Le CRI du Grand Casablanca affiche 69% de croissance en 2012

24,5 MMDH d’investissements enregistrés en 2012.
49 070 emplois ont été créés l’année dernière.



Le CRI du Grand Casablanca  affiche 69% de croissance en 2012
Le Centre régional d’investissement du Grand Casablanca a dévoilé le 26 février son bilan qui concerne les nouvelles créations d’entreprises enregistrées au guichet unique et les investissements agréés par la commission régionale d’investissement durant 2012. Dans ce cadre, Hamid Benelafdil, directeur du CRI, a annoncé 69% de croissance sur le volume d’investissement au cours de l’année dernière. «Comparé à 2011, le nombre de projets agréés dans la région du Grand Casablanca a presque stagné, a-t-il expliqué, alors que le volume d’investissement durant l’année 2012 a atteint 24,5 milliards de dirhams, contre seulement 14 en 2011».
Son département a instruit 497 projets d’investissement, dont 180 ont été agréés par la commission régionale d’investissement du Grand Casablanca. Ces projets vont contribuer à la création de 49 070 emplois, soit une hausse de 22% par rapport à 2011. «La résilience de notre région est le résultat de la stratégie régionale définie en 2006, combinée à l’engagement des autorités locales et des instances élues. Le Grand Casablanca a un potentiel encore plus important si nous arrivons à accompagner la demande des industriels par une offre foncière accessible et par un traitement différencié au niveau des autorisations», souligne Hamid Benelafdil.

Prédominance du BTP et de l’industrie

L’analyse sectorielle des projets agréés fait ressortir une prédominance du secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) avec 73 projets agréés et un investissement qui avoisine les 10 milliards de dirhams. Si ce secteur s’annonce comme le fer de lance de l’investissement à Casablanca, il convient de rappeler qu’il évolue dans un climat difficile. Les statistiques concernant la consommation de ciment, principal baromètre du BTP, montrent une légère baisse en 2012. Les ventes de ciment ont baissé d’environ 10% dans la région du Grand Casablanca ainsi qu’au niveau de Souss-Massa-Draâ et Meknès-Tafilalet. Selon des professionnels du secteur, le marché se maintient grâce au logement social, qui consomme les deux tiers des matériaux de construction, et en partie à l’auto-construction. Par ailleurs, le secteur des services occupe le deuxième rang dans l’analyse sectorielle de la métropole avec 61 projets et contribue à la création de 7 286 emplois.
Dans ce cadre, Hamid Benelafdil a rappelé que même s’il y avait un risque de rapatriement de quelques entreprises françaises, notamment dans le domaine des centres d’appel, la capitale économique ne connaîtrait pas une grande crise à ce niveau. Selon lui, la région enregistre un développement du secteur des services, mais également des autres secteurs : «Casablanca n’est pas une destination low-cost où on s’installe uniquement pour le coût de la main-d’œuvre, mais c’est un pôle de compétitivité international qui compte sur la diversification aussi bien des marchés que des secteurs».
Le directeur du CRI a également rappelé le partenariat économique Maroc-France qui se dirige vers la colocalisation industrielle. S’agissant du secteur touristique, et en comparaison avec l’année 2011, on assiste à une hausse de 111% du nombre des projets touristiques agréés qui devront générer plus de 420 postes d’emplois. Le montant investi dans ce secteur est passé de 1 443 millions de dirhams en 2011 à 5 107 millions de dirhams en 2012, soit une hausse de l’ordre de 354%. Ces résultats encourageants s’expliquent en grande partie, selon Benelafdil, par le fait que la région dispose d’une vision claire et d’une stratégie ambitieuse pour le développement du secteur du tourisme, la «Vision 2020».

créations d’entreprises
Le nombre de créations d’entreprises à travers les guichets du Centre régional d’investissement du Grand Casablanca a connu une hausse de 10% par rapport à l’année 2011, soit 7 158 nouvelles entreprises. 98% des nouvelles créations d’entreprises ont pris la forme de SARL (société à responsabilité limitée), confirmant l’engouement continu des entrepreneurs pour ce genre de formes juridiques. Selon les responsables du CRI de Casablanca, l’augmentation des dossiers traités au niveau du Guichet d’aide à la création d’entreprise n’a pas impacté les délais nécessaires pour l’accomplissement des formalités administratives. Le délai moyen de création a même été réduit, passant de 6,1 jours en 2011 à 4,9 en 2012.
Nadia Ouiddar, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière