Le Maroc a réussi à faire face à d'importants défis grâce à une gestion macroéconomique prudente et à des réformes politiques



Le Maroc a réussi à faire face à d'importants défis grâce à une gestion macroéconomique prudente et à des réformes politiques
Le Maroc a réussi à faire face avec succès à d'importants défis durant les deux dernières années, grâce à une gestion macroéconomique prudente et à des réformes politiques, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Grâce à ces mesures, le pays a pu bénéficier de marges de manoeuvre suffisantes pour confronter la crise internationale de 2009 et répondre aux mouvements sociaux qui ont affecté une grande partie des pays de la région MENA depuis début 2011, explique le FMI qui vient de publier sur son site les Conclusions préliminaires des consultations de 2011 au titre de l'article IV.

Contexte difficile.. et bonne performance économique

Dans un contexte difficile, le Royaume a enregistré une bonne performance économique et une amélioration des indicateurs sociaux, relève l'article.

La forte reprise du PIB non agricole de 4,5 pc en 2010 a été tirée par la bonne performance des secteurs manufacturiers et a permis de compenser une contraction dans le secteur primaire, tient à rappeler le FMI, soulignant que la poursuite de la bonne performance du secteur non-agricole, y compris le secteur touristique, ainsi qu'une bonne récolte céréalière devraient amener la croissance du PIB global en 2011 à environ 4,5 à 5 pc.

Pour ce qui est de l'inflation qui demeure fermement contenue, selon la mission du FMI, une bonne campagne agricole et le maintien des prix de certains produits pétroliers et alimentaires malgré l'augmentation des prix internationaux, devraient aider à limiter l'augmentation de l'indice des prix à environ 1,5 pc en 2011.

La croissance du crédit s'est ralentie, durant les cinq premiers mois de 2011, tandis que les ressources des banques ont été soutenues par la mobilisation de ressources de marché alors que les dépô ts de la clientèle ont légèrement baissé. Les autorités s'attendent à une progression du crédit entre 6 et 8 pc en 2011 alors que la projection des services du FMI, d'environ 6,2 pc, se situe dans cette fourchette.

La mission estime, en outre, que le déficit de compte courant pourrait augmenter et se situer à environ 5 pc du PIB à fin 2011.

Le bon comportement des exportations marocaines, y compris les phosphates et ses dérivés, ainsi que l'augmentation des recettes du tourisme et les transferts de Marocains résidant à l'étranger ne pourront pas compenser l'augmentation des importations due à la hausse des cours internationaux des produits pétroliers et alimentaires. Les réserves internationales brutes devraient, pour leur part, diminuer légèrement à fin 2011, mais demeureront à un niveau confortable, en se situant légèrement au-dessus de 5 mois d'importations de biens et services, selon la mission du FMI.

Le déficit budgétaire pourrait atteindre 5,5 à 6 pc du PIB dû à une hausse des dépenses de 3 pc du PIB par rapport au budget 2011, qui résulterait principalement de l'augmentation des charges de compensation des prix des produits pétroliers et certains produits alimentaires.

La mission du FMI a fait également état d'un "fort développement" du secteur financier marocain, notant que la continuation de sa croissance nécessitera la mobilisation de ressources supplémentaires.

Le secteur bancaire a, pour sa part, atteint une taille importante, dépassant 120 pc du PIB, soutenu par les dépô ts des Marocains résidant à l'étranger et la constitution de réseaux bancaires en Afrique par les banques marocaines. Le FMI tient également à saluer les efforts des autorités marocaines dans la mise en Œuvre d'un programme ambitieux de réformes structurelles pour augmenter la compétitivité de l'économie.

En effet, la bonne performance économique de la dernière décennie est largement due aux réformes dans les secteurs économiques clés (comme le secteur financier et les entreprises publiques), et aux efforts pour améliorer le climat des affaires qui demande encore des améliorations significatives.

La nouvelle constitution stimulera la croissance à moyen terme

Par ailleurs, la mission du FMI qui a séjourné au Royaume du 7 au 19 juillet, a mis l'accent sur la réforme constitutionnelle qui "contribuera aux efforts d'approfondissement des réformes structurelles et à stimuler la croissance à moyen terme".

La nouvelle constitution permettra de développer un cadre juridique et institutionnel pour consolider les progrès de la gouvernance, la transparence dans la gestion des comptes publics, le climat des affaires, le développement du secteur privé et l'égalité des hommes et des femmes. Ceci devrait soutenir l'augmentation du niveau de vie des populations et le potentiel de croissance, conclut le FMI.

map


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière