MedZ décroche un prêt de la BEI de plus d’un milliard de DH

Le prêt de la BEI signé jeudi entre les deux entités.
Objectif: accélérer les travaux de 7 projets de technopoles.
Record historique pour la BEI: plus de 450 millions d’euros engagés au Maroc.



MedZ décroche un prêt de la BEI de plus d’un milliard de DH

Une véritable bouffée d’oxygène pour le programme de MedZ. La filiale du groupe CDG a signé hier jeudi 4 octobre un contrat de prêt avec la BEI d’un montant de 100 millions d’euros, soit près de 1,1 milliard de DH. Cette somme est destinée à financer la deuxième phase des travaux de 7 projets de technopoles qui sont développés à travers plusieurs villes du pays. Pour Anass Houir Alami, DG du groupe CDG, qui a fait le déplacement sur le site de Technopolis pour participer à la signature de la convention, «ce prêt permettra d’accélérer la cadence des projets lancés et rembourser une partie des dettes de l’entreprise». Le patron du groupe a rappelé le choix du site de la signature pour montrer les réalisations de MedZ. Selon lui, ce prêt de 100 millions d’euros est une marque de confiance de la BEI dans le Maroc et dans la pertinence des projets novateurs initiés par MedZ qui génèrent des emplois et des devises et créent de la valeur». C’est la première fois que MedZ se tourne vers l’international pour mobiliser des fonds.

Dans le détail, cette opération entre dans le cadre de la mise en oeuvre du pacte national pour l’Emergence industrielle. Ce financement servira d’appuyer le programme d’investissement ambitieux de MedZ, qui avoisine les 3 milliards de DH pour les 7 technopoles. Ce prêt tombe à pic puisque la filiale de la CDG fête cette année ses 10 ans. Elle n’est pas la seule, la Femip souffle ses dix bougies, notera Philippe de Fontaine Vive venu pour la cérémonie de signature. Le vice-président de la BEI reconnaîtra que le choix du site montre que la configuration du Maroc est en train de changer profondément. Technopolis signe «l’ambition nouvelle qui correspond à la montée en gamme de l’économie marocaine». Pour lui, «ce financement confirme le rôle déterminant et catalyseur joué par la BEI dans le financement à long terme des grands projets innovants. La synergie Recherche Enseignement supérieur/Industrie est un fer de lance de développement et de compétitivité économique. C’est plus encore une chance et une opportunité unique pour les jeunes».

En tout cas, cette signature renforce le partenariat entre la BEI et le Maroc, vieux de 35 ans. Depuis toutes ces années, il a totalisé un engagement financier de 4,7 milliards d’euros, soit près de 52 milliards de DH dans des secteurs-clés comme l’énergie, les transports, l’eau, les PME, l’industrie et l’enseignement. Si le Maroc a été l’un des premiers bénéficiaires de l’action de la BEI avec 200 millions d’euros en 2011, cette année, ce montant sera plus que doublé. En effet, en 2012, la Banque européenne a déjà engagé plus de 450 millions d’euros en faveur de projets concrets. C’est un record historique. Au prêt accordé à MedZ, il faudra ajouter 42,5 millions d’euros pour le programme Maroc Vert qui sera signé aujourd’hui vendredi au ministère des Finances. La semaine prochaine, un autre prêt de 130 millions d’euros sera signé avec l’OCP à Paris la semaine prochaine.
Il est à rappeler que MedZ a pour mission la conception, l’aménagement, le développement et la gestion des nouvelles zones d’activités touristiques, industrielles et d’offshoring. Ses zones répondent aux normes internationales en matière d’équipement et de services et s’inscrivent dans une démarche intégrée de recherche de performance, d’innovation et de développement durable, note un communiqué de presse. MedZ accompagne et met en oeuvre les politiques publiques en matière de tourisme, d’industrie, de développement agricole, de commerce et d’énergie.

Les technopoles ciblées

Les 7 technopoles concernées sont notamment Atlantic free zone à Kénitra, le parc haliopolis à Agadir, Midparc à Nouaceur, la technopole d’Oujda, le parc Technopolis de Rabat-Salé, l’agropolis de Meknès et l’agropole de Berkane. Pour leurs promoteurs, ces technopoles constituent des espaces d’accumulation des connaissances et de création de valeur ajoutée grâce à la qualité et à la diversité des services offerts aux entreprises.


Mohamed CHAOUI, L'economiste



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière