éligibilité imposent aux candidats d’être titulaires d’un doctorat en médecine ou en pharmacie. Or plusieurs observateurs estiment que rien n’oblige un secrétaire général d’être un professionnel du secteur, dans la mesure où il doit prendre en charge la gestion de l’administration du ministère. Ceci met à mal le principe d’égalité des chances, puisqu’il s’agit d’un poste taillé sur mesure pour une blouse blanche. Pour l’instant, c’est le seul cas en la matière puisque les autres appels à candidatures n’exigent qu’une connaissance du secteur d’activité, avec un diplôme permettant d’accéder à l’échelle 11, en plus d’une expérience dans l’Administration qui varie entre 7 et 15 ans. C’est le cas notamment pour l’appel à candidature pour le poste de secrétaire général du ministère des Affaires générales et de la Gouvernance, dont le délai court jusqu’au 30 novembre. Les mauvaises langues disent que ce poste est «taillé sur mesure pour celui qui assure l’intérim».

Par ailleurs, d’autres postes à pourvoir ne spécifient même pas les critères d’éligibilité, comme l’annonce pour les profils de directeur de l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel et du cinéma, ou ceux des doyens des facultés.

Postes à pourvoir

Sur les 43 postes à pourvoir, le ministère de l’Enseignement supérieur arrive en tête avec 32 appels à candidatures. Cela concerne notamment 19 doyens de faculté, les directeurs de l’ENSA de Tanger, El Jadida et Agadir, ainsi que ceux de l’EST de Guelmim, Mohammedia et Casablanca. A cela s’ajoutent les responsables d’autres établissements comme l’Ecole supérieure Roi Fahd de traduction et l’ENCG Settat. Le département de la Santé arrive en 2e position avec 7 appels à candidatures. Outre le secrétaire général, Louardi compte nommer un nouveau directeur de l’Equipement et de la maintenance, un président de la Fondation des œuvres sociales et 4 directeurs de CHU. De son côté, Najib Boulif, ministre chargé des Affaires générales, entend également changer le secrétaire général de son département. La Caisse de compensation et l’Office de développement de la coopération auront également de nouveaux directeurs. Le ministère de la Communication n’a lancé pour le moment qu’une seule annonce, relative au poste de directeur de l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel et du cinéma.


Mohamed Ali MRABI, L'economiste



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière