Les moyens de paiement électroniques se développent avec une optimisation des produits à forte valeur ajoutée



Les moyens de paiement électroniques se développent avec une optimisation des produits à forte valeur ajoutée
Marquée par une nette hausse généralisée de l'ensemble des segments de marché, l'activité monétique a de beaux jours devant elle. Grâce à l'élargissement du réseau de sites marchands acceptant le canal de l'e-paiement, cette industrie devrait maintenir une forte croissance en 2011. Outre la progression notable de l'encours des cartes de paiement, cette tendance serait relayée par la mise en œuvre effective de la politique nationale en matière d'e-gov. A ce titre, il est prévu de réaliser, en 2011, un volume de paiements en ligne de plus de 700 MDH, en progression de 150% par rapport à celui enregistré en 2010. Il faut dire que dans le cadre de la mise à niveau du système monétique national, des efforts ont été menés pour le renforcement de la crédibilité des cartes bancaires. C'est ainsi que tous les émetteurs s'évertuent à se conformer aux exigences imposées par la norme Europay MasterCard Visa (EMV) pour le traitement des transactions via les cartes marocaines.

Des actions dont l'objectif est de stimuler la concurrence, optimiser les coûts et renforcer la promotion de produits à forte valeur ajoutée. Partant du constat selon lequel l'exercice de ces nouveaux métiers induits par les évolutions technologiques requiert au préalable un environnement approprié, on s'est attelé à la mise en place d'un cadre juridique et technique ainsi qu'un cadre de surveillance visant à renforcer la confiance du public. Il s'agit là de pré-requis pour assurer la sécurité de ces moyens de paiement innovants. Dans ce sillage, certains établissements bancaires ont poursuivi leurs actions en vue de faire aboutir leurs projets de certification pour l'acquisition des cartes étrangères Mastercard sur leur GAB, en mode EMV. Progressif, ce déploiement pourrait contribuer à réduire les risques liés à la fraude sur les cartes bancaires internationales.

Les actions menées conjointement par les entités techniques monétiques des banques de la place et du CMI (Centre monétique inter-bancaire) ont principalement porté en 2010 sur la certification de nouveaux produits locaux Europay MasterCard Visa (EMV), destinés à remplacer progressivement les cartes à piste magnétique. Ces projets se sont accélérés suite aux exigences formulées par Bank Al-Maghrib, afin de renforcer la lutte contre la fraude monétique. La technologie «puce» permet ainsi de garantir, outre la fiabilité et l'interopérabilité, une sécurité maximale pour les utilisateurs, contre les risques de copie ou de reproduction des cartes bancaires à des fins frauduleuses.

Toutefois, l'usage des cartes, en tant que moyen de paiement demeure encore faible. Elles sont essentiellement utilisées comme instrument de retrait de fonds. A signaler que les opérations de e-commerce ont enregistré une croissance sensible.

En 2010, leur nombre est passé, en un an, de 74 446 opérations à 284 052, pour une valeur globale qui s'est hissée de 97 à 277 MDH. Le nombre des retraits a atteint 13,3 millions d'opérations pour un montant global de 9,2 MMDH contre 10,8 millions d'opérations correspondant à une valeur de 7,4 MMDH en 2009. Cette évolution résulte de l'augmentation simultanée de l'encours des cartes en circulation ainsi que de l'extension du parc des guichets automatiques bancaires (GAB).

En effet, l'encours des cartes bancaires a franchi la barre historique des 7 millions à fin 2010, en accroissement de 12,4% par rapport au volume de 6,3 millions d'unités atteint à fin 2009.
De même, le parc GAB a atteint 4 545 équipements à fin 2010 dont 401 nouvelles installations au courant de la même année de référence, en progression de près de 10% par rapport à fin 2009. Positionné en tête du classement, le secteur de la «grande distribution» a réalisé en 2010 le chiffre d'affaires cartes le plus important avec 2,93 MMDH.

Toutefois, son rythme de progression a connu un certain ralentissement en 2010 par rapport à la croissance moyenne de tous les autres secteurs confondus en l'absence de nouvelles ouvertures importantes chez les grandes enseignes d'hypermarchés et de supermarchés.

Les paiements par carte

Les secteurs d'activité «grande distribution» et «hôtels» drainent à eux seuls 46,6% de l'acquisition globale en montant, suivis des secteurs « restaurants», «habillement», «bazars» et « stations service» avec respectivement 10,6%, 9,1% 6,2% et 4,0% du montant global des paiements. Ces six premiers secteurs d'activité concentrent plus des trois-quarts des paiements par cartes au Maroc, avec 76,5% des volumes d'acquisition. Positionné en tête du classement, le secteur de la «grande distribution» a réalisé en 2010 le chiffre d'affaires cartes le plus important avec 2,93 MMDH en hausse de près de 440 MDH, soit un taux de progression de 17,7%. Toutefois, son rythme de progression a connu un certain ralentissement en 2010 par rapport à la croissance moyenne de tous les autres secteurs confondus en l'absence de nouvelles ouvertures importantes chez les grandes enseignes d'hypermarchés et de supermarchés.

Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière