Le Fonds d’équipement communal réalise un PNB record en 2012

Le FEC a réalisé près de 2 milliards de DH de décaissements de prêts en 2012, en hausse de 24% et un PNB de 345 MDH, en progression de 9%, soit le niveau le plus élevé jamais atteint.



Le Fonds d’équipement communal  réalise un PNB record en 2012
Le FEC a été très sollicité par les collectivités locales pour l’accompagnement de leurs projets en 2012, comme le montrent les indicateurs de son activité.
Il a, ainsi, réalisé un niveau de décaissements de prêts en accroissement de 24% par rapport à 2011, avoisinant 2 milliards de dirhams.
Ce dynamisme s’est également traduit par un Produit net bancaire (PNB) en hausse de 9% pour s’établir à 345 millions de DH, contre 317 millions à fin 2011, soit le niveau le plus élevé jamais atteint. «Ce qui traduit la poursuite de la dynamique croissante de l’activité de décaissement de prêts en faveur du secteur local», a affirmé Nour-Eddine Boutayeb, wali, secrétaire général du ministère de l’Intérieur, lors de la réunion du conseil d’administration du Fonds qui s’est tenue récemment à Rabat.
La banque a même pu réaliser, au terme de l’exercice 2012, un résultat net bénéficiaire de 171 millions de DH que le conseil a décidé d’affecter dans sa totalité aux comptes de réserves. Ce qui permet de continuer à renforcer le niveau des fonds propres qui ont atteint 2,613 milliards de dirhams à fin 2012, en hausse de 7% sur un an.
À noter aussi que les indicateurs de risque continuent à confirmer la qualité du portefeuille des prêts du FEC avec un taux qui reste toujours inférieur à 1%, «bien en deçà du niveau du secteur bancaire», souligne-t-on.
Par ailleurs, le Fonds s’apprête à connaître une métamorphose pour pouvoir jouer un rôle encore plus important dans le développement régional. À ce sujet, ses responsables semblent impatients à entamer ce virage dans la vie de cette institution financière.
En effet, ils avaient souligné, lors d’une précédente réunion, l’importance de concevoir un cadre institutionnel rénové qui tienne compte des évolutions qu’ont connues les secteurs local et financier et qui permettra à l’institution de disposer de nouveaux moyens d’action.
Objectif : «continuer à répondre aux besoins et attentes du secteur public local, notamment dans
la perspective de la mise en œuvre du processus de régionalisation avancée».
Il est à noter que cette institution devra être sollicitée davantage avec l’application de la régionalisation avancée, qui a été constitutionnalisée. En fait, il est prévu dans le cadre de cette nouvelle politique de régionalisation que les ressources d’emprunt des conseils régionaux soient renforcées à travers l’élargissement des capacités du FEC. Pour ce faire, celui-ci devra être épaulé par le secteur bancaire à travers une «consortialisation», particulièrement autour de projets bancables.
En outre, il est à rappeler que le FEC s’est préparé à cette transformation en concédant des baisses sur ses marges pour faire bénéficier ses clients, que sont les collectivités locales, de conditions de financement de plus en plus avantageuses. La première a été opérée en 2010 et la seconde en 2011. Cette dernière a été de 25 points de base, ce qui fait que les taux d’intérêt du FEC démarrent à partir de 6,25%.

Près de 32 milliards de DH en 53 ans
Le FEC a attribué, depuis sa création en 1959, près de 32 milliards de DH de crédits au profit du secteur public local. De son côté, le volume annuel d’attributions est passé de près de 30 millions de DH en 1959 à plus de 2 milliards en 2011.
Parallèlement, souligne le management de l’institution, «le FEC a considérablement renforcé son assise financière au cours de ces années, en veillant à une maîtrise systématique des risques». Ainsi, les résultats bénéficiaires successifs du FEC ont permis un renforcement jugé substantiel de ses fonds propres qui sont passés de 195 millions de DH en 1993 à plus de 2,61 milliards en 2012.

Repères
Les financements du FEC peuvent être sous forme de prêts destinés à financer les projets d’investissement des collectivités locales ou de lignes de crédit destinées au financement de programmes pluriannuels d’investissement.
Ce dernier mode de financement «permet à la collectivité concernée de disposer de la visibilité pour la réalisation de ses projets, notamment lorsqu’ils s’inscrivent dans le cadre d’un plan de développement à moyen et long termes».
Au-delà de l’activité de crédit, l’intervention du FEC couvre également le conseil et l’assistance aux CL pour la définition de leurs besoins et la préparation de leurs dossiers de demande de prêts.

Lahcen Oudoud, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière