Le canadien Bombardier Aéronautique investit 200 millions de dollars au Maroc



Le canadien Bombardier Aéronautique investit 200 millions de dollars au Maroc
Le 3e constructeur mondial dans l’aéronautique vient de signer un accord à Rabat.
850 emplois directs et 4.000 autres indirects.
L’AMDI a été l’un des principaux négociateurs.
LE numéro 3 mondial de l’aéronautique vient de signer un mémorandum d’accord d’investissement à Rabat. L’accord a été cosigné par Salaheddine Mezouar, Ahmed Réda Chami et Guy Hachey, président et chef des opérations Bombardier Inc. La convention porte sur un ambitieux projet industriel de fabrication de composants de dernière génération, pour l’industrie aéronautique. Montant de l’investissement: 200 millions de dollars (près de 1,7 milliard de DH sur 8 ans), répartis entre les équipements, les bâtiments et le coût de démarrage. L’Agence marocaine pour le développement des investissements (AMDI) a été l’un des principaux négociateurs de cet accord qui s’inscrit dans le cadre du pacte Emergence.

Le projet vise une montée en puissance en termes de technologies industrielles en l’espace de 8 ans. L’investissement devra créer 850 emplois directs et plus de 4.000 indirectement. Le choix définitif du site d’implantation sera communiqué ultérieurement. Mais tout porte à croire que le projet sera basé dans la plateforme industrielle intégrée de Nouaceur. Une zone dédiée à l’aéronautique.

Pour le management de Bombardier, le choix de cet investissement au Maroc a été motivé par la compétitivité des coûts de production et l’environnement des affaires, mais aussi par la stabilité politique et économique du Royaume. Pour rappel, le président du constructeur canadien avait annoncé lors des dernières Assises de l’industrie, tenues en mai, l’intention de son groupe d’investir au Maroc. Ce qui en fera un point d’ancrage industriel et une plateforme pour le développement des activités de Bombardier dans la zone euro-méditerranéenne. La décision de Bombardier aéronautique -dont le chiffre d’affaires s’élève à 17,7 milliards de dollars- intervient dans un contexte international et une conjoncture difficiles. Cet investissement vient aussi conforter la plateforme industrielle Maroc au moment où la zone Mena traverse une période d’instabilité politique et économique sans précédent. De sources concordantes, le choix de Bombardier vient conforter la stratégie de diversification des partenariats internationaux menée par l’AMDI. D’ailleurs, le Financial Times (via son magazine Foreign Direct Investment report) a classé cet été le Maroc 1er en Afrique en matière d’attractivité des investissements étrangers (devant l’Afrique du Sud qui arrive en 3e position).

L’agence de développement des investissements avait lancé, rappelons-le, il y a environ deux ans, une stratégie offensive envers les investisseurs d’Amérique du Nord, d’Asie, des pays du Golfe et des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine). Le marché européen occupe aussi une place de choix dans cette stratégie. Sur le même registre, l’Agence de Fathallah Sijilmassi vient d’ouvrir un bureau à New York. Une antenne qui couvre également le Canada. Il s’agit du cinquième bureau dans le monde après ceux de Paris, Madrid, Rome et Francfort. D’autres bureaux sont prévus à Londres, dans les pays du Golfe et en Asie.

L'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière