Management : Comment tirer profit des séniors



Les entreprises doivent assurer la transmission de leur expertise à la nouvelle génération.
C'est devenu une habitude chez nous aussi. Une grande partie des seniors qui ont atteint l'âge du départ à la retraite, ne quittent pas pour autant leur emploi. Ils observent un break et reviennent bosser, le plus souvent chez le même employeur, à défaut chez la concurrence ou dans un autre domaine d'activité, mais le retour à la vie active est de plus en plus fréquent.

En effet, la plupart des entreprises qui ont fait le choix de retenir un ou des vieux routiers, signent des contrats avec ces derniers pour garantir leur fidélité. Ces nouveaux conseillers se voient assigner la mission de gardien du temple, comme l'explique notre consultant Ali Serhani. Et pour cause, les bons éléments de l'entreprise, plus ils prennent de l'âge, tout en se donnant à fond dans leur travail, plus ils acquièrent un savoir-faire et une expertise inégalable et inestimable que l'entreprise devra mettre à profit pour transmettre ce « know how » à la nouvelle génération.

Certes, cette dernière n'est pas à sous-estimer mais une nouvelle recrue aura beaucoup à apprendre de ces seniors qui sont bien imprégnés de la culture d'entreprise et des enjeux à relever. Mais ce n'est pas tout, ces seniors doivent aussi consentir à transmettre leur savoir-faire à ces jeunes novices ou à des cadres moins jeunes pour assurer une bonne relève.
Parfois, ces papy sont tellement las qu'ils ne veulent pas avoir affaire à des débutants ou des cadres moyens et c'est là où l'employeur doit intervenir. Ce dernier aura la lourde tâche de convaincre le senior de former ces jeunes, sinon a défaut de mettre en place par écrit, la meilleure façon de procéder pour tel ou tel poste. Quant aux postes confies à ces «vieux », ce sont surtout ceux du back-office, vu que ceux du front office sont réservés aux jeunes.
Ils occupent des emplois très sensibles notamment la finance, la comptabilité, la logistique les achats, etc.

Une chose est sure, les employeurs ne doivent pas laisser filer les bons éléments seniors et assurer surtout la transmission à la génération future une expertise acquise durant des décennies.

«Les séniors sont les gardiens du temple»
Avis de l'expert • Ali Serhani


Comment les séniors peuvent-ils séduire les recruteurs ?
Ils n'ont pas à le faire, car c'est leur travail, leur rigueur, leur ouverture d'esprit (qui implique qu'ils sont si j'ose dire à la page ou « in ») et enfin leur excellente réputation qui feront d'eux des «Stars ». Quand vous avez la compétence et les autres qualités que je viens de mentionner croyez-moi il n y a plus d'âge. Ils n'auront pas à séduire qui que ce soit car on viendra les chercher. Je sais de quoi je parle, nous avons eu à recruter dernièrement des Seniors pour certains de nos clients. Au départ l'un des clients s'est montré récalcitrant ; Aujourd'hui il ne jure que par son « Senior ».
Je me remémore encore les dires d'un Chef d‘entreprise qui me disait texto : « trouvez moi des gens qui ont « de la bouteille » car j'en ai marre de la frivolité ambiante qui règne au sein de mon entreprise ».

Je pense qu'elle est révolue l'époque où l'on ne jurait que par le recrutement de « sang neuf ». Si vous remarquez autour de vous vous verrez que beaucoup de seniors partis à la retraite ou en pré-retraite sont toujours liés à leur entreprise par des contrats d'assistance. L'adage ne dit-il pas que c'est : « Dans les vieilles marmites qu'on fait les meilleures soupes ?
Cela veut-il dire que tous les seniors sont des saints ? Oh que NON car vous avez ce que j'appelle des « Seniors Parasites » qui peuvent miner une entreprise ou faire couler un service ou carrément une entreprise.

Comment les responsables RH doivent-ils considérer la candidature d'un sénior ?
Cela dépend de leur besoin. Le problème n'est pas de savoir s'il est senior ou junior ou si j'ose dire « entre les deux » mais plutôt de se dire si « le ou la » candidate correspond au poste ou pas, à l'état d'esprit de l'entreprise, etc. Il est vrai qu'une entreprise qui veut donner d'elle une image « d'éternelle jeunesse » et dans laquelle la tranche oscille entre 23 et 32 ans, un Senior n'aura pas sa place car il se sentira comme un « Papy ».

Quels sont les postes les mieux adaptés pour ces "vieux routiers" ?
Généralement les postes très sensibles notamment ceux dans lesquelles la manipulation d'argent est de mise. Je dirai la finance, la comptabilité, la logistique les achats, etc. En somme les métiers supports. Quand aux postes « front office » comme le commercial, croyez-moi un excellent Senior commercial ne travaillera pour personne il créera sa propre entreprise.

Les jeunes cadres sont-ils faciles à manager que les séniors ?
Croyez-moi et ce n'est pas les psychologues qui me démentiront : « personne n'est facile à manager ». La nature humaine est d'une grande complexité. Il est vrai qu'une jeune recrue issue d'un cursus normal ne s'amusera pas à « narguer » son employeur et ce, de crainte d'être virée, elle sera donc facile à manager par rapport à un vieux routier mais ce n'est que provisoire. Dès qu'elle « fera ses dents » croyez-moi elle n'attendra pas d'être senior pour être comme un roc face à son employeur. Le problème n'est pas de manager quelqu'un mais de savoir le manager tout en le respectant. Feu S.M. Mohammed V n'avait-il pas dit un jour à Feu S.M. Hassan II (Je cite ce dernier) que "le Marocain est un Lion qu'il faut tenir avec une laisse sans qu'il en sente le joug". Croyez moi transposez cette citation dans l'entreprise et vous verrez qu'elle est d'actualité.

Quelles sont les erreurs à éviter ?
De la part d'un employeur ou futur employeur, il faut éviter de considérer les seniors comme la « Old School», comme des gens qui ont fait leur temps, des gens qui ne sont pas « in». Ils sont l'âme de l'entreprise et parfois les «gardes fous» des managers nouvellement recrutés. Ils sont les gardiens du temple. Mais attention !! Je parle là des Seniors qui sont des références et il y en a au sein de nos entreprises. Je n'intègre pas dans cette catégorie les « Séniors parasites » que j'ai déjà mentionnés car c'est une catégorie à part, ce sont des bureaucrates qui considèrent l'entreprise comme un « fief » et qui voient les nouveaux venus comme l'ennemi à abattre. Ils constituent parfois des clans sous forme de lobbies, ils seront toujours là pour mettre leur grain de sel.

Concernant ce genre de « Séniors Parasites » il serait souhaitable pour le bien de l'entreprise de leur montrer avec doigté et avec tous les égards qui leur sont dus « la porte de sortie ». L'erreur monumentale serait de les garder car ils risquent de ralentir sinon de bloquer le « décollage » de l'entreprise. Et par les temps qui courent plus personne n'a le droit à l'erreur.

lematin.ma


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière