Les liquidités bancaires sous pression



Les liquidités bancaires sous pression
Les tensions sur les liquidités bancaires s’intensifient. Comme nous l’annoncions dans notre édition du 20 février 2012, le besoin des banques a atteint des sommets historiques. A fin janvier, le déficit de liquidité se chiffre à 43,6 milliards de DH. Ce montant représente la différence entre les dépôts auprès des banques et les crédits qu’elles distribuent. C’est dire que le gap est colossal. Même en progression, l’évolution de l’épargne n’arrive toujours pas à dépasser la croissance des crédits. Pour continuer à en fournir, les banques se sont ruées sur le marché certificats de dépôt avec un montant total levé en 2011 de 3,6 milliards de DH. En parallèle, pour tenter de desserrer l’étau sur les établissements de crédit, Bank Al-Maghrib a augmenté ses interventions sur le marché monétaire. L’institut d’émission a porté le volume de ses injections à pas moins de 45 milliards de DH (30 milliards sur le très court terme et 15 milliards sur 3 mois).
Compte tenu de l’intensification des tensions sur les trésoreries bancaires, le taux interbancaire prend un coup. Ce taux sur lequel sont indexés les crédits qu’octroient les banques ressort, à fin janvier, à 3,3% en hausse de 2 points de base par rapport à fin décembre 2011. Même tendance haussière pour les taux de bons du Trésor à court terme, émis sur le marché primaire. Ils se sont, respectivement, établis à 3,38 et 3,39% pour les bons à 38 jours et 13 semaines. Les taux de bons du Trésor à maturité plus longue s’inscrivent, à leur tour, en hausse. Les augmentations vont de 2 à 105 points de base par rapport aux dernières émissions pour les BDT à 2, 5 et 30 ans pour se situer respectivement à 3,8, 3,99 et 5,02%.
Dans ce sillage, les taux créditeurs ne sont pas en reste. Le taux moyen pondéré rémunérant les dépôts à 6 et 12 mois s’est accru de 21 points de base pour s’élever à 3,73% en décembre. Cela reflète des progressions de 23 points de base du taux des dépôts à un an et de 3 points de base de celui appliqué aux dépôts à 6 mois.
S’agissant des conditions débitrices, les résultats de l’enquête de BAM auprès des banques pour le quatrième trimestre 2011 font ressortir une appréciation de 34 points de base du taux moyen pondéré à 6,65%. Cela traduit «l’augmentation des taux appliqués à l’ensemble des catégories de crédit», indique BAM. La cherté des crédits n’a pourtant pas constitué un frein pour la croissance des crédits en fin d’année: plus de 10% de progression pour l’ensemble des catégories de prêts à l’exception des crédits à l’équipement.


l'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière