Les produits bio : Un prix de 15 à 30% plus chers que ceux non bio



Les produits bio : Un prix de 15 à 30% plus chers que ceux non bio
L'engouement des Marocains pour la consommation des produits bio commence à se faire sentir avec un appétit en forte croissance pour des aliments exempts de pesticides dont la production respecte l'environnement et conserve le goût et la qualité.

Consciente de la dégradation de la nature et de la nécessité impérieuse de redonner au sol sa vitalité et biodiversité indispensables à la durabilité de la biosphère, l'agriculture biologique outrepasse la vogue du bio vers une approche alternative de production avérée à une société qui consomme durablement.

“L'agriculture biologique est une réelle chance que le Maroc se doit de saisir, sachant que les produits bio feraient l'objet d'une consommation privilégiée dans les 20 ans à venir.”

Givernaud Thierry, représentant exclusif de QC&I, cabinet de certification allemand des produits biologiques
Des consommateurs méfiants
Cependant, la méfiance du consommateur face à une étiquette mentionnant le terme bio constitue un frein au développement de la filière, d'où la nécessité de mettre en place une législation nationale reconnue équivalente à celles européenne et américaine afin de protéger le terme bio, faciliter le développement du marché intérieur et des exportations et minimiser les charges liées à la labélisation bio à l'étranger, a préconisé M. Givernaud.
Le gouvernement s'est d'ores et déjà engagé dans cette voie en adoptant le projet de loi 39-12 relatif à la production biologique des produits agricoles et aquatiques. L'ambition affichée est d'encourager et valoriser la production biologique des produits agricoles, aquatiques, de cueillette et de ramassage des espèces sauvages ainsi que de contribuer au développement durable à travers l'amélioration des revenus des producteurs intéressés par ce mode de production.

Le projet ambitionne également de protéger l'environnement et la biodiversité, d'apporter une réponse à la demande du consommateur à travers la garantie de la qualité des produits issus de la production biologique et d'offrir une opportunité importante au développement des exportations.

Des produits relativement chers
Mais il n'empêche que le créneau de culture bio demeure fragile, étant donné que les personnes qui s'y adonnent sont essentiellement des petits et moyens agriculteurs qui exploitent moins de 5 hectares. Pour les cultures maraîchères, ce sont les moyennes et grandes exploitations qui sont dominantes, tandis que pour les fruits, ce sont plutôt de petites et moyennes exploitations.

Sur le terrain, des produits avec une étiquette mentionnant le terme bio sont de plus en plus présents dans la grande distribution, grâce à l'installation de chaînes de magasins bio au Maroc. Cependant, en offrant des produits bio avec des prix de 15 à 30% plus chers que ceux non bio, ces chaînes s'adressent plutôt aux classes moyennes et supérieures ne voulant pas faire le déplacement jusqu'à l'étranger pour se ravitailler en produits bio et aux personnes suivant un régime alimentaire spécifique.
 

MAP


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière