Le comité technique sur l’environnement des affaires se réunit jeudi 19 avril



Le comité technique sur l’environnement des affaires se réunit jeudi 19 avril
La date n’est pas encore arrêtée, mais le comité technique chargé de préparer les réunions de la Commission nationale de l’environnement des affaires se réunit jeudi 19 avril. Le comité centralise les requêtes avant la tenue de la Commission nationale, qui sera présidée par le chef du gouvernement. Celle-ci devra dresser le bilan des réalisations et valider le plan d’action 2012. 

L’enjeu est d’améliorer le climat des affaires, mais aussi le classement du Maroc dans Doing Business, un baromètre de la Banque mondiale scruté par les investisseurs. Car, même si le Maroc a progressé de 21 rangs (94e position sur 183 pays), il souffre toujours de fragilité. Il a de mauvais points dans des indicateurs tels que la création d’entreprise où il a perdu 11 places. L’amendement de la loi sur la Sarl qui prévoit la suppression de l’exigence du capital minimum et de la formalité de blocage n’avait pas été pris en compte dans le dernier classement. 

La Commission s’attend donc à ce que le tir soit rectifié cette année. Le Maroc traîne également des boulets par rapport à l’obtention des prêts. Les petites et moyennes entreprises sont toujours pénalisées et trouvent difficilement des financements. Là aussi, le Maroc a perdu 9 places. Il est également au 107e rang sur le critère «facilité de raccordement à l’électricité» nouvellement introduit par la Banque mondiale. Le coût du raccordement serait plus cher au Maroc qu’en France et dans d’autres pays du Moyen-Orient.

La dernière réunion du Club d’affaires Maroc-France a également permis de relever certains domaines où des efforts doivent être fournis, en particulier les lourdeurs administratives.  «L’investisseur a besoin de l’efficacité de l’administration. L’amélioration, la facilité des procédures et la fluidité des démarches sont importantes», affirme Ahmed Fassi Fihri, directeur de la promotion des investissements à l’Agence marocaine de développement des investissements.

Les attentes se font aussi sentir par rapport  à la problématique du foncier à laquelle se heurtent les entrepreneurs. Sa pénurie est même citée comme un frein à la croissance par la Banque mondiale. De nouvelles incitations à l’investissement sont également souhaitées. La refonte de la Charte de l’investissement n’a pas encore abouti. En principe, le projet devrait être mis dès cette année dans le circuit législatif. L’objectif étant de le publier dans le Bulletin officiel avant la fin de l’année.

L'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière