Monnaie : Le dirham Marocain se déprécie face au dollar et à l'euro



Monnaie : Le dirham Marocain se déprécie face au dollar et à l'euro
Au cours d'une année 2011 plombée par une conjoncture difficile, le dirham s'est déprécié de 0,85 % par rapport à l'euro et de 4,17 % vis-à-vis du dollar américain.

Le marché de changes national a connu une année 2011 plutôt mitigée. Rien que pour le mois de décembre, le dirham a enregistré une appréciation mensuelle de 0,49% en moyenne par rapport à l'euro.
En revanche, il s'est déprécié de 2,23% face au dollar américain, de 1,79% par rapport au yen japonais et de 1,20% vis-à-vis de la livre sterling. Visiblement, c'est la même tendance qui a été observée en glissement annuel.

En effet, la monnaie nationale s'est inscrite, en moyenne, en hausse de 0,07% à l'égard de l'euro.
Toutefois, elle s'est dépréciée de 0,33% par rapport au dollar, de 0,54% vis-à-vis de la livre sterling et de 6,82% face au yen japonais.

Dans ces conditions et pour l'ensemble de l'année 2011, les dernières statistiques publiées par Bank Al Maghrib font ressortir que le dirham s'est déprécié de 0,85% par rapport à l'euro et de 4,17% vis-à-vis du dollar américain.
Une situation pour le moins logique pour une monnaie unique qui n'a cessé de se déprécier face au dollar américain en 2011.
Ainsi, au terme de décembre, l'euro s'est déprécié de 2,9% vis-à-vis du dollar, s'établissant en moyenne mensuelle à 1,32 dollar pour un euro, contre 1,36 le mois précédent.
La monnaie unique a atteint le 29 décembre 2011 son plus bas niveau depuis plus d'une année, soit 1,29 dollar pour un euro. Dans le même temps, l'euro s'est déprécié de 2,5% par rapport au yen japonais et de 1,6% vis-à-vis de la livre sterling.

Par ailleurs, les avoirs extérieurs nets de Bank Al-Maghrib ont reculé de 9,9% (ou de près de 19 milliards de DH) par rapport à fin décembre 2010 pour s'établir à 173,6 milliards de DH.
Par rapport à fin novembre 2010, ces avoirs ont reculé de 9,2%. En somme, les règlements entre le Maroc et l'étranger ont atteint 702,9 milliards de DH au titre des onze premiers mois de l'année 2011 (derniers chiffres disponibles), soit une hausse de 9,3%.
Ces règlements ont donné lieu à un déficit de 23,5 milliards de DH après un déficit de 22 milliards une année auparavant.

Par devise, les recettes en euro et en dollar US ont atteint 199,3 milliards et 130,9 milliards de DH, soit une quasi-stagnation pour la première devise (+0,3%) et une hausse de 28,7% pour la deuxième.
Pour ce qui est des dépenses en euro, elles ont totalisé près de 169 milliards de DH, en baisse de 1,5%, alors que celles en dollar US ont augmenté de 23,3% pour se situer à 181,7 milliards de DH.
Cela dit, avec un déficit commercial qui a battu un nouveau record de 185,7 milliards de DH, dépassant ainsi le niveau atteint en 2008, soit 167,8 milliards de DH, une question s'impose.
La politique de changes actuelle est-elle handicapante pour les exportations marocaines ? Pour les uns, elle
n'est pas handicapante pour les exportations : elle est surtout incitative pour nos importations.

Si en plus de la baisse des droits de douane, l'État augmente les salaires et baisse les impôts sur le revenu, c'est une sorte d'incitation de la population à consommer étranger.
Dans ce cas-là, si le dirham était une monnaie librement échangée, dont le cours obéit à la loi de l'offre et de la demande, il aurait largement baissé pour compenser les 50 milliards de DH de trou annuel des échanges courants de biens et de services.
Or la monnaie nationale reste liée à un panier de devises composé essentiellement par l'euro à hauteur
de 80%.

Baisse des échanges interbancaires en devises

En novembre 2011, le volume moyen des opérations d'achat et de vente de devises contre dirhams, au niveau du compartiment interbancaire, a marqué une baisse de 2,8% par rapport à la même période de l'année 2010, s'établissant ainsi à 10,2 milliards de DH. Pour sa part, le volume moyen des ventes de devises par Bank Al-Maghrib aux banques a enregistré une augmentation, passant de près 2 à 4,5 milliards de DH. S'agissant des opérations d'arbitrage, réalisées par les banques avec leurs correspondants étrangers, elles se sont élevées à 155,2 milliards de DH en moyenne, au lieu de 113,4 milliards, une année auparavant.
      
Quelques indicateurs éloquents
    
• Un déficit commercial qui a battu un nouveau record de 185,7 milliards de DH.
 • Les avoirs extérieurs nets de Bank Al-Maghrib ont reculé de 9,9 %.
 • Les recettes en euro et en dollar US ont atteint respectivement 199,3 et 130,9 milliards de DH.

Le matin


      Petites annonces | Boutique | Enseignement supérieur | Freelance    
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière