Management 2.0 : Quels modes de travail du futur ?



Avec l’émergence des nouvelles technologies, nous voyons se déployer depuis quelques années de nouvelles méthodes de travail qui remettent fondamentalement en cause les pratiques managériales traditionnelles des entreprises.

L’économie industrielle n’étant plus le mode dominant, une entreprise ne peut se satisfaire aujourd’hui d’être dans la standardisation, le taylorisme et le machinisme. C’est pourquoi, face à des changements constants, elle doit s’adapter en créant des environnements souples et décentralisés, pouvant fonctionner de façon autonome.

L’entreprise de demain sera donc celle qui comprendra le changement de dynamique entre elle, ses employés et ses clients. En voici les grands principes.

Une évolution du partenariat entre les employés, les clients et l’entreprise

L’idée est de construire un espace où tous pourront travailler ensemble, s’investir et s’engager ensemble dans un objectif commun et ainsi partager leur passion.

Cela veut dire pour le leader de permettre la prise de risque, d’autoriser le changement et permettre à l’employé de construire son propre parcours ; soit un cadre au sein duquel celui-ci pourra s’exprimer librement et surtout être responsable de ses actes.

Cela permettra en outre de promouvoir un environnement où chacune des parties pourra exprimer ses besoins en toute confiance.

Des espaces collaboratifs

Pour réunir ces différentes parties prenantes, il faut créer des espaces où celles-ci pourront coproduire et interagir, mêlant ainsi communautés en ligne et réseaux sociaux, mais aussi espaces physiques.

Il faut mélanger l’espace physique et numérique, des bureaux avec un espace ouvert permettant à chacun de travailler où il veut, comme il veut et avec les ressources dont il a besoin.

On est de plus en plus dans ce que les anglo-saxons appellent du « bring your own device », chacun venant avec son matériel et la DSI doit soutenir cette démarche.

Transparence, mais encore

Les entreprises doivent être plus honnêtes avec leurs collaborateurs et mieux expliciter les raisons de leurs décisions. Mais les collaborateurs doivent aussi, en contrepartie, faire remonter les informations du terrain afin d’aider la direction générale à prendre les bonnes décisions.

Il en va de même dans la relation aux fournisseurs, il faut une honnêteté réciproque et cela doit dépasser le simple discours.

Faire évoluer le leadership

Le leader doit être inspirant et permettre à ses collaborateurs de prendre les décisions de manière autonome sans penser qu’il n’y a qu’une solution pour tout. Il doit être à même d’accepter les idées nouvelles à défaut de vouloir imposer ses propres méthodes.

Il doit porter une vision et construire un environnement propice à son exécution. Il faut une symétrie dans l’accès à l’information et stopper les rapports de domination pour fidéliser ses collaborateurs. Il faut donc accepter de « lâcher-prise ».

Gagner en loyauté en relâchant le contrôle

Il est important de prendre en compte que les collaborateurs autonomes n’aiment pas être contrôlés. Il faut donc leur donner les moyens d’aller plus loin et les laisser s’exprimer et accepter les remises en question afin d’apprendre et de progresser.

C’est dans une organisation apprenante que le collaborateur va progresser et par conséquent faire progresser son entreprise. Le rôle du leader est donc prépondérant pour créer un environnement adéquat.

Décentraliser en gardant une vision partagée

Dans l’intérêt de l’entreprise, il faut savoir décentraliser pour répondre correctement aux besoins du marché et s’adapter à ces évolutions constantes.

Il est plus facile d’accéder aux experts et talents de ses collaborateurs dans une structure décentralisée où tout repose sur une responsabilisation mutuelle.

Il faut toutefois préserver une vision commune pour garder le tout cohérent au milieu de cette décentralisation. Il faut donc savoir décentraliser tout en gardant des bases communes.

En d’autres termes, le management 2.0 doit être capable de satisfaire simultanément les besoins de la personnalisation des échanges et l’intelligence collective et c’est justement le capital humain d’une entreprise qui sera l’atout majeur de la réussite.

Le management 2.0 repose sur la confiance et la responsabilité des acteurs et c’est à vous, managers, de savoir intégrer ces deux ambitions dans vos pratiques managériales pour faire face aux enjeux actuels et devenir les acteurs majeurs de l’entreprise du futur.


ExeKutive.biz


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière