Lean management : Comment faire la chasse au gaspillage



Un enjeu stratégique pour l’entreprise.
Tirer ses flux, standardiser ses opérations et s’engager dans la qualité.
Cherchant à optimiser son système de production, à améliorer sa qualité et à réduire ses délais et coûts, l’entreprise use de nouvelles méthodes de gestion. Le lean management est une référence dans le domaine. Que peut-elle apporter à l’entreprise?

Portée par les directions d’entreprise, cette méthode interpelle le management, les salariés, mais aussi les représentants du personnel. C’est une démarche qui a fleuri dans les entreprises sous toutes ses formes, qu’il s’agisse du travail sur les flux pour réduire les délais, de programmes qualité zéro défaut, de réduction drastique des stocks ou de résolution de problèmes…

Cette méthode d’organisation met l’intelligence de l’homme au cœur du dispositif qui se révèle d’une exceptionnelle efficacité. «Qu’il s’agisse d’entreprises industrielles ou de services, cette efficacité tient au fait qu’elle crée au sein de l’entreprise un état d’esprit à travers lequel l’homme est mis au cœur de tous les dispositifs de production de biens et services», affirme Hicham Bahi, consultant associé du cabinet Trait d’Union Conseil (1).

En effet, l’appellation «lean» est relativement récente puisqu’elle n’a fait son apparition dans les écrits de gestion qu’au cours des années quatre-vingts. Elle n’a pas encore fait l’objet d’une large diffusion, cependant elle existe depuis longtemps.

Le terme «lean», «amaigrissement» en français, souvent décrit par les spécialistes comme « parfaitement équilibré», a été utilisé pour la première fois pour qualifier les méthodologies de gestion d’entreprise développées au Japon, dont la réalisation la plus aboutie est le Toyota Production System (TPS). Malheureusement, il est souvent interprété comme «dégraissage des effectifs», alors que l’esprit des méthodologies japonaises lui donne le sens de réduction de l’ensemble des gaspillages.

Par ailleurs, la pratique de ce genre de management s’intéresse à l’ensemble des leviers qui permettent d’améliorer la performance. Notamment par l’arrêt au premier défaut et l’élimination des gaspillages, tels que les productions excessives, le temps d’attente, les transports et manutentions inutiles, les productions défectueuses… «Dans ce sens, il faut assurer la qualité sans faire la surqualité, respecter les délais tout en étant capable de produire le juste nécessaire au moment où le client en a besoin, pas trop tard mais pas trop tôt, et avec un coût raisonnable», a affirmé François Renaud, expert international en management.

Plus riche qu’une simple méthode de production, le lean management permet avec simplicité et au moindre coût d’organiser l’usine de manière à avoir un fonctionnement en flux continu, sans rupture de charge ni goulot d’étranglement, de raccourcir les délais de fabrication, de maîtriser la qualité à chaque étape de la production et de réduire les encours et les stocks.

La mise en place d’une telle démarche au sein de son organisme demande un effort de collaboration et un esprit d’équipe associant tous les organes de l’entreprise. «Bref, appliquer du lean management dans son organisme, c’est tirer ses flux et standardiser ses opérations, chasser la mauvaise valeur ajoutée en éliminant le gaspillage, s’engager dans une démarche de management de qualité et une stratégie à long terme», a expliqué François Renaud.

Donc pour être intégré et accepté, le «lean» ne doit pas être considéré comme une réponse pratique et immédiate à la crise, mais il doit être conçu comme un projet à moyen ou long terme. Ensuite, il doit faire émerger de vraies démarches participatives, incluant le champ des conditions de travail. Enfin, il doit prendre en compte l’évolution des compétences, la formation et, au-delà, l’organisation des collectifs et la valorisation de l’individu.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(1) Lors d’une conférence organisée le 12 octobre dernier, par le cabinet Trait d’Union Consulting et animée par François Renaud, expert international en management et spécialisé dans la formation et la mise en place du lean management au sein des entreprises.

Quels enjeux pour l’entreprise?
Avant d’engager une démarche du lean management, une entreprise doit développer une attitude prospective et faire preuve d’une disponibilité pour le changement, avoir une vision systémique et une volonté de valorisation de toutes les ressources acquises, et avoir le souci d’économie, en évitant tout gaspillage.

Ceci dit, l’entreprise doit garder sa compétitivité, son sens d’innovation et sa réactivité dans la réalisation des prestations, tout en s’inscrivant dans la durée et la progressivité (esprit dit «kaizen»). L’amélioration à petits pas doit être le principe de tout collaborateur. Aussi, l’esprit de la polyvalence, de polycompétence et de l’autonomie au sein des équipes, est une des qualités qu’il faut développer.

L'economiste

lean_management.jpg lean-management.jpg  (92.14 Ko)



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière