Management :Mettre en place une rémunération orientée performance



Récompenser la performance s'impose de plus en plus. Certains groupes et entreprises structurés nationaux sont davantage conscients de l'importance du développement capital humain pour mieux s'imposer et faire face à la compétition qui s'accentue de jour en jour. Cette prise de conscience se traduit par un changement dans le mode de management et, par ricochet, la politique de rémunération. En effet, l'individualisation de la rémunération gagne plus de terrain. Les DRH et les cabinets conseils en RH le confirment également.

D'ailleurs, l'enquête Diorh Mercer soulève que cette tendance se confirme d'année en année. Pour Ali Serhani, consultant associé à Gesper Services:
«C'est le cas d'entreprises nationales de grande envergure et qui n'appartiennent surtout pas à des personnes physiques. En effet, plusieurs sociétés font actuellement beaucoup d'efforts pour «mimer» dans le bon sens bien sûr, ce qui se pratique ailleurs». Selon cet expert, la politique RH de certaines entreprises, notamment publiques, est meilleure que chez certaines multinationales; par contre, pour d'autres, «ce n'est pas ce qu'il y a de mieux mais disons le quand même, car cela a le mérite d'exister, ce qui ne peut être que bon pour l'avenir». Donc, des entreprises sont de bons éléments, tandis que d'autres font leur petit bonhomme de chemin en matière de récompense de la performance. D'autres dont complètement «out» et n'innovent pas en matière de gestion RH et se contentent de la gestion du personnel à l'ancienne, ce qui se reflète sur leur ''marque employeur'' qui en pâtit.

Les dirigeants les plus avertis ont pensé à instaurer un système d'évaluation pour une meilleure récompense des plus méritants. En instaurant une rémunération orientée vers la performance, ils réalisent une opération «win-win». Devenue un «must», l'instauration de primes liées à l'atteinte d'objectifs fixés à chaque début de l'année avec un au cours de l'exercice motive également les collaborateurs et devient ainsi un moyen de fidéliser et de retenir les talents qui sont très convoités sur le marché du travail. Certes, à ce moment critique, toute augmentation est la bienvenue, surtout pour les cadres, qui ont été exclus des mesures instaurées par l'Etat à cause de l'entêtement du patronat, mais il faudra récompenser davantage les plus méritants. Ceci créera un environnement propice pour la compétition au sein des équipes. A défaut, il y a des risques pour que ces profils qui se sont distingués par leur travail et implication volent vers d'autres cieux, dès qu'une bonne opportunité se présente à eux.
C'est dire, in fine, que les dirigeants doivent revoir leur mode de management. Il ne faut pas se soucier que des clients mais d'accorder de plus en plus d'attention à leur collaborateurs car le capital humain est un important levier de réussite.
-----------------------------------

«Personnellement, je prône le mérite»
Avis de l'expert • Ali Serhani , Consultant RH Associé

Comment mettre en place une rémunération orientée performance ?
En se disant que tout le monde est concerné par la performance. Ne plus limiter les commissions ou primes aux seuls commerciaux. Tout le monde doit avoir un salaire fixe décent mais à côté une rémunération variable très intéressante. Par exemple et dans la place actuellement, un groupe national important pratique cette politique et croyez-moi c'est excellent car tout le monde travaille dur et à la fin de l'exercice la récompense est excellente et elle se chiffre en milliers de dirhams que cela soit pour le financier, le commercial, le marketeur, le RRH, etc. Donc tout le monde se sent poussé des ailes…

Quelles sont les best practices appliquées au Maroc en matière de rémunération ?
Celles qui se basent sur la méritocratie, et font en sorte qu'il y ait à côté du salaire fixe que vous percevez à la fin du mois des commissions assez intéressantes en fonction des résultats. Plusieurs multinationales le font à côté d'autres groupes nationaux privés ou publics et comme sus-indiqué cela marche. Ne dit on pas que le nerf de la guerre c'est bien l'argent ! Je parle bien sûr uniquement pour la politique de rémunération, car ne l'oublions pas à côté de ce que vous « touchez » à la fin du mois il y a le cadre de travail, la culture d'entreprise, le respect, etc.
Enfin, n'oublions pas d'intégrer dans la politique de rémunération : les stocks options qui demeurent quand même une très bonne incitation à garder les collaborateurs. Les prêts « bonifiés » à taux réduits surtout pour le logement, etc. Et enfin le financement d'une formation diplômante assez coûteuse. Il faut toujours voir la politique de rémunération comme un tout.

Comment fidéliser les collaborateurs tout en veillant à l'intérêt de l'entreprise ?
En considérant que l'intérêt des collaborateurs, c'est l'intérêt de l'entreprise et vis versa. En deux mots bien expliquer aux collaborateurs que si l'entreprise gagne tout le monde gagnera. C'est un partenariat gagnant-gagnant entre l'employeur et ses collaborateurs. Quand je parle de cela, je précise bien que nous parlons d'une entreprise structurée dans laquelle chacun occupe un poste en fonction de la nécessité du poste et non pas une entreprise dans laquelle on ne sait pas qui fait quoi.

Actuellement, une majorité des employés exigent une augmentation de salaire. Certains employeurs ont cédé tandis que d'autres résistent, mais jusqu'à quand pourront-ils tenir ? Que leur conseillez-vous dans ce cas de figure? Faut-il faire une augmentation générale ou s'abstenir? Ou encore faut-il récompenser les plus méritants ?
Personnellement, je prône le mérite. Augmenter les salaires pour s'assurer une paix sociale ne mène nulle part sauf à décourager les plus méritants. Soit on est compétent et on travaille dur et on gagne beaucoup d'argent, soit on est nul et donc notre place n'est pas dans l'entreprise mais ailleurs.
Voilà comment je vois les choses. Cependant si dans des banques par exemple ou autres secteurs d'activités, il y a des « gentlements agreements » entre les employeurs et les salariés concernant des augmentations générales qui se pratiquent depuis des années ceci relève de négociations et de bons rapports entre le management de ses entreprises et leurs salariés. C'est une politique de rémunération qui peut être propre à ses organismes et elle est respectable si elle se fait dans les règles de l'art. Autre chose, si vous êtes une entreprise qui se voit dans l'obligation de procéder à une augmentation générale, car vous y êtes contraints pour diverses raisons veillez à bien ficeler votre « accord » avec les salariés ou les syndicats. Il ne faut pas oublier que « l'exception devient la règle » dans certains cas.
Donc, il faudra bien que vous passiez à la caisse l'exercice prochain ou dans deux ou trois ans. En deux mots, entourez-vous des meilleurs conseillers afin de vous prémunir de toute surprise future.


le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière