Les exportations des agrumes baisseront de 12% lors de la campagne 2012-2013

La chute de la production suite aux mauvaises conditions climatiques et la concurrence du marché local expliquent le repli. Le marché local absorbe 70% de la production. Les pays concurrents du Maroc devraient également enregistrer des baisses de la production et des expéditions.



Les exportations des agrumes baisseront de 12% lors de la campagne 2012-2013
Les exportations d’agrumes de la campagne 2012-2013 enregistreront une baisse de 12%. Elles atteindront 430 000 tonnes contre 490 000 en 2011-2012. C’est ce que prévoit le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime. Le recul tient, selon l’Association des producteurs d’agrumes du Maroc (ASPAM), à deux facteurs. Le premier est la baisse de la production qui devrait être de l’ordre de 1,5 million de tonnes contre 1,9 million de tonnes durant la campagne antérieure. Cette évolution est due aux conditions climatiques défavorables, en particulier les chaleurs anormalement élevées des mois de mai et juillet 2012 qui ont entraîné la chute des fleurs.

L’ASPAM évalue les pertes entre 20 et 25% de la production en fonction des variétés et des régions. Les régions les plus touchées sont le Souss (55% du potentiel de production et d’exportation d’agrumes), Marrakech-El Haouz et le Gharb. Et ce sont les petits agrumes (clémentines, etc.) qui ont été le plus touchés. L’ASPAM note aussi que les jeunes plantations, plus vulnérables à la chaleur, ont été affectées.


Le repli des exportations est imputé, en second lieu, à la concurrence de la demande locale. En effet, la croissance du marché local entamée il y a quelques années se confirme de plus en plus. Aujourd’hui, d’après les statistiques des professionnels, le marché de bouche absorbe 70% de la production d’agrumes. Les producteurs préfèrent vendre sur le marché local plutôt que d’exporter car il leur permet d’avoir des liquidités immédiates puisque les paiements se font cash alors qu’à l’export, hormis l’avance reçue à la commande, le règlement final n’intervient que 4 à 5 mois après la livraison.

Le volume expédié à l’étranger totalise 103 657 tonnes au début du mois

Les statistiques de l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE) confirme les prévisions des professionnels. Ainsi, au 2 décembre 2012, les exportations d’agrumes ont atteint 103 657 tonnes contre 131 211 tonnes pour 2011-2012, soit une chute de 21%. Ce sont les petits agrumes, en dépit d’une baisse, qui arrivent en tête avec 102 719 tonnes exportées depuis le démarrage de la campagne en octobre 2012. L’an dernier, leurs exportations se situaient à 128 080 tonnes. Les oranges, en début de campagne, sont en nette régression puisque leurs exportations sont de l’ordre de 938 tonnes contre 2 604 une année plus tôt. Selon l’ASPAM, ce recul est dû, outre la concurrence du marché local, à celle de certains pays étrangers comme l’Espagne, l’Egypte et la Turquie qui ont développé des variétés plus précoces et plus tardives alors que le Maroc est resté sur les variétés classiques.

Néanmoins, à l’instar du Maroc, tous ces pays enregistreront un recul ou une stagnation de la production et des exportations. L’Espagne devrait expédier 3,3 millions de tonnes contre 3,7 millions en 2011-2012, et sa production d’agrumes devrait atteindre 5,5 millions de tonnes contre 7,5 millions l’an dernier. La Turquie prévoit, quant à elle, d’exporter 1,2 million de tonnes contre 1,4 million de tonnes la campagne antérieure sur une production qui tombe de 3,2 millions de tonnes à 2,3 millions. Enfin l’Egypte, troisième concurrent du Maroc, table sur une production de 3,4 millions de tonnes, en stagnation par rapport à l’an dernier. Ses exportations seront de l’ordre de 859 000 tonnes contre 924 000 tonnes en 2011-2012. 

La ventilation des exportations marocaines par marché n’est pas encore finalisée, mais on peut retenir que la Russie est le premier débouché et absorbe 45 à 50%. Arrivent en deuxième position, l’Union Européenne avec 30% et l’Amérique du Nord (USA et le Canada) avec 10% à 12%. Le reste est destiné à certains pays du Golfe ou d’autres pays européens et africains.

Agrumes : Les producteurs méditerranéens se concertent
Même en étant concurrents, les pays de la Méditerranée producteurs d’agrumes font de la veille commune du marché. C’est en effet dans le cadre du Comité de liaison de l’agrumiculture méditerranéenne qui s’est réuni, il y a une semaine, à Madrid, que ces pays ont fait l’état des lieux du marché international des agrumes et tentent de coordonner leurs stratégies pour mieux se positionner. Cette rencontre a permis de constater d’une part le développement de pays comme l’Espagne, l’Egypte et la Turquie, et, d’autre part, le changement de cap d’Israël qui opte de plus en plus pour des fruits à plus grande valeur ajoutée, notamment l’avocat ou encore la transformation des agrumes dont les exportations sont passées de 350 000 tonnes en 2011-2012 à 150 000 tonnes prévues pour l’actuelle campagne.

Aziza Belouas
www.lavieeco.com



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière