Le Maroc gagne deux places dans le classement mondial des TIC

Le Maroc pointe désormais à la 89e position, dans le classement mondial des TIC, selon le rapport du Forum économique mondial, suite aux évolutions remarquables enregistrées en 2011 au niveau des indicateurs «télécoms».



Le Maroc gagne deux places dans le classement mondial des TIC
Les efforts du Maroc dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) continuent à décrocher les marques de reconnaissance. La dernière en date est l’avancement du pays dans le classement mondial des technologies de l’information et de la communication (TIC) en 2013. En effet, le Royaume a gagné deux places, pointant désormais à la 89e position, selon le rapport du Forum économique mondial (FEM) sur les évolutions réalisées par les pays en matière de technologies de l’information.
Cette performance est due, d’après les auteurs de ce rapport, aux évolutions remarquables enregistrées en 2011 au niveau des indicateurs «télécoms» du Networked Readiness Index (NRI), précise le FEM dans son rapport intitulé «Croissance et emploi dans un monde hyper-connecté». L’analyse de ce classement fait ressortir des progressions plus importantes dans certains créneaux de ce secteur. Il en est ainsi du pilier «affordability» qui mesure le fait que les TIC soient abordables, où le Maroc a réalisé une percée, en passant de la 77e position en 2012, à la 30e en 2013. Ce pilier comprend notamment trois indicateurs : les tarifs de la téléphonie mobile, les tarifs du haut débit fixe et le niveau de compétition dans les marchés de l’Internet et de la téléphonie.
Et c’est le marché mobile qui s’est le plus démarqué, avec la baisse des tarifs de la téléphonie mobile observée en 2011, permettant au Maroc de gagner 45 places. En fait, le Royaume est passé du 135e au 90e rang. De même, le Maroc est très bien classé en termes de l’indicateur relatif aux tarifs du haut débit fixe, se plaçant à la 23e position en 2013.

S’agissant du niveau de compétition de l’Internet et de la téléphonie, le Maroc s’est tout bonnement classé 1er, avec 57 autres pays.
La progression du Maroc dans le classement TIC est également due à la hausse du nombre des abonnements, ce qui propulse le pays de la 74e place dans l’édition 2012 à la 56e place en 2013, par rapport à cet indicateur,

En ce qui concerne la couverture de la population par les réseaux mobiles, le Maroc est désormais 51e et figure parmi les 50 premiers pays au niveau de l’utilisation des réseaux sociaux.Par ailleurs, l’enquête annuelle de collecte des indicateurs TIC auprès des ménages et des individus réalisée par l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), fait état d’une nette progression du taux d’équipement des ménages et des individus entre l’année 2009 et 2011. Ainsi, 87% des individus de 12 à 65 ans sont équipés en mobile en 2011, 35% des foyers sont équipés en fixe et en accès Internet et 39% des foyers possèdent au moins un ordinateur.
De même, la pénétration de la téléphonie mobile chez les individus s’est accrue de 4 points par rapport à 2010. Cette évolution s’explique, d’après l’Anrt, par la concurrence accrue sur ce marché, la tendance baissière des prix des communications et l’apparition de nouveaux usages liés à l’Internet mobile. Ce qui a eu un impact positif sur le taux d’équipement des ménages et des individus en téléphonie mobile en favorisant le multi-équipement et le changement d’opérateur, relève l’enquête.
En effet, précise-t-on, 17% des individus sont multi-équipés avec pour principale raison la volonté d’optimiser leur facture téléphonique totale en profitant d’offres promotionnelles (82% des interviewés) et bénéficiant des meilleurs tarifs de chaque ligne (80% des interviewés).

Les indicateurs mesurés par le classement

Le rapport du Forum économique mondial, publié en partenariat avec l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD), classe cette année 144 économies sur la base du NRI qui calcule la capacité d’un pays à exploiter les opportunités offertes par les TIC, en prenant en compte l’environnement politique et réglementaire, le degré de préparation en termes d’infrastructure, d’affordability (qui mesure le fait que les TIC soient abordables) et de compétences, l’usage des TIC par les individus, les entreprises et le gouvernement, ainsi que les impacts économiques et sociaux des TIC.
  • L’équipement informatique des ménages a connu une évolution importante en passant de 11% en 2004 à 27% en 2008, puis à 34% en 2010 et à 39% en 2011 avec un parc estimé à 3 547 000 ordinateurs en 2011 (contre 3 134 000 en 2010 et 2 930 000 en 2009).
  • Le parc des ordinateurs portables prend de plus en plus de l’importance (56% du parc global) et le multi-équipement devient un phénomène marquant avec 28% des foyers équipés de deux ordinateurs ou plus.
  • Le principal frein à l’achat d’un ordinateur en 2011 n’est plus le prix trop élevé, mais le manque de besoin. Principal facteur de non-équipement en 2010, le facteur prix est désormais en 2e position et a perdu 14 points.

Lahcen Oudoud, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière