Les exportations couvrent 47,8% des importations à fin octobre

Au moment où les exportations n’ont progressé que de 3% au terme des dix premiers mois de 2012, se chiffrant à 150,04 milliards de DH, les importations ont évolué de 6,6%, totalisant 313,95 milliards de DH.
De fait, le taux de couverture a encore reculé, passant
de 49,4% à 47,8%.



Les exportations couvrent 47,8% des importations à fin octobre
Malgré toutes les mesures qui ont été prises pour le réduire, l’écart entre l’évolution des importations et celle des exportations ne fait que se creuser, le Maroc continuant à acheter à l’étranger pour satisfaire ses besoins en marchandises plus qu’il n’y vend. Résultat, un déficit commercial qui s’aggrave, dépassant en dix mois -163,9 milliards de DH, en accentuation de 10% ou de 14,93 milliards de DH, par rapport à fin octobre 2011. Du coup, le taux de couverture des importations par des exportations a reculé de 49,4% à 47,8% entre les deux périodes, selon les derniers chiffres fournis par l’Office des changes. Ainsi, au moment où les exportations n’ont progressé que de 3% au cours des dix premiers mois de cette année, se chiffrant à 150,04 milliards de DH, les importations ont évolué de 6,6%, totalisant 313,95 milliards de DH.

Cette hausse des approvisionnements à l’étranger est due essentiellement aux produits énergétiques, dont les achats représentant 56,7% de la hausse totale des importations. Il s’agit notamment du gasoil et fuel, dont les importations ont évolué en valeur de 18,7%, du pétrole brut (+13,9%), du gaz de pétrole et autres hydrocarbures (+17,5%).
La facture alimentaire s’est également alourdie de près de 9%, avec notamment la hausse des approvisionnements du blé (11,6% en valeur et 8,6% en volume). Cette hausse aurait pu être plus importante sans une baisse du prix moyen de la tonne importée de près de 6%. De même, on note l’accroissement des achats du sucre brut ou raffiné (8,1%), du maïs (+4,5%), des tourteaux et autres résidus des industries alimentaires (18,5%), de l’orge (+809,9 millions de DH), du café (32,6%) et des dattes (+34,3%).
Il faut noter toutefois dans les indicateurs du commerce extérieur un bon signe pour l’activité économique. Il s’agit de la hausse des importations des biens d’équipement (9,4%), ce qui reflète une bonne dynamique de l’investissement des entreprises dans l’outil de production. Ainsi, ces chiffres font état d’un bond des achats des voitures industrielles (+45,6%), des machines à trier, concasser, broyer ou agglomérer (+1,94 milliard de DH), des bateaux de mer (+269,3 millions de DH).

Hausse des importations de voitures particulières

Pour les importations des demi-produits, elles ont certes baissé de plus de 2%, à cause notamment des contreperformances des achats de l’ammoniac (-33,5%) et du soufre raffiné (-60,9%). Toutefois, l’on note une hausse des produits laminés, des accessoires de tuyauterie et construction métallique, des fils, barres et profilés en fer ou en aciers.

Parmi les faits marquants de ce tableau de bord du commerce extérieur, on note une nette augmentation des importations des voitures particulières (près de 20%), en plus des parties et pièces pour voitures (+6,4%). Pendant ce temps, les exportations adoptent globalement un profil plutôt bas, avec cependant certaines performances particulières. Il en est ainsi des exportations des voitures particulières, dont les expéditions sont passées de seulement 743,7 millions de DH, à 4,32 milliards de DH, entre les deux périodes considérées. De même, les produits de la mer se sont bien comportés à l’export, notamment les conserves de poissons (30,7%) et les poissons frais (13%). Idem pour les ventes des phosphates et leurs dérivés qui se sont accrues respectivement de 6,4% et 2,3%.
Pour ce qui est du secteur du textile et de l’habillement, il continue certes à résister à la contraction de la demande étrangère notamment du côté de l’Europe, toutefois ses exportations font presque du surplace, si elles ne baissent pas. Ainsi, les expéditions des vêtements confectionnés ont progressé de 1,1% et celles des articles de bonneterie ont régressé de 1,3%.

Les exportations des produits alimentaires en baisse

Les exportations des produits alimentaires marquent le pas cette année. En effet, d’après les derniers indicateurs des échanges extérieurs, les ventes à l’étranger des légumes frais ont chuté de près de 29%, celles des agrumes de près de 30% et les fraises et framboises de 10,7%. De même, les exportations des produits électriques et électroniques ont régressé, dont notamment les fils, câbles et autres conducteurs isolés pour l’électricité (-9,2%) et des composants électroniques (-16,7%). Par contre, les produits énergétiques et les produits miniers sont en hausse.

Repères
Les recettes voyages ont poursuivi leur tendance baissière, passant de 50,19 milliards de DH à fin octobre 2011 à seulement 48,94 milliards de DH au terme d’octobre dernier, en baisse de 2,5%.
Les recettes des Marocains résidents à l’étranger (MRE) ont reculé de 3,1%, se chiffrant à 47,69 milliards de DH contre 49,2 milliards de DH, une année plus tôt.
Les investissements et prêts privés étrangers ont enregistré des recettes en hausse de 3,8%, avec 24,73 milliards de DH.



Lahcen Oudoud, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière