Les prix à la consommation décélèrent



Les prix à la consommation décélèrent
En septembre, l’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 0,4%, après une hausse de 1,4% en août, soit une grosse décélération, contrairement à la conclusion du Haut commissariat au plan (HCP) qui parle de stabilité. Cette inflation a été enregistrée après correction des variations saisonnières.

Sur un an, l’indice a augmenté de 1,4%. Ce taux d’inflation ne prend pas en compte les produits dont les prix sont administrés, via le dispositif de compensation. Dans son dernier rapport, Bank Al-Maghrib évalue ce taux à 4% contre un taux contenu de 1%, en excluant l’impact de la compensation. Il en serait de même, selon ses prévisions, pour l’année en cours où l’inflation devrait se situer autour de 2%.
Hors communications, en variation négative annuelle à fin septembre de 12,4%, qui ont impacté la rubrique «produits non alimentaires» (-0,2%), la variation mensuelle de l’indice est restée globalement proche de zéro. Seuls les biens et services ont enregistré une petite hausse de 1%.
Ainsi, la stabilité de l’IPC du mois de septembre provient essentiellement de la combinaison de la hausse des prix des viandes de 2,8%, des huiles et graisses de 1,2%, et la baisse des prix des poissons et fruits de mer de 8% et des légumes de 1,2%.
La baisse saisonnière des prix des services, à la fin de la période estivale, baisse non totalement compensée par la hausse saisonnière des prix des produits manufacturés, et par celle des prix de l’énergie. Par ailleurs, en raison de la hausse saisonnière des prix des produits frais, les prix des produits alimentaires ont enregistré une forte croissance entre juillet et août derniers concernant principalement les poissons et fruits de mer avec 11,8%, les «légumes» avec 11,4%, les «fruits» avec 5,2% et les «huiles et graisses», avec 1,7%. Même phénomène observé durant ces deux derniers mois où les viandes ont pris 2,8%, le café, le thé et le cacao 1,3%, huiles et graisses 1,2%. Pendant ce temps, les prix des poissons et fruits de mer ont en revanche fortement baissé (8%). Il en est de même, dans des proportions moindres, pour les prix des légumes de 1,2%, le lait, fromage et œufs 1%.
De manière saisonnière, les prix des services augmentent en août (1,4 % en 2011 et 0,9% en 2010). Avec la rentrée, renchérissent notamment les services d’éducation. L’indice a enregistré une hausse de 2,7% entre août et septembre et 4,5% sur un an. Suivant les villes, les prix à Tétouan ont connu la plus forte hausse depuis le début de l’année (2,6%), suivie de Meknès (1,8%), Al Hoceïma (1,7%) et Casablanca (1,6%).


l'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière