Malgré la collecte record du blé tendre, les importations progressent

Les importations de céréales continuent de progresser en dépit d’une collecte ayant totalisé à fin avril près de 19 Mq, constituée quasi exclusivement de blé tendre.



Malgré la collecte record du blé tendre, les importations progressent
Malgré un taux de collecte record en blé tendre enregistré au terme des quatre premiers de l’année, les importations ont quand même progressé. En effet, le cumul des céréales importées a atteint à fin avril dernier 54,5 millions de quintaux (Mq), en progression de 4% par rapport à la même période de la campagne précédente, d’après les derniers chiffres publiés par l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL). Ces approvisionnements sont constitués de blé tendre (30,3 Mq), de maïs (17,2 Mq), de blé dur (5,8 Mq) et d’orge (1,1 Mq). Ils proviennent de divers marchés : la France (26%), le Brésil (19%), l’Ukraine (14%), l’Argentine (12%) et le Canada (11%) essentiellement. Sur la liste figurent aussi la Russie (3%), les États-Unis (2%), la Lituanie (1%) et le Paraguay (1%). S’agissant du marché local, la collecte des céréales par les opérateurs déclarés à l’ONICL a totalisé à fin avril près de 19 Mq, constituée presque exclusivement (99,2%) de blé tendre. De ce fait, la collecte en cette céréale affiche un taux de collecte record de la production nationale, soit 68%. Les commerçants-négociants et les coopératives en ont réalisé 78%.

Par contre, la transformation industrielle marque le pas. Elle accuse, en effet, une baisse de plus de 6% depuis le début de la campagne 2012-2013, par rapport à la même période de la saison précédente, n’ayant porté que sur 59,2 Mq. D’après l’ONICL, la minoterie industrielle a écrasé, au cours de la période considérée, 39% de blé tendre d’origine locale. Pour les farines subventionnées (FNBT), la production est assurée à hauteur de 81% à partir du blé tendre collecté localement. Les farines libres et subventionnées représentent ainsi respectivement 54 et 14% des fabrications de la minoterie industrielle. En ce qui concerne les semoules industrielles, elles sont fabriquées principalement à partir du blé dur (89%) et de l’orge (11%). Par ailleurs, les stocks des céréales, détenus par les opérateurs déclarés à l’ONICL et au niveau des silos portuaires, se sont chiffrés à 22 Mq en avril 2013, en accroissement de 42% par rapport au mois précédent.

Lahcen Oudoud, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière