Le Maroc plus agressif sur la filière aéronautique mondiale

L’industrie aéronautique mondiale traverse une période de croissance rapide en raison de la forte demande en appareils exprimée par les compagnies aériennes internationales. Le Maroc est déterminé à tirer profit de cet essor, en attirant de nouveaux investissements dans ce secteur.



Le Maroc plus agressif sur la filière aéronautique mondiale
Considérée comme l’une des success-stories de la nouvelle politique industrielle du Maroc et portée par le Pacte national pour l’émergence industrielle, l’industrie aéronautique nationale est appelée à rester sur sa belle lancée. Objectif : faire du Maroc une plateforme industrielle repérable et bien visible dans la carte mondiale de l’industrie aéronautique. Cet engagement est clairement décelé dans les actions qui sont menées dans ce sens. Il est ainsi de la dernière sortie de l’Agence marocaine de développement des investissements (AMDI) et des professionnels du secteur pour faire la promotion de l’offre du Maroc destinée à capter davantage d’investissements étrangers dans ce secteur au Maroc.
En effet, l’AMDI et le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS) ont pris part récemment, à Toulouse, à une conférence sur le secteur aéronautique et rencontré le président de Boeing France, Yves Galland et le vice-président exécutif du Département stratégies et programme futur chez Airbus, Christian Scherer. Lors de cette rencontre, les responsables de l’AMDI et les professionnels ont étalé tous les atouts et les avantages qu’offre le Maroc aux investisseurs étrangers, dans les sites de production destinés exclusivement ou partiellement à cette industrie. D’ailleurs, cette offre devra être exposée dans d’autres rencontres et rendez-vous de l’industrie aéronautique, dont notamment les salons internationaux dédiés.

Les avantages de la colocalisation

Le directeur de l’AMDI, Ahmed Fassi Fihri a axé son intervention sur les avantages de la colocalisation et de l’externalisation au Maroc de certains maillons de la chaîne de valeur pour gagner en compétitivité. «Les coûts de fabrication compétitifs au niveau international, les faibles coûts de transport, la grande proximité avec l’Europe et l’engagement du gouvernement marocain ont contribué au choix de Bombardier pour s’installer au Maroc», a-t-il expliqué, considérant cette implantation du constructeur aéronautique canadien comme «la preuve de la consolidation du Royaume en tant que plateforme aéronautique mondiale».
À ce sujet, il est à noter que Bombardier compte entamer ses activités dans son usine marocaine sise dans la zone franche de Nouaceur, située à Casablanca, dès janvier prochain, et ce, avant même que son unité de production casablancaise ne soit construite, à partir d’un centre de production provisoire, selon la presse canadienne.
Avec l’implantation de cet opérateur canadien, le Royaume a réussi l’exploit d’attirer le trio de tête de l’industrie aéronautique mondiale au Maroc, en l’occurrence Airbus, Boeing Aéronautique et Bombardier. Ce qui a permis au Maroc de passer à la vitesse supérieure dans le développement de cette industrie. Ainsi, le nombre d’entreprises opérant dans le secteur aéronautique est passé entre 2001 et 2011 d’une dizaine à une centaine d’opérateurs de référence internationale dont EADS, Boeing, Snecma, Aircelle, Creuzet et Daher. De ce fait, le volume des exportations a augmenté d’une façon exceptionnelle pour atteindre un milliard de dollars, d’après l’Agence marocaine de développement des investissements. Le secteur aéronautique au Maroc a enregistré une croissance de l’ordre de 15% en 2011, et employant plus de 8 000 salariés. Ce fort dynamisme qu’a connu le secteur est dû à la mise en œuvre d’une feuille de route formalisée par le Pacte national pour l’émergence industrielle.

Le cas Bombardier

Le gouvernement marocain et le groupe canadien Bombardier ont conclu, en novembre 2011, un mémorandum d’entente portant création de l’unité industrielle de Bombardier, qui sera spécialisée dans la production de composants aéronautiques.

En vertu de cet accord, la société bénéficiera d’une exonération fiscale durant ses cinq premières années d’activité au Maroc, puis d’un taux préférentiel d’IS ne dépassant pas 8,75% pendant 20 ans. Et c’est en juin dernier que le groupe canadien a franchi un pas décisif dans son projet d’implantation au Maroc par la signature avec Midpark Invest, d’une promesse de vente d’un terrain qui abritera son usine marocaine dans la zone franche de Nouaceur, située à proximité de Casablanca.

Repères:
  • Le groupe Bombardier créera ainsi une unité industrielle, spécialisée dans l’assemblage des pièces d’avions. D’un investissement de 200 millions de dollars, ce projet qui doit entrer en activité en 2013 permettra de générer 850 emplois directs et 4.000 emplois indirects.
  • Le démarrage des travaux d’aménagement des bâtiments industriels de l’unité de production débute cette année, pour entamer la production des premiers composants d’avions Bombardier «made in Morocco» l’année prochaine.
  • Bombardier Aéronautique dispose d’unités industrielles au Canada, aux États-Unis, au Mexique et en Irlande.

Lahcen Oudoud, Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière